Comment faire du buzz: Didier Super pisse sur Universal

Comment faire du buzz avec peu de moyens ? Didier Super comme à son habitude joue l’humour décalé et la provocation. On aime ou on n’aime pas. Moi j’aime et je ne résiste pas au plaisir de republier cet article de Numérama. Pisser sur sa maison de disque, il fallait oser. Au dela de la provoc dont il ets spécialiste, il a aussi une réflexion sur le téléchargement qui pour lui est un moyen de promouvoir le concert.


Pour ceux qui ne connaissent pas le personnage et son humour (spécial), voici d’abord une petite vidéo d’introduction pour vous mettre dans le bain:


Didier Super : Y’en a des biens

Clip réalisé par Kourtajmé
L’article de Numerama:

Il urine sur les bureaux d’Universal Music pour faire sa promo…

On a la promo qu’on peut. Pour son troisième album « Ben Quoi ? » qui doit sortir dans les bacs le 28 avril, Didier Super a choisi d’exploiter à son avantage le courant de révolte contre les maisons de disques. Armé d’une caméra confiée à un complice, il se film en train d’uriner en plein jour sur les murs parisiens d’Universal Music. Effet garanti. « Je pouvais pas deviner que c’était ouvert, c’est une maison de disques, elles sont toutes fermées« , crie-t-il au vigile qui vient l’expédier manu militari.

Derrière la provocation gratuite se cache tout de même, en cherchant bien, un vrai message de fond contre les majors. L’artiste demande aux internautes « un petit geste pour les aider à mourir dignement« , et précisant qu’on ne « les empêchera pas de mourir« .

« En achetant mon disque, vous vous offrez par rapport à quand tu télécharges une boîte en plastique transparent de bonne qualité, et surtout un CD neuf. Alors franchement, pourquoi télécharger ? » demande-t-il avec beaucoup d’ironie, et peut-être de rancoeur à l’encontre de sa propre maison de disques, V2… un label racheté par Universal Music.

« La vie du disque m’importe peu. Je gagne 50 centimes d’euro par disque vendu, alors ça m’est égal que les gens le téléchargent. L’important, c’est le concert. Là, on essaie d’apporter quelque chose en plus, de ne pas être simplement consommé. C’est-à-dire que les gens paient leur place pour danser et recevoir des décibels« , expliquait Didier Super dans une interview publiée en janvier 2007.


Didier Super gère la crise du disque
envoyé par D_Super

Article diffusé sous licence Creative Common by-nc-nd 2.0, écrit par Guillaume Champeau pour Numerama.com

Y’a des chances que cela fasse un peu parler de lui…

Liens

http://www.didiersuper.com/

Interview de Didier Super

Un commentaire

  • C’est vrai que c’est la quadrature du cercle.
    Didier super a raison de faire de la résistance. On ne sait plus quoi faire pour se faire entendre. c’est un cercle vicieux
    infernal. Moi je n’ai ni prods ni tourneurs mais le public
    m’encourage alors, je continue le combat et je vous addresse
    mon nouveau clip sur france telecom
    Si cela vous plaît, pourriez-vous me donner un petit coup de pouce pour le buzz?
    voici mon clip:
    http://www.youtube.com/watch?v=_a5A97ARfak
    ou sur :
    youtube.fr/sylvaingary
    pour voir aussi celui sur la grippe A non, la grappa oui!
    bien musicalement et très bonne
    nouvelle année!
    Sylvain Gary

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *