Promouvoir et vendre ses œuvres: 5 points importants pour réussir

Voici 5 points sur lesquels vous devriez particulièrement réfléchir AVANT de démarrer votre promotion (que ce soit sur internet ou pas). Ces points s’adressent à des artistes plutôt confirmés et qui veulent structurer leur démarche de promotion. Ils demandent un travail assez conséquent et nécessiteront sûrement l’assistance de personnes extérieures. Encore une fois cet article est centré sur la musique, mais pourra inspirer d’autres artistes.


Les 5 points

Ces 5 points sont inspirés de propos de Neil Cartwright, ex Chef de Projet nouveau média chez Sony Music UK, et maintenant consultant au sein de l’entreprise Million qui travaille avec des artistes comme Prodigy, Jamiroquai ou la plateforme de vente de musique en ligne « The Orchard ».

  1. Connaître votre public
  2. Créez du contenu que votre public aimera
  3. Placez votre contenu là ou votre public pourra le trouver
  4. Donnez des raison d’acheter
  5. Mesurez continuellement les résultats

Rentrons dans le détail.

Connaître votre public

Connaissez vous votre public ? Oui ? En êtes vous certain ?

Qui sont ils ? Jeunes, moins jeunes ? Hommes, femmes ? Avec le dernier iPhone ou une platine vinyle ? Quelles sont leurs habitudes, leurs envies ?? Quelles sont leurs idées, leur façon de parler ??

Interagissez avec votre public, en vrai après les concerts, sur internet via les réseaux sociaux, … parlez, mais surtout écoutez ! Mieux vous connaîtrez votre public, et mieux vous pourrez lui donner des choses qu’il aime sous la forme qu’il aime.

Créez du contenu que votre public aimera

Cela peut être du contenu multimédia (photos, vidéos, sons, …) mais hors ligne cela pourrait aussi être une jaquette de CD, une affiche, un tee-shirt original… Pour vous faire connaître sur internet, essayez de faire une vidéo « virale », cela ne demande pas forcément beaucoup de moyens, mais surtout de la créativité.

Placez votre contenu là ou votre public pourra le trouver

Ce n’est pas tout d’avoir un super clip vidéo, maintenant on en fait quoi ? On le met sur le site internet et on attends ? Ça peut durer longtemps…

Il vous faut aller au devant des gens. Placer votre contenu là ou il aura plus de chances d’être découvert par le public.

Facebook, Myspace, Twitter, Skyblogs, Youtube, Dailymotion, Viméo… Nombreux sont les endroits où les gens discutent et se détendent sur internet. Si vous connaissez votre public, vous aurez une idée des endroits où placer votre contenu pour que vos fans potentiels le trouvent.

Dans la vie réelle, identifiez les cafés, les salles, les lieux associatifs où votre public est susceptible de se trouver et placez y vos démos, fly, affiches…

Donnez des raison d’acheter

Il y a des milliers d’albums en vente dans les boutiques et sur internet et encore plus de musique téléchargeable gratuitement. Vous ne pouvez pas juste mettre un prix sur votre musique et espérer que cela va se vendre automatiquement.

Revenons sur la formule magique pour les nouveaux modèles économiques de la musique. Le premier point était de connecter avec les fans. D’abord pour les connaître et connaître leur besoins, leur envies, mais aussi pour créer une relation avec eux.

Le deuxième point c’est de donner des raison d’acheter. C’est à dire de proposer quelque chose qui a plus de valeur pour le fan que de la musique qui pourrait être téléchargée gratuitement et donc qui lui donne envie d’acheter.

La première raison d’acheter, c’est que l’on connaît l’artiste et qu’on l’apprécie.

D’où l’intérêt de cultiver une relation avec ses fans. L’artiste n’est pas juste un nom dans une playlist au milieu de milliers d’autres albums, mais une personne que l’on apprécie assez pour faire l’effort d’acheter.

Ainsi, on a vu que donner un CD gratuitement peut faire vendre de la musique. Comment ? En favorisant la découverte de l’œuvre par de nouvelles personnes, en créant un lien affectif entre le public et l’artiste qui approfondit la relation et fidélise les fans.

Sans aller jusqu’à donner un album CD, vous pouvez faire d’autres cadeaux pour favoriser la rencontre, par exemple donnez quelques chansons à télécharger à ceux qui s’abonnent à votre newsletter.

Ne vendez pas juste un CD. Pensez à vos fans et offrez leur des choses en plus.

Par exemple pour la commande d’un album CD, offrez le téléchargement immédiat de l’album au format mp3, ainsi les fans pourront écouter immédiatement la musique avant de recevoir le CD.

Proposez plusieurs options pour les différents goûts et budgets.

Certaines personnes aiment bien votre musique, mais ne sont pas prêtes à mettre beaucoup d’argent (ou du moins pas encore). D’autres, les fans purs et durs seraient prêts à acheter tout ce que vous produisez. Essayez de proposer diverses options pour satisfaire ces différents types de fans.

Bien comprendre votre public sera essentiel pour trouver une adéquation entre ce que vous pouvez vendre et les besoins de vos fans. Pour vous démarquer des autres artistes, vos « produits » devraient être très liés à votre style/personnalité.

Mesurez continuellement les résultats

Peut être le point le plus difficile pour beaucoup d’artistes. Car pour être efficace il faut être assez rigoureux, presque scientifique dans sa démarche et ça prend du temps.

Pourtant c’est très très important et surtout à ne pas négligez. Faire sa promotion sur internet peut prendre un temps énorme. Noter ce que vous faites et mesurer les résultats obtenus vous permettra de découvrir ce qui marche et ce qui ne marche pas dans votre promotion.

Cela vous aidera à concentrer vos efforts sur ce qui fonctionne le mieux. Quelle vidéo ou quelle chanson à marché le mieux ? Quel site a ramené le plus de trafic ? …

Pour mesurez le trafic sur votre site web, utilisez Google Analytics, gratuit et simple à utiliser. Créez un compte, ajoutez votre site et copier coller le code obtenu dans le code des pages de votre site. Après il n’y à plus qu’a observer.

Depuis peu, Myspace propose des statistiques sur les pages musique (à prendre avec des pincettes, la localisation des visiteurs semblant assez farfelue).

Coté vidéo, Youtube propose des statistiques très détaillés sur les spectateurs (cela ne semble pas être le cas chez Dailymotion).

Enfin, notez l’évolution du nombre de personnes qui vous suivent sur Facebook, Twitter, Myspace ou via votre newsletter.

De manière générale essayez de noter tout ce que vous faites dans un cahier ou un fichier et observez l’évolution des statistiques au cours du temps pour voir ce qui marche le mieux.

Conclusion

Faire sa promotion et vendre ses œuvres est un travail de longue haleine. La relation fans-artistes ne limite pas à une campagne marketing et la vente d’un produit. C’est une relation affective qui se prolonge sur la durée. Il vous faudra donc être actif et présent tout au long du processus. N’en faites pas des tonnes au début pour abandonner par la suite car il y a trop de travail. Commencez doucement et développez au fur et à mesure.

2 conseils pour finir:

  • soyez authentiques, soyez vous même. C’est ce qui vous différencie des autres artistes, fait que des gens s’intéresseront à vous et, pour certains, vous ferons de la promotion et achèterons vos œuvres.
  • si vous le pouvez, faites appel à une ou plusieurs personnes pour vous aidez dans votre promotion. Cependant, ne laissez pas tout reposer pas sur ces personnes et soyez directement impliqué dans le processus, que ce soit l’interaction avec les fans ou la stratégie.

Deux guides pour promouvoir et vendre sa musique

Voici 2 guides pour promouvoir et vendre ses œuvres. Ils intéresseront avant tout les musiciens, mais je conseille leur lecture à tous les artistes quelque que soit leur domaine.

Le premier: Le Guide pour les Groupes Indépendants, par Valoche du blog B comme Boxon. Il s’agit d’une série d’articles qui donne des astuces et aide à se poser des bonnes questions par rapport à sa stratégie le tout avec un ton toujours plein d’humour et agréable à parcourir.

Le deuxième: 1000 Choses à Faire pour Réussir sa Stratégie Musicale 2.0, par Marc-André Laporte du blog Donne ta musique. Il s’agit d’un ebook téléchargeable plein de bon conseils avec un contenu bref, bien construit, accessible et au graphisme très agréable qui donne envie de lire.

Deux styles très différents et deux blogs que j’apprécie particulièrement en ce moment et que je vous conseille d’ajouter à votre liste de lecture.

Une sélection de belles pages myspace

Des pages myspace qui ne sont pas moches ? Et bien oui ça existe ! incroyable, non ? 😉 Allez rien que pour vous, voici une petite sélection de pages que j’ai pu voir ici ou la et que j’ai bien apprécié…

Pour chaque page j’ai essayé de souligner les points qui me semble intéressants et qui peuvent inspirer d’autres artistes. Cliquez sur les images pour visiter la page myspace de l’artiste.

Blur Box

La première fois que je l’ai vue, je l’avais trouvée incroyable. Depuis les visuels ont changé, mais ça reste sympa tout de même. La mise en page c’est une galerie Slide.com en haut, les menus myspace, les amis et les commentaires sont masqués, c’est pour ca que c’est joli. Pas de trucs inutiles juste l’essentiel.


belle page myspace

Fall Out Boy

Une page très stylée avec un beau design. Ici la barre de menu myspace est en gris et blanc sur fond blanc, ce qui permet de la garder en haut sans qu’elle soit trop visible.

myspace-falloutboy-1

vue d’ensemble de la page:

myspace-falloutboy-2

Le seul défaut peut être c’est la quantité d’éléments présents… Entre le contenu de la page et les commentaires des amis spammeurs mieux vaut avoir une bonne connexion et un ordi qui tient la route pour ouvrir la page.

Marion Duclos, illustratrice

Un menu myspace réduit au strict minimum et tout de suite on est dans l’univers graphique de la dessinatrice. Beaucoup de blanc, ca change de la plupart des myspace et ca repose. Une animation est visible d’entrée avec un lien vers le site internet. Simple et efficace.

myspace-marion-duclos-illustratrice-1

vue d’ensemble de la page:

myspace-marion-duclos-illustratrice-2

Pas de distractions on peut focaliser sur les œuvres et admirer la variété des styles. A la fin la liste d’amis avec beaucoup d’autres illustrateurs.

Khod Breaker

Celle la est carrément un bijoux. La page s’ouvre sur une vidéo mise en valeur par un superbe graphisme qui incite tout de suite a regarder la vidéo.

Myspace-Khod-Breaker-1

vue d’ensemble de la page:

Myspace-Khod-Breaker-2

Au dessous du visuel initial le reste de la page est classique. Pas trop de contenu, juste ce qu’il faut.

Incubus

Joli et class, la page d’Incubus accueille le visiteur s’ouvrant sur un grand visuel flash. La barre de menu myspace est décallée vers le bas.

myspace-incubus-1

vue d’ensemble de la page:

myspace-incubus-2

Ici aussi beaucoup beaucoup d’éléments sur la page qui ralentissent le chargement…

Eole

Un joli design, sobre et propre. Jettez aussi un oeil aux autres design myspace par le même auteur Ice create.

C’est quoi une belle page myspace ?

Ce que je trouve intéressant c’est que les plus belles pages myspace sont celles… qui ressemblent le moins à des pages myspace ! Et que chaque utilisateur essaye avec une obstination qui force l’admiration de bidouiller son code infect pour atteindre le même objectif. Je serai Myspace je me poserai des questions…

Autre chose: je ne sais pas vous mais moi je n’ai pas vu une publicité sur myspace depuis des années, grâce à l’excellentissime module Adblock+ pour firefox. Ca aide à rendre les pages moins moches…

Comment faire une belle page myspace ?

Pas facile à moins de bien connaître le code html et css … Et même quand on connaît le code, il reste du travail. Car il y aussi le risque de faire quelque chose qui n’apparaît pas correctement avec tous les navigateurs.

Une astuce simple couramment utilisé pour embellir une page myspace, consiste à décaler le menu myspace vers le bas et mettre un joli visuel au dessus (voir comment ajouter une banniere en haut d’une page myspace). C’est ce visuel qui sera vu par le visiteurs lorsqu’il arrivera sur la page. Il pourra ensuite voir le reste des infos et la page myspace classique en descendant.

Si vous ne vous sentez pas capable de faire ca vous même et que vous avez un peu d’argent a investir, mieux vaut passer par un designer professionnel comme Ice create.

Un conseil pour finir: restez simple et plutôt que de perdre trop de temps à personnaliser votre page,  focalisez sur le contenu. Faites le original, interactif et essayez de ne pas mettre pas trop d’éléments afin que la page ne mette pas trop de temps à se charger. Si vous avez beaucoup d’images, essayez de les optimiser pour le web pour qu’elles ne soient pas trop lourdes. Vous voulez que vos visiteurs puissent découvrir vos œuvres le plus facilement et rapidement possible.

Si vous avez des belles pages à me proposer laissez un commentaire, si elles me semblent intéressantes comme exemples, je les rajouterai à l’article.

Quand les fans réalisent des clips vidéos pour leur groupe préféré

Voici quelques exemples de clips qui ont été réalisés par des fans de groupes parfois de manière spontanée parfois suite aux demandes de groupes.

Les clips spontanés

Tryo, « L’hymne de nos campagne »

Un clip réalisé par Clara, une fan de 16 ans…

Daft punk – « Harder Better Faster Stronger »

Cette chanson a généré un nombre impressionnant de clips et autres remix. En voici 2 qui ont très bien marchés:

Groovy dancing girl – Bandy Toaster

Une vidéo filmé au ralenti dans une arrière cour de Dublin + une danseuse talentueuse = plus de 4 millions de vues !!

Daft Hands

2 mains + 1 marqueur = plus de 34 millions de vues !!! Attendez que les mains s’ouvrent vers le milieu du clip pour voir le coté sympa.

Le point commun de ces clips c’est qu’ils ont demandés très peu de moyens pour les réaliser, tout est basé sur la créativité. En plus non seulement les fans font le clip spontanément, mais ce sont aussi eux qui font la promotion en faisant passer la vidéo de proche en proche.

Recrutez ses fans:

Certains groupes ont poussé l’idée plus loin en demandant à leurs fans de participer à la création de leur clips.

Le concours d’animations de Radiohead

Pour son album In Rainbows, Radiohead à lancé l’année dernière un concours de vidéos d’animation pour un de ses morceaux.

Résultats:  plus de 900 scripts proposés, 236 clips vidéos et au final 4 gagnants et 4 clip brillants:

Tobia Stretch – transmutation

Kota & Totori – 15 steps

Clement Picon – Reckoner

Wolfgang Jaiser & Claus Winter – 16 tracks

Nine Inch Nails – Ghost Film Festival

Encore une fois Trent Reznor a innové avec un projet artistique expérimental. Apparemment Nine Inch Nails avait composé la musique de cet album instrumental avec une approche cinématographique en tête. Pour la sortie de l’album Ghost Reznor a ensuite demandé aux fans de créer des clips à partir de ses chansons et de les inclure dans un groupe YouTube. Ici pas de règles, vous pouvez faire un clip, un court-métrage ou une vidéo complètement abstraite.

Résultat plus de 2500 clip vidéos créés !

Conclusion

Bon on est d’accord il faut avoir un minimum de fans pour espérer pouvoir tenter ce genre d’approche, mais ceci est juste un exemple de co-création fans-artistes. Il y a d’autres façons de faire participer les fans dans votre promotion, et à votre échelle, on en reparlera. Et puis toutes les vidéos ne sont pas forcément géniales, non plus.

Mais je reste fasciné par la qualité de certaines de ces vidéos et la facon dont elle apparaissent spontanément grâce des fans passionnés.

Est ce que vous connaissez d’autres exemples de vidéos sympas réalisées spontanément par des fans ?

Musiciens 2.0: élements importants pour votre site web

Aujourd’hui pour se faire connaître il est essentiel de créer une relation forte et étroite avec sa communauté de fans. Aujourd’hui ils vous écoutent et vous apprécient, ils achètent vos disques, vos tee-shirts et vos places de concerts. Demain ils feront aussi votre promotion et vos ventes… Si vous les aider à vous aider…. Voici quelques conseils sur les éléments que vous devriez avoir sur votre site pour favoriser le bouche à oreille et recruter votre communauté.

Une actualité

Le plus simple et le plus efficace est d’utiliser un blog (Voir les 10 raisons d’utiliser un blog pour faire votre site web). En fait dans sa plus simple expression, un site peut être uniquement constitué par un blog.

Ensuite ce n’est pas tout d’avoir une page actualité, il faut la remplir. Faites court, mais informez de manière régulière pour capter et conserver l’attention de votre communauté. Un site qui n’est pas mis a jour donne l’impression que le groupe n’existe plus. Si vous êtes en panne d’actualité vous pouvez aussi parfois faire passer d’autres infos qui ne sont pas directement liées au groupe, mais peuvent quand même avoir un intérêt pour votre communauté (d’autres groupes que vous écoutez, des concerts que vous allez voir, des vidéos que vous aimez, …). L’important est de garder le contact.

Une lettre d’actualité (newsletter)

Évidemment complémentaire de l’actualité, si vous n’avez pas d’actu, vous ne postez pas de nouveautés, les gens se lassent et oublient. La lettre d’actualité permet donc de conserver et renforcer le contact avec votre communauté. Détail pratique: il faut que l’inscription à la lettre soit visible et facile utiliser (ne la cachez pas dans un sous menu, mais au contraire, affichez la sur toutes les pages du site). Le fil RSS est un bon complément à la lettre d’actualité (on en reparlera).

Autre idée inspiré de Trent Reznor: proposer de la musique en téléchargement accessible après inscription à la newsletter. Si lors de l’inscription vous demandez la ville aux utilisateurs, cela vous permet de constituer une liste de fans par région qui vous permettra d’annoncer vos concerts ou événements de façon ciblée.

Une page contact complète

Différentes personnes chercheront à vous contacter, avec différents objectifs et différentes habitudes. Trop de sites proposent des contacts incomplets voire introuvables ! Favorisez les contacts en leur facilitant le travail pour vos visiteurs. Proposez les élément suivants (l’intérêt est décrit brièvement entre parenthèses):

  • adresse postale (on peut vous envoyer des documents, mais savoir ou vous êtes favorise aussi les rencontres locales)
  • numéro de téléphone avec prénom et fonction de la personne qui répond (contact direct et rapide)
  • adresse email (contact direct maintenant ou pour plus tard)
  • formulaire de contact (pour ceux qui veulent vous contacter rapidement sans ouvrir leur messagerie)

Un espace pro complet

Ces éléments peuvent être regroupes dans une seule page ou bien faire l’objet de pages séparées:

  • une courte description générale (moins de 300 caractères, que les fans ou les journalistes peuvent reprendre rapidement sans avoir besoin de vous contacter à chaque fois
  • fiche technique du groupe claire et facile à visualiser et télécharger (image JPG et fichier PDF)
  • une revue de presse (si la presse, les webzines ou les blogs parlent de vous, parlez en !)
  • une biographie (optionnel mais peut être utile)
  • un press kit qui rassemble toutes ces infos
  • du matériel promotionnel pour les fans, photo « officielle », musique, bannières, widgets, …

Un lieu d’échanges pour votre communauté

Ici vos fans pourront discuter avec vous et entre eux. Différents choix possibles:

  • forum (classique, simple et efficace, il existe de nombreux services d’hébergement gratuits et des logiciels libres à installer sur votre site).
  • blog (pour l’actu on l’a vu mais aussi pour les commentaires que cela suscite).
  • votre propre myspace/facebook (pas une simple page, mais un réseau social complet avec pages, forums, photos, vidéos pour vous et votre communauté). Le service Ning vous permet de créer très facilement et gratuitement un réseau social complet avec de nombreuses fonctionnalités (forums, pages persos, galerie photos, …).
  • un réseau social populaire (myspace, facebook, twitter, …). Ce sont des lieux de rencontre et de discussion ou le public est déjà . Plutôt que d’installer un forum ou un livre d’or sur votre site, il peut être plus facile d’engager la discussion sur ces réseaux. Dans ce cas créer vous un compte et n’oubliez pas de mettre des liens en évidence depuis votre site web.

Du contenu multimédia réutilisable

Maintenant le plus intéressant: le contenu ! La plupart des groupes proposent de la musique et des photos, parfois des vidéos ce qui est très bien. On trouve beaucoup de choses de très bonne qualité. Malheureusement il est parfois difficile pour le visiteur, même motivé, d’accéder à ce contenu.

Le contenu doit être facilement accessible

Combien de fois êtes vous allez sur un site vous n’arrivez pas à écouter la musique ou à voir les images ? Il manque un plugin ou bien vous n’avez pas le bon navigateur, …

Attention aux sites optimisé pour une seule configuration (quand j’arrive avec mon mac et firefox sur une page d’entrée « optimisé pour internet explorer résolution bla bla bla… » , la moitié du temps je pars sans regarder…). Choisissez un système simple qui respecte les standard du web pour que votre fonctionne avec n’importe quel ordinateur.

Contenu verrouillé ?

Nous avons une tendance naturelle à partager ce que nous aimons (ou n’aimons pas). Nous prêtons un CD à un ami ou donnons une compilation enregistrées sur cassette. En ligne, nous envoyons des mails, des liens et parfois du contenu « piraté ».

De nombreux créateurs ont la crainte (légitime) de perdre le contrôle de leur contenu mis en ligne. Ils cherchent donc à protéger ce contenu en empêchant la copie. Cette solution a pourtant plus de défauts que d’avantages, les industriels de la musique l’ont appris à leur dépends. En fait si une solution de contrôle empêche une partie du public d’accéder a du contenu sans autorisation, elle n’est jamais efficace à 100%. Il y a toujours moyen de copier un contenu digital. Une telle barrière bloque les fans qui veulent légitimement partager ce qu’ils aiment, mais ne permet pas d’empêcher la diffusion non autorisée d’une œuvre (Lisez comment j’ai piraté mon frère et volé les bijoux de famille).

Libérez le contenu

Dans notre monde de plus en plus globalisé et interconnecté et nos vies de plus en plus rapides, notre attention a un prix. Les industriels payent des fortunes pour quelques secondes de cette attention (notre temps de cerveau disponible…). Pour un groupe de musique sur myspace au milieu de milliers de groupes, dans un rayon de CD à la FNAC, ou sur le bureau d’un organisateur de festival, même avec beaucoup de talent, c’est difficile d’attirer assez d’attention pour sortir du lot et se faire repérer.

C’est la que vos fans peuvent vous aider. Ils vous ont vus en concert, ils ont acheté votre CD, ils vous connaissent, ils vous aiment. Aidez les à parler de vous à leur communauté (amis, famille, collègues…) pour favoriser la diffusion prescriptive. En libérant vos œuvres et en facilitant leur diffusion, vous permet à vos fans de vous recommander (« tiens écoute ce mp3, c’est excellent ! »). Par leurs emails, leur discussion dans un forum web ou un café du coin, leurs échanges de musique, leurs blogs et pages myspace, ils parlent de vous et font votre promotion. Mieux avec les widgets ils peuvent aussi devenir des points de vente pour vous.

Des services de partage de contenu

Je ne connais pas de solutions open source qui permettent de partager du contenu aussi facilement, je vais donc vous recommander des services en ligne. Oubliez le lecteur musical myspace, préférez:

Le principe de ces site est le même: vous chargez du contenu sur ce site qui génère un lecteur (souvent flash) que vos fans peuvent insérer sur leur sites/blogs/myspace. Ceci leur permet de partager librement et très facilement votre contenu et de favoriser le bouche à oreille. Mieux vous gardez un certain contrôle sur ce contenu que vous pouvez modifier ou retirer à tout moment, la modification se répercutant alors sur tous les sites qui utilisent ce contenu.

De la musique facile à écouter et à diffuser

Avoir de la musique sur un site web de musicien, ça semble allez de soir mais cela n’est pas souvent le cas. Comme je le disais plus haut, les musiciens sont coincés dans cette schizophrénie « je veux que les gens écoutent ma musique / j’ai peur que les gens volent ma musique ». On se retrouve donc avec pas ou peu de musique écoutable, des extrait de 30 secondes, des lecteurs difficile à utiliser, …

Je le répète: Barricader votre musique ne sert à rien, internet est un réseau et une musique écoutable est toujours copiable d’une manière ou d’une autre. D’autre part, est ce que le “pire-ratage” pour les artistes ce n’est pas d’être ignoré ? Plutôt que de lutter contre la tendance à la copie, essayer de l’utiliser à votre avantage: voir quelles stratégies pour mettre sa musique en téléchargement.

Une boutique

Certains services en ligne ou logiciels libres vous permettent de créer un simple système de paiement en ligne (paypal) ou même une vrai boutique (OSCommerce). Voyez aussi comment vendre facilement votre musique en ligne en créant une boutique avec Yozik. Si la mise en place d’un tel système est trop laborieux pour vous, indiquez au moins sur le site un moyen qui permet aux gens d’acheter votre musique et votre merchandising (tee-shirt, …).

En cultivant votre communauté, en lui faisant confiance et en lui donnant du contenu et des outils vous mobilisez les énergies de votre communauté. D’autres idées sur le sujet ?

Comment se faire connaitre quand on est un artiste inconnu ?

C’est la question à laquelle répond Trent Reznor, leader du groupe Nine Inch Nail et qui a déjà lancé avec succès de nombreuses initiatives innovantes dans l’utilisation d’internet pour promouvoir et vendre sa musique.

Il explique ses idées sur la facon dont un artiste inconnu devrait utiliser internet: avoir une vrai stratégie internet (avec des buts précis), donner sa musique pour la faire connaitre, créer une relation proche avec les fans, utiliser des outils performants pour distribuer/vendre sa musique en ligne …

Un article que chaque musicien ou artiste devrait lire absolument.

Voici la version originale en anglais:

http://forum.nin.com/bb/read.php?30,767183

Si l’anglais n’est pas votre tasse de thé, jetez un oeil à cette traduction sur donnetamusique.com qui résume bien les grandes lignes:

Vendre sa musique lorsqu’on est un artiste inconnu

Au passage, je vous encourage fortement à explorez le reste du blog, qui traite des nouvelles stratégies de communication internet pour les musiciens et contient pas mal d’articles sympas.

licences Creative Commons: les différents droits pour protéger et partager une œuvre

Comment mettre ses œuvres en partage tout en conservant la paternité de son travail. Après l’introduction au fonctionnement des licences creative commons, deuxième explications BD sur les différents droits et les différentes licences.

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

Ceci est la traduction en français d’une création originale de Creative Commons, A Spectrum of Rights. (Credits de la version originale : Cartoon concept and design by Neeru Paharia. Original illustrations by Ryan Junell, Photos by Matt Haughey.)

Images publiées sous licence creative commons et traduites par Philippe Daigremont:

Les licences creative commons – les différents droits

Plus d’informations sur les creative commons

Pirater Toc-Arts ?

Depuis ses débuts, Toc-Arts est sous licence creative commons: « J’encourage tous les lecteurs qui le souhaitent à copier, voler, pirater sans vergogne ce que nous écrivons, et à reproduire sans payer les articles sur leurs blogs, pages MySpace, e-mails ou papyrus…« 

Creative Commons License

licences Creative Commons: comment ca marche et pourquoi tous les artistes devraient les utiliser

Une explication simple sous forme de BD a propos des licences Creative Commons; comment ça marche et pourquoi tous les artistes devraient les utiliser. J’avais déja parlé de pourquoi une société libre d’emprunter et de construire sur le passé est culturellement plus riche qu’une autre (le “piratage” favorisait la créativite culturelle). Les licences libres de type creative commons donnent un cadre légal au partage et favorise la diffusion et la créativité. Une introduction aux licences libres que je voulais publier depuis longtemps, ça y est c’est fait.

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

bd licence creative commons comment ca marche

Ceci est la traduction en français d’une création originale de Creative Commons, How It Works. (Credits de la version originale : Cartoon concept and design by Neeru Paharia. Original illustrations by Ryan Junell, Photos by Matt Haughey.)

Images publiées sous licence creative commons et traduites par Philippe Daigremont:

Les licences creative commons comment ca marche

Plus d’informations sur les creative commons

Pirater Toc-Arts ?

Depuis ses débuts, Toc-Arts est sous licence creative commons: « J’encourage tous les lecteurs qui le souhaitent à copier, voler, pirater sans vergogne ce que nous écrivons, et à reproduire sans payer les articles sur leurs blogs, pages MySpace, e-mails ou papyrus…« 

Creative Commons License

Musique 2.0: Musiciens indépendants – Les 7 « prérequis »

Je republie ici un article d’Ignazio Lo Faro le fondateur de BnFlower, qui discute ici les qualité que le musicien 2.0 doit posséder pour se faire connaître aujourd’hui (Via Numérama)

Divers –
Par Ignazio Lo Faro : Sept conseils pour mieux évoluer dans la musique indépendante sur Internet.
La musique indépendante et Libre devient une réalité sur le Web. Depuis plusieurs années, emmené récemment par les Creatives Commons, un large mouvement redéfinit les contours de ce que sera la place des musiciens indépendants dans le monde de la musique en ligne.Du coup, il serait bon d’essayer (je dis bien essayer) de tirer quelques « prérequis » pour mieux évoluer dans la musique en ligne. Ces « prérequis » permettront au musicien indépendant de mieux appréhender et argumenter sa propre réflexion. Certains de ces « prérequis » sont évidents. D’autres moins.

L’ensemble de cette réflexion est directement issue de l’observation et de l’analyse de ce que je peux vivre au sein de la communauté Bnflower.
Il s’agit donc d’une observation du réel. Des besoins et frustrations que peut rencontrer aujourd’hui un musicien indépendant qui se penche sur Internet et les réseaux mobiles pour faire découvrir sa musique. L’ensemble n’est pas exhaustif et devra être amélioré. Il ne s’agit ici que d’un premier jet qui nécessairement est déjà incomplet.

Je ne fais que tracer brièvement ces 7 principes premiers pour que l’ensemble tienne sur un seul article. Je reviendrai sur chacun de ces principes individuellement dans les semaines qui viennent.

1. Penser « diffusion prescriptive » plutôt que « distribution »

Il y a une différence essentielle entre la distribution de ses œuvres et leur diffusion. La distribution peut se définir par ce que l’on pourrait appeler le modèle HEC (Hosting, Editorial, Content). C’est ce que font des sites comme Vitaminic et de nombreux autres. Ce modèle permet au musicien indépendant de placer sa musique sur une plateforme Internet où des centaines d’autres musiciens se présentent eux aussi. Ce modèle souffre donc d’un effet dit de « goulot d’étranglement ». L’artiste n’est plus visible, car noyé dans la masse.

La « diffusion prescriptive » peut être résumée ainsi : « J’aime ta musique alors je la défends et je la diffuse ». On parle de diffusion, car le principe n’est pas d’entreposer sur une plateforme unique ses oeuvres, mais plutôt de les placer sur des structures qui favoriseront sa diffusion. Les blogs et les radioblogs, les podcasts, le P2P, les radios web, etc., sont d’excellentes technologies qui permettent de pratiquer la diffusion. Cette diffusion est dite prescriptive, car il y a prescription d’un artiste par un fan.
Un fan aime la musique d’un artiste alors il la place en première page de son site/blog, bien en vue.
De plus, il permet l’écoute de cette musique (par Radioblog) mais aussi sa diffusion (par Podcast par ex).
Il ne s’agit pas simplement d’une promotion d’un artiste, mais d’une prescription. La différence tient à ceci. En faisant de la diffusion prescriptive, le gérant d’un site exprime ses goûts. Du coup, ceux qui visitent son site et qui ne sont pas là par hasard, ont de grandes chances d’avoir les mêmes affinités que lui. Il s’agit, un peu, de ce que nous faisons tous lorsque nous recommandons un artiste à un ami qui partage les mêmes goûts et centres d’intérêts que nous.

2. Approfondir la proximité avec les amateurs de musiques (les fans)

La proximité est l’enjeu essentiel que les musiciens vont devoir approfondir dans les années qui viennent. La proximité se construit peu à peu entre un artiste et ceux qui découvrent son talent. Cette proximité est largement facilitée aujourd’hui par Internet et l’ensemble des réseaux fixes et mobiles.
Pour un artiste indépendant, ce qui compte c’est de développer son potentiel à réunir autour de lui des personnes qui vont aimer sa musique. Internet permet cela presque naturellement ; il faut offrir à l’internaute ce que Alban Martin appelle une expérience Il s’agit en fait de construire un espace virtuel (cet espace devra être simple et pratique) où le fan et l’artiste vont tour à tour apprendre à se connaître. De cette connaissance et de cette proximité émergera forcément des liens qui permettront à l’artiste d’être réellement à l’écoute de son public. De plus cette proximité et cette compréhension mutuelle permettront aux fans de rentrer plus dans le détail dans leur compréhension de l’univers de l’artiste.
Le tout formera une dynamique qui forcément produira (avec du temps et du travail) l’adhésion d’autres fans ; et ainsi de suite…

3. Utiliser les licences libres plutôt que la Sacem.

Lorsqu’un artiste doit diffuser sa musique, il doit à tout prix faciliter cette diffusion. Sur le BnFlower nous avons vu le cas d’artistes dont la diffusion était altérée, car ces artistes étaient affiliés à la Sacem. Et pour cause. Lorsque vous êtes « déclarés à la Sacem », il faut payer pour pouvoir diffuser sa musique. L’artiste qui veut diffuser sa musique paye, mais celui qui veut diffuser la musique de cet artiste paye aussi. Du coup, c’est un frein important pour la diffusabilité de l’œuvre. Peu de gens sont prêts à payer pour diffuser la musique d’un autre.
Par contre, des licences comme les Creative Commons permettent une libre diffusion. Nul besoin de payer, ce qui donne un coup de fouet à la diffusion de l’artiste. Donc pour bien diffuser sa musique le musicien indépendant doit favoriser juridiquement cette diffusion. C’est ce qu’il fait s’il opte pour des licences libres, Creative Commons, Art Libre…

4. Miser sur l’international.

Il faut avoir une démarche internationale. C’est un prérequis évident.
La France, c’est 24 millions d’internautes. Le monde, 1 milliard. Les musiciens indépendants peuvent déjà commencer une traduction anglophone de leurs sites. Et pourquoi pas une version chinoise (103 millions d’internautes) le plus vite possible.

5. Se rapprocher des communautés.

Seul, un musicien indépendant ne peut diffuser efficacement sa musique. Le relais par une communauté est donc fondamental. Le mieux est de créer sa propre communauté, mais cela n’est pas chose simple. D’autant plus qu’il commence à exister de nombreuses communautés. Autant en profiter. Là aussi la proximité fan/artistes sera essentielle.

6. Favoriser les concerts et le régionalisme

La représentation publique est pour l’artiste un point essentiel. C’est un prérequis évident.
Il faut à tout prix augmenter les concerts. Mais chacun sait que ce n’est pas facile. Internet permet une meilleure visibilité pour l’annonce de ses concerts. Les communautés ont là aussi un rôle primordial à jouer. Et on trouve de plus en plus de communautés régionales . Il faut donc investir, en temps et en énergie, pour augmenter sa visibilité dans ce type de communauté.

7. Avoir du Talent.

Si vous avez du talent c’est le public qui vous le dira, personne d’autre. C’est un prérequis évident là aussi. Avoir du talent pourrait s’exprimer (pour faire simple) par « le potentiel fédérateur d’un musicien indépendant ».
Ce potentiel fédérateur représente la capacité d’un artiste à réunir autour de lui un public qui apprécie sa musique et qui est prêt à se mobiliser pour la faire découvrir à d’autres .

Très difficile à cerner, ce prérequis est la base fondamentale. Sans talent, aucunes technologie, aucunes communauté, aucune réflexion ne pourront vous aider. Le talent est à la base de tout. C’est la condition sine qua non de tout ce qui précède.

De nombreux artistes indépendants ont du talent.

Ignazio Lo faro
Fondateur de Weedfrance et de la communauté BnFlower.

Article diffusé sous licence Creative Common by-nc-nd 2.0, écrit par Guillaume Champeau pour Numerama.com

Créer une vidéo virale pour se faire connaitre

Le marketing viral est une forme de publicité à la diffusion de laquelle le consommateur contribue. La publicité est transmise de personne à personne de façon « contagieuse », je la passe à mes amis qui la passe à leur amis, etc… Grâce à internet et aux réseaux sociaux, ce système de promotion est de plus en plus puissant.

Ainsi, j’avais déjà parlé d’artistes du web qui se sont fait connaître grâce à une simple vidéo mise en ligne qui s’est ensuite diffusée pour être finalement vues des millions de fois. Kamini, la Chanson du Dimanche, Bandy Toaster, la groovy girl ou encore le collectif Improv’Everywhere sont des exemples de la puissance de cette technique.

Comment lancer une campagne de marketing viral et générer du « buzz » ?

JF Ruiz nous propose une série de conseils:

  1. Créer l’émotion !
  2. Faire quelque chose d’inattendue, d’original !
  3. Racontez une histoire !
  4. Laissez des séquelles !
  5. Autoriser le partage, le téléchargement et l’intégration
  6. Connectez-vous avec les diffuseurs et leurs commentaires
  7. Ne jamais restreindre l’accès

Lisez l’article en entier pour des précisions: 7 astuces pour réussir sa campagne de marketing viral

C’est la créativité qui fait la différence, pas le budget dépensé

Voici quelques autres conseils en vrac (pompés en partie d’un article de Conseil Marketing sur le buzz marketing):

  • il faut que la vidéo étonne l’internaute, le fasse rire, l’interpelle… pour qu’il ait envie de la transférer à ses amis.
  • jouez la parodie et l’humour plutôt que sur le talents de vos “comédiens”,
  • Utilisez un thème la mode (c’est un des secrets de toute action marketing, être là au bon moment au bon endroit). Parfois parodier une autre vidéo virale à la mode est une bonne astuce.
  • Ne vous prenez pas pour Steven Spielberg ou une star de la pub : dans une vidéo virale la star c’est pas le produit… La “STAR” c’est celui qui regarde la vidéo, et qui devra avoir envie de l’envoyer à ses amis…
  • N’essayez pas de faire “Pro” si vous n’en n’avez pas les moyens, vous vous décrédibiliserez.
  • faites court, 1 à 2 minutes maxi… si nécessaire faites une série de vidéos à publier en meme temps ou a de courts intervalles pour obtenir un maximum de visibilité.
  • multipliez par 10 à 20 fois la durée estimée du clip pour l’estimation du temps de tournage (ex: pour une vidéo de deux minutes, prévoyez entre 20 et 40 minutes de tournage).
  • attention au buzz négatif, rien n’est acquis. Ce n’est pas parce que vous trouvez cela drôle, que les autres internautes seront intéressés… La vidéo peut se diffuser, mais pas forcément avec des commentaires élogieux.
  • publiez votre vidéo sur tous les sites majeurs de vidéos mais aussi les plus modestes (vous devez obtenir un maximum de visibilité… sachant que les petits sites sont bien moins concurrentiels).
  • Il faut communiquer sur votre vidéo (digg like, réseaux sociaux, blogs, email, …)
  • soigner le référencement (miniature, mots clés, bonne description, lien vers votre site dans la description ET dans la vidéo.
  • Toucher les influenceurs, early adopteurs, les hubs ou ils se rencontrent… mais pas seulement.
  • Attendre et choisir le bon timing pour obtenir la viralité.
  • avoir du talent ! soyez inventif, créatif, différent…

Être au bon endroit, au bon moment, avec le bon matériel

Le démarrage d’une campagne de marketing viral, c’est comme un départ de feu de forêt : c’est la combinaison de nombreux paramètres aléatoires (pluviométrie, type de bois et de sous-bois, temps de réaction des équipes de pompiers…) qui déterminent l’ampleur de la catastrophe. Comprenez par là que si les conditions sont réunies, une simple allumette suffit à provoquer un incendie gigantesque. Et inversement : s’il vient de pleuvoir, même une bombe incendiaire au phosphore ne pourra pas provoquer grand chose.

Créer votre vidéo virale

Pour réfléchir à votre vidéo je vous conseille de jeter un œil à ces liens:

En espérant que ça vous inspire

1 2 3 4 5