Créer une boutique Yozik pour vendre sa musique sur Facebook

yozik

Le service de vente de musique en ligne Yozik ajoute la possibilité de créer des boutiques sur Facebook et ajoute la distribution sur de nouvelles plateformes de vente.

J’avais décrit comment vendre facilement sa musique en ligne en créant une boutique avec Yozik. Yozik n’est pas le seul service qui permet de créer un boutique pour vendre sa musique, et d’autres comme Nimbit permettait déjà de vendre de la musique via Facebook mais Yozik est francophone et facile à utiliser, donc interessant pour tous les petits (et grands) artistes auxquels je veux m’adresser.

Vendre sa musique via Facebook

Suivez le lien suivant pour voir comment créer un boutique Yozik pour vendre sur Facebook ou allez jeter un œil sur un exemple de l’application sur le profil de Zenzile. On n’a pas encore la qualité d’intégration d’un Nimbit, mais ca marche et c’est tout ce qui compte.

Distribuer sa musique sur d’autre plateformes

Yozik permettait déjà de distribuer sa musique sur des plateformes francophones (la FNAC, Virgin Mega.fr, Deezer) et internationales (iTunes, Amazon Mp3) et ajoute aujourd’hui la distribution sur la boutique OVI de Nokia.

Autres nouveautés

Parmi les autres nouveautés, de nouvelles possibilités de personnalisation des boutiques et la possibilité de créer un profil PING (le réseau social musical attaché à iTunes).

Yozik lance aussi sa newsletter avec au menu nouveautés techniques, des conseils pour optimiser votre utilisation du service,  et une rubrique « zoom sur » mettant en avant un artiste et un label utilisant Yozik.

Conclusion

Même si je trouve que le graphisme aurait besoin d’un nouveau coup de pinceau, Yozik reste un de mes chouchous car francophone, facile à utiliser, et donne la possibilité à n’importe quel artiste de créer sa boutique en ligne. Ceci ne garantit pas que les ventes suivront (Pensez à la stratégie!!), mais si les fans sont déjà la, ca ouvre de nouvelles possibilités.

Pour finir, une suggestion à l’équipe Yozik: une extension WordPress pour créer un site et une boutique et quelques clics comme Nimbit pourrait être intéressante, non ?

Bien penser sa stratégie pour réussir

strategie-plan

Promouvoir sa musique, la vendre, trouver des dates, … Pour réussir il est essentiel de bien penser sa stratégie et définir ses objectifs avant d’agir.

Dans son article Dis, tu veux réussir dans la musique? Alors c’est quoi ton plan? Virginie Berger, alias @Virberg vous aide à réfléchir à votre stratégie point par point:

  • Comment vos objectifs ?
  • Définir concrètement de vos objectifs et actions
  • Sur quoi concentrer vos efforts pour atteindre vos objectifs? (graphisme et image de marque, Press Kit, développer votre base de fans, relations médias, tournées, sites web/ stratégies médias sociaux, distribution et autres sources de revenus…)

Je n’ai pas trop le temps d’écrire des articles en ce moment, heureusement, d’autres s’en chargent très bien :-)

Donner sa musique: l’exemple des Ogres de Barback

ogres-de-barbac-donnent-dvd

On avait déjà vu que donner un CD gratuitement pouvait faire vendre plus de musique. Voici l’exemple d’un groupe français, les Ogres de Barback, qui a utilisé une approche similaire.

En effet ils offraient un double DVD vidéo à chaque spectateur de la tournée !

ogres-de-barbac-donnent-dvd

Je trouve cette initiative intéressante par rapport à l’exemple précédent car ici la relation est déjà établie avec le public et le disque sert à plus fidéliser le public existant et ramener du monde aux concerts. Alors que tout le monde cherche encore les nouveaux modèles économique de la musique, le live reste une valeur sure. Dans ce contexte, utiliser le DVD comme produit d’appel pour attirer plus de monde aux concerts est une bonne idée:

  • 5h de concerts en vidéo dans un joli DVD, c’est un beau cadeau et cela donne une raison de plus d’aller voir le groupe en concert
  • les fans en ont pour leur argent (un concert live + un concert à emporter pour le même prix)
  • pour un groupe comme les Ogres le concert est un des points forts: cela fait gagner des points auprès des fans existants et interpelle les spectateurs qui ne connaissent pas.
  • les spectateurs repartent avec de la musique après le concert ce qui prolonge leur relation avec le groupe et convertit de nouveaux spectateurs en fans. Rappelez vous, dans l’histoire donné par Terry McBride, quand le groupe revenait dans une ville ou ils avaient insisté pour chaque personne prenne un CD, la fréquentation des concerts doublait ! Les personnes qui avaient pris des CDs étaient devenus des fans et avaient amené des amis aux concerts suivants.
  • le DVD sera aussi disponible à la vente et pourra être une source de revenu complémentaire pour le groupe.

Je me demande combien de DVD sont partis…

Allez je vous laisse avec le teaser du DVD



Promouvoir et vendre ses œuvres: 5 points importants pour réussir

tick_icon

Voici 5 points sur lesquels vous devriez particulièrement réfléchir AVANT de démarrer votre promotion (que ce soit sur internet ou pas). Ces points s’adressent à des artistes plutôt confirmés et qui veulent structurer leur démarche de promotion. Ils demandent un travail assez conséquent et nécessiteront sûrement l’assistance de personnes extérieures. Encore une fois cet article est centré sur la musique, mais pourra inspirer d’autres artistes.


Les 5 points

Ces 5 points sont inspirés de propos de Neil Cartwright, ex Chef de Projet nouveau média chez Sony Music UK, et maintenant consultant au sein de l’entreprise Million qui travaille avec des artistes comme Prodigy, Jamiroquai ou la plateforme de vente de musique en ligne « The Orchard ».

  1. Connaître votre public
  2. Créez du contenu que votre public aimera
  3. Placez votre contenu là ou votre public pourra le trouver
  4. Donnez des raison d’acheter
  5. Mesurez continuellement les résultats

Rentrons dans le détail.

Connaître votre public

Connaissez vous votre public ? Oui ? En êtes vous certain ?

Qui sont ils ? Jeunes, moins jeunes ? Hommes, femmes ? Avec le dernier iPhone ou une platine vinyle ? Quelles sont leurs habitudes, leurs envies ?? Quelles sont leurs idées, leur façon de parler ??

Interagissez avec votre public, en vrai après les concerts, sur internet via les réseaux sociaux, … parlez, mais surtout écoutez ! Mieux vous connaîtrez votre public, et mieux vous pourrez lui donner des choses qu’il aime sous la forme qu’il aime.

Créez du contenu que votre public aimera

Cela peut être du contenu multimédia (photos, vidéos, sons, …) mais hors ligne cela pourrait aussi être une jaquette de CD, une affiche, un tee-shirt original… Pour vous faire connaître sur internet, essayez de faire une vidéo « virale », cela ne demande pas forcément beaucoup de moyens, mais surtout de la créativité.

Placez votre contenu là ou votre public pourra le trouver

Ce n’est pas tout d’avoir un super clip vidéo, maintenant on en fait quoi ? On le met sur le site internet et on attends ? Ça peut durer longtemps…

Il vous faut aller au devant des gens. Placer votre contenu là ou il aura plus de chances d’être découvert par le public.

Facebook, Myspace, Twitter, Skyblogs, Youtube, Dailymotion, Viméo… Nombreux sont les endroits où les gens discutent et se détendent sur internet. Si vous connaissez votre public, vous aurez une idée des endroits où placer votre contenu pour que vos fans potentiels le trouvent.

Dans la vie réelle, identifiez les cafés, les salles, les lieux associatifs où votre public est susceptible de se trouver et placez y vos démos, fly, affiches…

Donnez des raison d’acheter

Il y a des milliers d’albums en vente dans les boutiques et sur internet et encore plus de musique téléchargeable gratuitement. Vous ne pouvez pas juste mettre un prix sur votre musique et espérer que cela va se vendre automatiquement.

Revenons sur la formule magique pour les nouveaux modèles économiques de la musique. Le premier point était de connecter avec les fans. D’abord pour les connaître et connaître leur besoins, leur envies, mais aussi pour créer une relation avec eux.

Le deuxième point c’est de donner des raison d’acheter. C’est à dire de proposer quelque chose qui a plus de valeur pour le fan que de la musique qui pourrait être téléchargée gratuitement et donc qui lui donne envie d’acheter.

La première raison d’acheter, c’est que l’on connaît l’artiste et qu’on l’apprécie.

D’où l’intérêt de cultiver une relation avec ses fans. L’artiste n’est pas juste un nom dans une playlist au milieu de milliers d’autres albums, mais une personne que l’on apprécie assez pour faire l’effort d’acheter.

Ainsi, on a vu que donner un CD gratuitement peut faire vendre de la musique. Comment ? En favorisant la découverte de l’œuvre par de nouvelles personnes, en créant un lien affectif entre le public et l’artiste qui approfondit la relation et fidélise les fans.

Sans aller jusqu’à donner un album CD, vous pouvez faire d’autres cadeaux pour favoriser la rencontre, par exemple donnez quelques chansons à télécharger à ceux qui s’abonnent à votre newsletter.

Ne vendez pas juste un CD. Pensez à vos fans et offrez leur des choses en plus.

Par exemple pour la commande d’un album CD, offrez le téléchargement immédiat de l’album au format mp3, ainsi les fans pourront écouter immédiatement la musique avant de recevoir le CD.

Proposez plusieurs options pour les différents goûts et budgets.

Certaines personnes aiment bien votre musique, mais ne sont pas prêtes à mettre beaucoup d’argent (ou du moins pas encore). D’autres, les fans purs et durs seraient prêts à acheter tout ce que vous produisez. Essayez de proposer diverses options pour satisfaire ces différents types de fans.

Bien comprendre votre public sera essentiel pour trouver une adéquation entre ce que vous pouvez vendre et les besoins de vos fans. Pour vous démarquer des autres artistes, vos « produits » devraient être très liés à votre style/personnalité.

Mesurez continuellement les résultats

Peut être le point le plus difficile pour beaucoup d’artistes. Car pour être efficace il faut être assez rigoureux, presque scientifique dans sa démarche et ça prend du temps.

Pourtant c’est très très important et surtout à ne pas négligez. Faire sa promotion sur internet peut prendre un temps énorme. Noter ce que vous faites et mesurer les résultats obtenus vous permettra de découvrir ce qui marche et ce qui ne marche pas dans votre promotion.

Cela vous aidera à concentrer vos efforts sur ce qui fonctionne le mieux. Quelle vidéo ou quelle chanson à marché le mieux ? Quel site a ramené le plus de trafic ? …

Pour mesurez le trafic sur votre site web, utilisez Google Analytics, gratuit et simple à utiliser. Créez un compte, ajoutez votre site et copier coller le code obtenu dans le code des pages de votre site. Après il n’y à plus qu’a observer.

Depuis peu, Myspace propose des statistiques sur les pages musique (à prendre avec des pincettes, la localisation des visiteurs semblant assez farfelue).

Coté vidéo, Youtube propose des statistiques très détaillés sur les spectateurs (cela ne semble pas être le cas chez Dailymotion).

Enfin, notez l’évolution du nombre de personnes qui vous suivent sur Facebook, Twitter, Myspace ou via votre newsletter.

De manière générale essayez de noter tout ce que vous faites dans un cahier ou un fichier et observez l’évolution des statistiques au cours du temps pour voir ce qui marche le mieux.

Conclusion

Faire sa promotion et vendre ses œuvres est un travail de longue haleine. La relation fans-artistes ne limite pas à une campagne marketing et la vente d’un produit. C’est une relation affective qui se prolonge sur la durée. Il vous faudra donc être actif et présent tout au long du processus. N’en faites pas des tonnes au début pour abandonner par la suite car il y a trop de travail. Commencez doucement et développez au fur et à mesure.

2 conseils pour finir:

  • soyez authentiques, soyez vous même. C’est ce qui vous différencie des autres artistes, fait que des gens s’intéresseront à vous et, pour certains, vous ferons de la promotion et achèterons vos œuvres.
  • si vous le pouvez, faites appel à une ou plusieurs personnes pour vous aidez dans votre promotion. Cependant, ne laissez pas tout reposer pas sur ces personnes et soyez directement impliqué dans le processus, que ce soit l’interaction avec les fans ou la stratégie.

Comment vendre sa musique sur internet: retour sur l’expérience des Bijoux de Famille

lesbijouxdefamillecd1
Il y a un an je titrai Comment vendre sa musique en ligne: l’exemple des Bijoux de Famille. Je décrivais comment nous avions mis en place une boutique pour vendre des CDs et de la musique à télécharger grâce au service Yozik.

Depuis plusieurs personnes ont demandés des retours pour savoir si vendre de la musique sur internet ça marche.

Je vais donc revenir sur l’expérience des Bijoux de Famille, les bonnes choses mais aussi les erreurs qui ont été faites.

Est ce que ça marche de vendre de la musique en ligne ?

Oui et non.

Oui ça fonctionne, car grâce à Yozik nous avons réussi à vendre de la musique à des endroits inaccessibles autrement (une personne a acheté l’album au format mp3 depuis la Réunion et une autre personne un titre en mp3 depuis l’Angleterre).

Non car nous avons vendu très peu en ligne. A savoir 2 albums format mp3, 1 CD et 2 titres mp3. Tout juste de quoi payer les frais de la boutique. On est loin de la fortune. A coté les ventes physiques sont plutôt autour de 600 albums, la plupart au cours des concerts, mais aussi dans les points de ventes de la région.

Notez que ce n’est pas vraiment surprenant qu’il y ai peu de ventes en ligne, puisque la plupart des fans sont de la région ou ont vus le groupe en concert, il est donc beaucoup plus facile pour eux d’acheter l’album directement. La vente en ligne serait surtout intéressante pour les fans distants, mais pour cela encore faut ils qu’ils puissent découvrir le groupe…

Les bons points

  • globalement la mise en place d’une boutique avec Yozik est relativement facile et permet d’avoir une boutique en ligne assez rapidement.
  • l’investissement est minime (gratuit pour un album ou 29€ pour un compte artiste avec support + autres options)
  • meme si peu d’album ont été vendus, nous avons pu vendre à des personnes qui n’auraient probablement pas pu acheter autrement.
  • il fallait essayer pour voir ce que ça donnerait et c’était une bonne expérience :)

Ce que changerai avec le recul

  • avoir une stratégie internet à moyen terme: le site a été fait par une personne, le myspace par une autre, je suis arrivé après pour mettre en place une boutique et un widget… Mais il y avait peu de coordination et pas de planification dans tout ça.  Le mieux c’est d’avoir quelqu’un qui réfléchisse à tous ces aspects pour définir des priorités et coordonner les initiatives avant de démarrer.
  • donner un look plus sérieux à la boutique: Yozik vous donne les liens pour insérer dans votre site et créer votre boutique. Avec le recul je trouve que notre design ne faisait pas assez carré. Si c’était à refaire, je mettrai tous les liens bien alignés dans un tableau. C’est peut être bête, mais je pense que dans l’esprit des gens ça joue au moment où on doit sortir de sa carte de crédit pour payer en ligne.
  • mettre des morceaux complets en écoute dès la sortie de l’album, pour favoriser la découverte par le public. Des morceaux ont été mis mais un peu tard à mon avis pour avoir de l’effet.
  • mettre des morceaux en téléchargement: avec cependant une  stratégie pour mettre la musique en téléchargement. Aider la musique à se diffuser pour obtenir de nouveaux fans dans la région et ailleurs dans des lieux ou le groupe n’a pas joué.
  • pensez à une stratégie de vente alternative. Vendre sa musique en recompensant les fans qui la diffuse me semble difficile à mettre en œuvre quand on débute, et je pense que tout groupe qui veut vendre sa musique maintenant devrait sérieusement considérer la formule magique pour les nouveaux modèles économiques de la musique et essayez de l’adaptez à ses besoins.

Alors est ce que ça vaut le coup de vendre en ligne ?

Oui je pense, mais en y réfléchissant bien et ne faisant pas ça n’importe comment pour espérer avoir des résultats conséquents.

Je reviendrai bientôt sur certains points soulevés ici, notamment la stratégie internet et les stratégies de ventes alternatives pour se faire voir et créer l’envie.

Comment se faire connaitre quand on est un artiste inconnu ?

trent-reznor

C’est la question à laquelle répond Trent Reznor, leader du groupe Nine Inch Nail et qui a déjà lancé avec succès de nombreuses initiatives innovantes dans l’utilisation d’internet pour promouvoir et vendre sa musique.

Il explique ses idées sur la facon dont un artiste inconnu devrait utiliser internet: avoir une vrai stratégie internet (avec des buts précis), donner sa musique pour la faire connaitre, créer une relation proche avec les fans, utiliser des outils performants pour distribuer/vendre sa musique en ligne …

Un article que chaque musicien ou artiste devrait lire absolument.

Voici la version originale en anglais:

http://forum.nin.com/bb/read.php?30,767183

Si l’anglais n’est pas votre tasse de thé, jetez un oeil à cette traduction sur donnetamusique.com qui résume bien les grandes lignes:

Vendre sa musique lorsqu’on est un artiste inconnu

Au passage, je vous encourage fortement à explorez le reste du blog, qui traite des nouvelles stratégies de communication internet pour les musiciens et contient pas mal d’articles sympas.

Comment vivre de sa musique à l’heure d’internet?

piano-solo-vendre-sa-musique

C’est la question que pose et à laquelle essaye de répondre Dominico Curcio, un artiste 2.0. Comment vivre de la musique à l’heure du téléchargement? Les artistes sont-ils vraiment une espèce en voie de disparition? Doit-on avoir peur du Peer-to-peer?

Dans ce premier article il observe avec un regard critique la voie classique par laquelle passent les artistes à l’heure actuelle: la maquette, les droits d’auteurs, la production, la chance, la création de l’album, la vente, qu’est ce qui se passe si ça marche ou si ça ne marche pas…. pour nous préparer à un deuxième article sur sa vision de l’artiste moderne…

Un article très intéressant qui devrait faire réfléchir ceux qui veulent se lancer dans une carrière musicale aujourd’hui.

Comment vivre de sa musique ?

Artiste 2.0: YouTube + EBay + Etsy= combo gagnant pour BlueHeronArts

peintre-youtube

Voici une nouvelle initiative originale qui utilise le web au mieux, à la fois pour la promotion, la vente, mais aussi et surtout pour créer du lien entre l’artiste et son public.

BlueHeronArts est un artiste faisant de la peinture chinoise . Pour information, la peinture chinoise est un art très délicat. Le papier utilisé est hyper absorbant et si on laisse le pinceau une fraction de seconde de trop, on obtient une grosse tache immonde. Il faut donc savoir ou l’on va lorsque l’on peint, être très rapide et surtout très précis car il impossible de retoucher la peinture après coup. La réalisation d’une telle peinture a donc un coté assez magique.

Blueheronarts vous permet de voir la magie de la création en filmant la réalisation de chacune de ses peintures et en les mettant a disposition sur en ligne sur sa chaine youtube.

C’est vraiment impressionnant comme il donne vie à ses toiles et le résultat est magnifique, jugez plutôt:

Les œuvres sont ensuite mises en vente en ligne sur sa boutique personnelle sur EBay.

Je trouve ca vraiment sympa de pouvoir choisir sa peinture tout en voyant comment elle a été crée ! Malgré la distance on garde un sentiment de proximité car on peut voir l’artiste dans son travail, en train de créer ses œuvres, et le connaître mieux, …

A coté de ça, il profite de sa notoriété pour vendre des bijoux sur Etsy, le site de vente d’artisanat en ligne!

A l’opposé du marketing classique ou il s’agit uniquement de faire passer son message souvent de façon impersonnelle, internet permet ainsi de créer un lien personnel entre l’artiste et son public. C’est la création d’un tel lien entre l’artiste et ses fans qui, à mon avis, est la clé du succès sur internet.

Blueheron est donc pour moi un bon exemple d’artiste 2.0, qui utilise internet à la fois pour se faire connaître au delà de son entourage proche, engager une relation avec son public, mais aussi vendre ses œuvres.

Cela montre aussi très bien a mon avis pourquoi internet est une chance pour tous les artistes. En permettant aux artistes de rencontrer un public sans limitation géographique, mais aussi de vendre sans moyens sophistiqués, internet donne aux « petits » artistes les moyens de jouer dans la cour des grands.

Être référencé sur iTunes sans les frais d’intermédiaire

itunes-logo

WaTunes permettait aux artistes d’être référencés dans des plates-formes numériques en prenant une quôte de 10% de frais. Mais cette compagnie a décidé de renverser l’industrie puisqu’elle est la première à le proposer : elle supprime ces frais. On peut donc en conclure qu’un artiste peut à présent se retrouver sur iTunes, Napster et eMusic (juste 3 plates-formes là où d’autres agrégateurs ratissent plus largement les sites existants) sans les frais de l’intermédiaire agrégateur. De plus, tout se fait très simplement et rapidement puisque l’envoi se fera par FTP….

Être référencé sur iTunes sans les frais d’intermédiaire | Zik’n’Blog

Vous avez dit piratage ? Quand le gratuit fait vendre.

nin-ghosts

Voici un article de Numérama sur le piratage et la vente de musique. Contrairement à ce qu’essaye de faire croire les industriels de la culture, le téléchargement n’est pas foncièrement mauvais pour les artistes. J’avais déjà parlé du piratage et de ses effets positifs sur l’économie, de Paolo Coehlo qui piratait ses propres livres et en vendait plus, voici un exemple de plus qui démontre comment le piratage peut augmenter les ventes:

L’album le plus vendu sur Amazon en 2008 était aussi offert gratuitement
Peer-to-Peer –

Distribué sous licence libre sur les réseaux P2P, l’album Ghosts I-IV de Trent Reznor figure en tête des albums les plus vendus en 2008 sur la plateforme de téléchargement d’Amazon aux Etats-Unis.

« La gratuité c’est le vol« , accusait Denis Olivennes dans un pamphlet qui lui a valu quelques mois plus tard de présider les accords de l’Elysée sur la riposte graduée avec les maisons de disques et les fournisseurs d’accès. « La gratuité c’est des ventes« , pourrait aujourd’hui lui rétorquer Trent Reznor, le très engagé leader de Nine Inch Nails (NiN).

Son album Ghosts I-IV est tout simplement l’album qui s’est le mieux vendu sur la plateforme de téléchargement d’Amazon en 2008, alors-même que Reznor l’avait placé sous une licence Creative Commons pour autoriser son téléchargement et son partage sur les réseaux P2P. Au moment de sa sortie, les internautes pouvaient télécharger gratuitement les neuf premiers morceaux de l’album au format MP3 320 Kbps, avec livret PDF gratuit de 40 pages et autres goodies. L’ensemble des 36 morceaux étaient ensuite vendus ensemble sur Amazon pour 5 $ seulement. Des formules premium entre 10 $ et 300 $ permettaient ensuite aux fans d’obtenir des versions plus riches, jusqu’au coffret Ultre-deluxe dédicacé par Trent Reznor, limité à 2.500 exemplaires.

Partisan du partage de fichiers, l’artiste qui avait quitté Universal pour protester contre la politique de lutte contre le piratage menée contre ses fans avait mis lui-même les neuf premiers morceaux de l’album sur les sites de liens BitTorrent. Dès la première semaine, il a pourtant enregistré 1,6 millions d’euros de chiffre d’affaires. Un résultat probablement très inférieur aux sommes totales collectées par l’artiste, puisqu’il reste encore très téléchargé sur Amazon, et a lancé avec succès d’autres initiatives. Il s’est notamment associé avec Tapulous pour proposer des morceaux de son album sur une version dédiée du jeu Tap Tap Revenge pour iPhone.

Après ça, il sera difficile pour les maisons de disques de prétendre que les licences libres ou la gratuité tuent le marché du disque. Mais elles continueront à le faire puisqu’ici, aucune maison de disque n’a le moindre contrat avec NiN, qui encaisse la majeure partie du chiffre d’affaires en limitant au maximum le nombre d’intermédiaires. Ce qui lui permet de proposer un album de 36 chansons à seulement 5 $, lorsque la plupart des artistes touchent moins de 2 euros sur un album vendu 16 euros dans le commerce. A méditer.

Article diffusé sous licence Creative Common by-nc-nd 2.0, écrit par Guillaume Champeau pour Numerama.com

Voici donc une approche originale qui cherche à accompagner les changements liés à internet plutôt que de les combattre aveuglement.

Pour finir je vous conseille de relire l’article « Mieux que gratuit, le business model réinventé » où Kevin Kelly pose des questions interessantes sur la nouvelle économie numérique: L’Internet est une machine à copier. Que faire lorsque les copies sont gratuites ? Vous devez vendre des choses qui ne peuvent être copiées !

1 2 3