Revue de web

Les 5 derniers articles qui ont retenus mon attention

  • Des e-mails et des professionnels | Cultures sonores – Un exemple de ce qu’il ne faut PAS faire quand on démarche par email pour faire la promotion d’un groupe.
  • Don’t believe the Hype – Misteur Valaire et son expérience du pay what you want: 8 albums sur 12 achetés – Misteur Valaire donne sa musique en “payer ce que vous voulez” ou pay what you want”. C’est à dire qu’ils autorisent le téléchargement de leur album sur leur site en contrepartie de ce que vous voulez. De rien à beaucoup. Et laisser leur album en téléchargement gratuit sur leur site ne les empêche ni de vendre en digital ni en physique.
  • Un modèle économique astucieux pour la musique ! – On parle beaucoup du don en ce moment comme d’un possible modèle alternatif de financement de la création, qui permettrait de concilier le libre accès aux biens culturels avec une forme plus juste de rémunération pour l’auteur. L’idée est de créer un modèle économique de financement qui passerait par le versement de micro-paiements volontaires effectués par la masse des internautes plutôt que par des prix fixés par des intermédiaires s’interposant entre l’artiste et son public.
  • Mon tumblr, mes artistes, mes emmerdes (ah non, pas mes emmerdes)..et maintenant ? – Virginie Berger, ex music music marketeur, consultante et maintenant « entrepreneur du music biz ». revient sur son parcours. Un exemple vivant de comment en ayant du talent et en connectant avec les gens grace aux nouvelles technologies on peut aller tres loin.
  • Les musiciens sont-ils numériquement révolutionnaires ? – Le développement des techniques numériques bouleverse la filière musicale. Cette révolution impacte la production, la distribution, la création, la promotion… Gratuité, réseaux sociaux, crise du disque, on en a beaucoup parlé, mais comment réagissent les artistes ? Comment cela a-t-il changé leur métier ? Au-delà des prises de position individuelles, l’étude Les Musiciens dans la révolution numérique montre qu’ils manifestent une véritable inquiétude tout en étant les premiers à s’emparer de ces techniques et des nouveaux modes de création et de diffusion. Cette analyse va jusqu’à distinguer cinq grandes familles organisées autour de la manière dont les musiciens s’insèrent, ou pas, dans cette nouvelle ère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *