Loi contre le piratage: le point de vue d’un artiste 2.0

Au moment où l’on débat une nouvelle fois d’une loi contre le « piratage » (la fameuse Hadopi), voici un point de vue intéressant. Il s’agit d’un argumentaire de Orbor, chanteur et artiste indépendant, « très connu du petit public ».

Je l’appelle « Artiste 2.0 » car, comme dans la philosophie du Web 2.0, il pense ouverture plutôt que fermeture et partage plutôt que contrôle. Il a déjà lancé des initiatives web originales comme un parodie de la vidéo de David Blaine ou propose d’envoyer gratuitement par mail son album « Tais toi et chante ».

Il revient en vidéo et en musique avec une critique humoristique et originale qui fait avancer le débat:

Je n’ai pas discuté de Hadopi avant, tellement il me semble évident qu’une telle loi est inutile et d’avance vouée à l’échec. Internet est un réseau mondial décentralisé et toute tentative de contrôle centralisé est vouée à échouer tôt ou tard (et la Chine me direz vous? Je vous dirai que leur filet va craquer tôt ou tard, mais c’est un autre débat…)

Il me semble que Orbor pose de très bonnes questions que les politiques et les industriels, mais aussi les artistes devraient tous se poser… :

  • En défendant l’industrie du disque, Hadopi défends elle les artistes ?
  • les internautes sont ils des pirates ou des nouveaux consommateurs ?
  • Est ce que le « pire-ratage » pour les artistes ce n’est pas d’être ignoré ?
  • Les artistes eux mêmes ne seraient ils pas les plus gros consommateurs de fichiers ?
  • Quel est le rôle de l’état dans la politique culturelle ?
  • Quel peut être le rôle d’internet pour les artistes ?

Ça ferait avancer la réflexion et nous économiserait une nouvelle loi dépassée avant même d’être votée.

PS: si comme moi vous avez bloqué sur les textes, repassez vous la vidéo et écoutez aussi les paroles ça vaut le détour 🙂

3 commentaires

  • gauthier reniers

    Je m’interesse et etudie le sujet depuis que on m’a montre NAPSTER en 1995.
    J ai etudie le cinema et l’economie, et je continue ma recherche.

    En tant qu’economiste je peu vous assurer qu’il n’y a absolument aucune justification economique a controller le piratage.

    Le cinema et la musique font partie d’une categorie economique de bien special appeler bien public ou bien quasi public selon qu’on puisse faire payer ou pas pour le bien. Je m’explique:

    Un bien dit public repond a deux caracteristiques

    1-Les couts sont fixe. Le cout d’impression d’un cd ou d’un dvd sont presque nul.

    Les couts de production d’un film ou d’ un album de musique sont quasi fixe (frais de studio, de technicien, d’artiste necessaire a la fabrication). EN effet le cout d’une copie (CD ou DVD) est quasi nul .

    2-Un bien Public est un bien dont on peu difficement faire payer l’usager: L’eclairage public (difficile de vous faire payer des que vous passer dans la lumiere d’un lampadaire).

    Ces biens ont comme points commun que un bien qui repond a ces deux caracteristique ne sera pas fournis par le marche (vu qu’on peu pas faire payer), et que la maniere la plus simple de gerer se type de bien est collectivement (Le cout est fixe, et tout le monde en profite gratuitement).

    Les companies de production cinema et musique on abuse durant des decenies du monopole qu’il ont sur un produit hyper differencier (donc difficile a substituer) : UN artiste.

    Ils nous ont fais payer des prix qui excluaient des parties entieres de la societe de la vie culturel, faute d’argent.

    De plus ils controllaient les medias qui ne faisais plus decouvrir de talent independant.

    La culture est un bien qui est un « merit good » : comme la sante, ce sont des biens que les economistes jugent indispensable d’etre egalitaire. Il serais impensable de laisser les pauvres mourir car ils ne pourraient pas payer les frais d’hopitaux .

    Pensez vous vraiment qu’un veritable artiste choisi son metier pour l’argent.

    Tout artiste qui peux bien vivre de son art est un homme heureux.
    Voire des artistes ultra riche se plaindre du piratage me fais doucement rire.
    Que Mr Arditti (dont j’aime beaucoup le travail) m’explique en quoi il trouve injuste que sont salaire passe de plusieur millions d’euro (voire dixaine de million) sur une carriere a un salaire proche d’un salaire de chirurgien par exeemple (un chirurgien etudie 12 ans et sauve des vie ).

    VIVE LE PIRATAGE , et c’est un economiste qui le dit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *