Le guide du crowdfunding (financement participatif) pour les artistes

crowdfunding-financement-patricipatif

Une synthèse d’informations en français pour financer un projet artistique en utilisant un financement participatif (crowdfunding).

 

C’est quoi le crowdfunding ?

Le “crowdfunding“, littéralement le “financement par la foule », est une approche de financement participatif de projets qui consiste à collecter de petites sommes auprès d’un grand nombre de personnes pour financer un projet.

La multiplication des petites sommes collectées permet à des porteurs de projets de réunir des fonds qu’ils n’auraient pas pu obtenir via des sources de financement classiques et ce sans intermédiaires. C’est une approche particulièrement interessant pour les projets créatifs et artistiques.

Depuis 2009, Kickstarter, le leader anglophone du crowdfunding a permis de financer plus de 20 000 projets !

Comme le rappelle Virginie, il ne faut pas confondre le crowdfunding avec un label participatif, comme MyMajorCompany par exemple.

Dans le crowdfunding, les investisseurs investissent par passion, aides ou toutes autres raisons. Mais il n’y a aucun espoir de retour sauf à des contreparties que décide le porteur de projets.

Le porteur reste le seul détenteur de son projet. Il n’a ni associés, ni producteurs au contraire d’un label participatif et peut donc mener son projet de la manière de son choix.

Démarrer un projet en crowdfunding

Sur la plupart des plateformes, le porteur de projet doit expliquer son projet, détailler à quoi va servir l’argent, et surtout … séduire. Pour convaincre les gens de participer vous devez toucher une corde sensible qui va les convaincre de passer à l’acte.

Pour cela, les visuels, l’humour, la vision, toutes choses qui aident l’internaute à comprendre le projet et à s’y identifier sont utiles. Partagez l’histoire, racontez la sur un blog, prenez des photos, des vidéos, …

Ensuite il vous définir un objectif: le montant de financement à atteindre et la date de cloture de la collecte.

Attention: si le projet atteint son objectif de financement, les montants offerts seront alors débités auprès des donateurs, mais si le projet échoue à atteindre ses objectifs de dons, personne ne sera débité et le projet ne sera pas financé.

Veillez donc à être réaliste et ne pas trop en demander pour réussir à atteindre votre objectif.

A l’inverse, il est courant que les porteur de projets récoltent plus que ce qu’il avaient prévus ! (voir l’exemple d’Amanda Palmer plus bas)

Des astuces pour réussir son financement participatif

Tous les projets ne marchent évidemment pas. D’après les statistiques  publiées par kickstarter le taux de succès est de 44%.

Instructif  aussi pour comprendre ce qui marche, cette infographie présentant les réussites et les échecs de projets Kickstarter. On y découvre notamment que les projets réussis ont une durée de collection plus courte et une demande de financement moindre que les projets qui échouent.

Autres conseils pour réussir son projet donnés par Danae Ringelmann co-fondatrice du site Indiegogo:

  • Avoir un objectif de financement et une date clairs et transparents. Détaillez bien à quoi serviront les fonds et jusqu’où le financement vous aidera dans votre projet.
  • Découper votre projet: essayez de découper votre projet en plusieurs phases de financement plus petites. Il est plus facile de récolter une petite somme qu’une grosse et plus facile d’exécuter un petit projet qu’un gros. En réalisant vos objectifs promis vous montrez que vous êtes digne de confiance et augmenter les chances pour vos campagnes suivantes.
  • Filmer une bonne vidéo: les campagnes qui ont une vidéo récoltent plus en moyenne que cells qui n’en ont pas. Racontez une histoire personnelle. NE parlez pas juste de votre projet ou votre produit, mais pourquoi il est important et pourquoi vous êtes la bonne personne pour le faire
  • Offrez une bonne contrepartie: offrez des contreparties segmentées (voir plus loin). Entre 3 et 8 est un bon nombre (ni trop, ni trop peu). Offrez quelque chose d’exclusif et unique. Amusez vous !
  • Communiquer constamment, même si quelque chose va mal: les participants financent parce qu’ils ont confiance. Tenez les informés régulièrement, particulièrement si quelque chose ne va pas, si vous avez du retard ou un autre problème. Dans certains cas, vos soutiens pourront même vous aider d’une façon ou d’une autre s’ils sont au courant du problème.
  • Focaliser d’abord sur vos contacts proches: les gens qui vous connaissent ont plus de chance de miser sur vous que ceux qui ne vous connaissent pas. Et ceux qui ne vous connaissent pas ont plus de chance de miser sur vous si un de leur amis de confiance à d’abord misé sur vous.

Le système de contreparties

Généralement pour inciter les internautes à financer leur projet, les porteurs de projet proposent des contreparties originales dont la valeur est proportionnelle au montant du don.

  • Pour un petit financement (entre 0-10€) ce sera souvent une copie électronique du projet (livre ou BD au format ebook, musique au format wave ou MP3 …). Jetez un oeil à ces exemples à 1$ sur Kickstarter (en anglais).
  • Pour un financement plus important (de 10 à 30€) ce sera une copie physique du projet (livre papier, album au format CD, …)
  • Pour un financement plus conséquent (de 30 à 100€) cela pourra être une édition limitée (livret spécial dédicacé et tiré a quelques exemplaire seulement, coffret avec des bonus, formats originaux, vinyles, clés USB, merchandising spécial, …)
  • Au delà, on voit souvent des expériences personnalisées (accès backstages, diner avec l’artistes, chanson, poème, dessin écrit spécialement pour l’internaute financeur. Celui ci peut même être invité à participer à une partie de la création du projet). Ici l’originalité est reine. A vous de savoir ce qui peut intéresser vos fans et leur faire plaisir. Certains artistes s’amusent aussi à mettre des contreparties fantaisiste pour des prix improbables, … et ca marche !

Tous les internautes n’ont pas le même budget ou la même passion. Pour réussir ce qui compte c’est de trouver des contreparties qui intéresseront les différents types de public.

Ne négligez pas la réflexion ici, une offre interessante pour vos fans aidera à votre succès. Même à un dollar on peut offrir une contrepartie interessante.

J’aime bien l’exemple de la peintre Molly Crabapple: pour son projet « une semaine en enfer » elle va s’enfermer dans une chambre d’hotel pendant 5 jours pour peindre sur les murs couverts de papier et propose aux fans qui ont misé un dollar un accès privé pour la suivre en livestream vidéo tout au long de sa session de peinture. Les fans ayant misé plus recevant une partie de la toile finale dédicacée, ceux ayant misé encore plus pouvant choisir la partie de la toile qu’ils veulent.

D’autres exemples d’offres segmentées

John Freese le batteur de Nine Inch Nails avait une offre particulièrement mémorable (ce n’était pas du crowdfunding, mais son offre peut être copiée) où certains prix permettaient à des internautes de se ballader en ville avec lui, de prendre une de ses batteries au choix ou encore d’obtenir un massage de pieds (mais il espérait que personne ne choisirait cette offre la !).

Pour 75 000$ il proposait de devenir batteur pour votre groupe pendant un mois et si vous n’aviez pas de groupe, de devenir votre assistant personnel!

🙂

Le système d’offre segmentée avec des contreparties variables a été popularisé par le pionnier Trent Reznor qui avait lancé son album Ghost avec différentes offres correspondant aux différents public, des fans occasionnels aux fans purs et durs:

  •  À la base, il y avait un téléchargement gratuit. L’album comptait 36 morceaux. On pouvait télécharger gratuitement les 9 premiers, et les 36 étaient sous licence Creative Commons, donc il était possible de les partager légalement. Bref, quand on voulait les télécharger gratuitement sur le site de NIN, on n’avait que les neuf premiers.
  • Pour 5 $, on recevait les 36 morceaux et un fichier PDF de 40 pages.
  • Pour 10$, vous receviez une boîte avec deux CDs et un livret de 16 pages.
  • Pour 75 $ on recevait un coffret édition deluxe à 75 dollars, qui contenait tout un tas de choses (dvd et un disque blu-ray, un beau livret, le tout fourni dans une boîte sympa).
  • Pour 300 $ on recevait un coffret ultra deluxe édition limitée tirée uniquement à 2500 exemplaires, et tous dédicacés par Trent Reznor.

Ce n’étaient pas du crowdfunding (Reznor avait autoproduit son album), mais le principe des différentes contreparties proportionnelles aux différents prix est le même et peut être imité.

Exemples d’artistes utilisant le crowdfunding

Cas d’école, l’exemple de financement participatif du projet de l’artiste américaine Amanda Palmer qui a récolté 100 000 $ en 6 heures sur Kickstarter, pour un total de 1 192 793 $ sur les 27 jours restants avec presque 25 000 donateurs, alors qu’elle avait prévu initialement de lever 100 000$ en 32 jours.

Notez que comme le remarque Hypebot, Amanda a non seulement financé son album, un livret d’art avec des oeuvres graphique, mais aussi pre-vendu des places pour des concerts privés (25% des gains).

De plus il semble qu’elle est volontairement sous estimé ses demandes en demandant « seulement » 100 000$ (elle en avait récolté plus de 200 000 lors d’une campagne précédente) pour augmenter l’apparence de succès et donc le buzz.

Notez aussi que ce succès n’est pas arrivé du jour au lendemain et c’est une artiste qui a bien compris comment interagir avec ses fans pour leur donner une raison d’acheter (voir la stratégie de Ian Rogers pour promouvoir et vendre sa musique comme une rock star)

Le financement participatif peut être utilisé pour différents domaines: BD, matériel educatifs, vidéo, voici d’autres exemples d’artistes qui ont utilisé le crowdfunding avec succès et des retours d’expérience d’utilisation de financement participatif pour des projets de cinéma.

Plateformes de crowdfunding francophones

Si Kickstarter reste la référence en matière de plateforme de financement participatif, il est plutôt destiné a un public anglophone. Mais depuis peu on voit des clones francophones apparaitre. Voici une liste de services que vous pouvez explorer et tester:

Un logiciel Open source pour créer votre propre site de Crowdfunding

Selfstarter est un logiciel open source basé sur la technologie Ruby on Rails et qui permet de créer son propre site de crowdfunding:

Des plugin WordPress pour créer votre propre site de Crowdfunding

Si vous utilisez WordPress pour votre site web, il existe un module complémentaire (plugin) qui permet de créer votre propre clone de Kickstarter.
Baptisé IgnitionDeck ce module WordPress coûte 59$.
Autre solution, le plugin Crowdfunding par Astoundinfy qui s’intègre avec un autre plugin WordPress pour permet de gérer une campagne de financement participatif. Les developpeurs proposent des thèmes premium qui fonctionnent avec pour créer un clone de Kickstarter.

Avantages:

  • vous pouvez proposer directement n’importe quel projet à vos fans (pas de risque de voir un projet refusé si vous ne respectez pas certains critères imposé par la plateforme de financement)
  • le système de collecte de fonds est intégré directement sur votre site et utilise les réglages de votre thème,
  •  évite d’envoyer les fans sur un autre site externe avec un aspect different ou les force à s’inscrire à un autre service.
  • vous pouvez faire autant de campagnes de levée de fonds que vous le souhaitez (Voir l’exemple de Uniform Motion ci dessous).
  • les fonds sont récoltés via votre compte Paypal
  • il est possible d’avoir des widgets exportables sur d’autres sites afin de collecter des fonds ailleurs que sur votre site et avec l’aide vos fans les plus actifs
  • intégration avec des services de mailing comme Mailchimp pour ajouter directement vos acheteurs à votre mailing liste
  • intégration avec les réseaux sociaux pour passer le message
  • stats sur les campagnes en cours

Inconvénients:

  • en anglais
  • même si ce n’est pas difficile, il vous faudra un minimum de connaissance de WordPress (installation et paramétrage de plugin) ou au moins de motivation pour mettre ce système en place. Ou bien embaucher un developpeur WordPress pour l’occasion.
  • il se peut que vous ayiez moins de visibilité que si vous étiez sur une plateforme déja établi et qui voit passer du traffic (encore que la aussi rien ne dit que vous serez visible). Mais ce n’est pas un problème si vous avez déjà une communauté de fans importante.

Applications aux concerts participatifs

Encore peu connu, ce plugin a été utilisé de façon très intéressante par le groupe Toulousain Uniform Motion pour son projet One city per second.
Le principe: utiliser le financement participatif pour préorganiser des concerts dans différentes villes. Pour cela une campagne est crée pour chaque ville avec un objectif de financement calculé en fonction du prix du trajet et des autres coûts comme la location de la salle ou du matériel.
« Nous fixons une date et une limite pour le financement du concert. Les gens peuvent financer le concert à différents niveaux (en payant juste un ticket ou payant aussi pour du merchandising) et si nous atteignons notre objectif, nous sautons dans voiture, avion, train, jouons le concert et amenons tout le merchandising avec nous. »
Notez que si vous voulez proposez à vos fans de tels concerts à la demande avec un modèle de financement participatif  la plateforme Plemi vous permet d’organiser vos propres concerts participatifs sans installation (j’en reparlerai plus en détail).

Comment déclarer les fond levés ?

Enfin pour rentrer un peu plus dans le coté pratique, voici un article qui vous donne des pistes sur comment déclarer les fonds levés grâce au crowdfunding.

 

Autre ressources francophones sur le financement participatif

  • le site Monartiste qui publie des analyses sur les nouveaux modes de financement de la création avec pas mal d’exemples du monde du cinéma. L’auteur Nicolas Dehorter (@monartiste) a aussi publié un livre sur le crowdfunding.
  • Le site Ouishare dédié à l’économie collaborative a une section d’actualité dédie au crowdfunding, mais propose aussi des actus sur d’autres modèles collaboratifs.
  • La page Wikipédia dédiée à la production communautaire présente des exemples dans plusieurs arts.

Attention au sur-financement

Même si le cas est rare, voici une note d’avertissement sur les risques liés au sur-financement de projet. La plateforme Kickstarter, leader dans ce domaine, s’est ainsi fendue d’un billet expliquant qu’un surplus d’argent peut générer un certain nombre de difficultés. Numérama les détaille dans ce billet.

A suivre…

Je mettrai ce guide à jour au fur et à mesure pour l’enrichir. Si vous avez des exemples ou d’autres astuces, laissez les dans les commentaires et je les ajouterai.

 

16 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *