Les vidéos crées par les fans et les mashups rapportent plus aux labels que les vidéos officielles

Selon le patron de la section digital de Universal Music, les contenus générés par les utilisateurs, qui incluent les vidéos produites par les fans et les mashups, rapportent souvent plus d’argent aux labels de musique que les vidéos produites officiellement.

Ceci est en parti du à l’amélioration de la monétisation des vidéos par Youtube et sa publicité, mais aussi et surtout au fait que les internautes sont de plus en plus créatifs et créent de plus en plus de contenus en ligne (et donc élargissent la visibilité des l’artiste et les recettes associées).

(Information rapporté par Hypebot: Fan Videos Make Labels More Money Than Official Music Videos, Says Universal Exec)

Ce genre d’annonce et le succès de Gangnam style (la aussi du en grande partie au contenus produits par les internautes) font que l’industrie de la musique va maintenant commencer à s’intéresser très sérieusement aux contenus générés par les fans.

Bref après quelque années de retard et après avoir pourchassé ses clients (« pirates ») qui remixaient leur artistes préférés, il y a peut être une chance qu’ils arrêtent de regarder les fans comme de simple consommateurs et réfléchissent à faciliter l’appropriation des oeuvres par ces co-créateurs et co-diffuseurs.

Il y a plusieurs années déja, je vous parlai de la créativité des fans et de l’importance de collaborer avec eux, je vous montrai des exemples comme Radiohead qui recrutait ses fans pour réaliser son prochain vidéo (2008), des fans qui réalisaient des clips vidéos pour leur groupe préféré (2009), ou un clip mashup de Radiohead réalisé par un fan à partir de 36 vidéos Youtube (2011).

Je vous parlai de cette nouvelle tendance très importante qui étaient en train d’arriver: les remix et mashup de vidéos musicales (2011).

Bien sur, tous les contenus générés par les utilisateurs (UGC) ne sont pas toujours très créatifs et, comme le pointe un commentateur de hypebot, « contenus générés par les utilisateurs » signifie parfois simplement un visuel servant de support à un album complet mis en ligne.

Mais même dans ce cas il ne faut pas oublier aussi l’importance des fans qui en publiant et diffusant spontanément les œuvres sur de multiples canaux et supports, deviennent des diffuseurs et prescripteurs bénévoles qui étendent la surface de diffusion au delà de ce que l’artiste et les professionnels autour de lui auraient pu faire.

C’est ce que j’entrevoyais quand je vous disais que ces diffuseur 2.0 seraient l’avenir des l’artistes (2008).

Alors content de voir que l’industrie commence a comprendre l’intéret de travailler avec les fans, mais je crois qu’elle a encore un train de retard.

Cela m’a donné envie de vous proposer une réflexion sur les tendances emergentes que j’entrevoit aujourd’hui et dans un prochain article je me risquerai à lancer quelques prédictions.

 

Créer des vidéos multimédias interactives et des remix avec Popcorn Maker

Popcorn Maker est un outil en ligne qui permet d’intégrer dans des vidéos d’autres contenus web (audio, cartes, liens flux twitter, …) pour créer des documents multimédia très riches. Comme la plupart des services en ligne, Popcorn Maker fournit un code d’intégration (embed code) pour republier la vidéo remixée ailleurs sur le web sous forme de widget.

Conçu par Mozilla (qui a notamment développé Firefox) dans l’esprit c’est très proche de Thinglike un outil pour créer des images interactives, mais version vidéo.

Pour démarrer, il suffit de fournir un lien vers une vidéo en ligne issue de Youtube, Vimeo, ou d’un code HTML5 puis d’ajouter des modules (images, textes, pop-up, liens, flux Twitter, cartes Google ou des articles Wikipédia…) pour enrichir la vidéo.

Ces différents modules apparaitront alors au cours de la lecture de la vidéo.

L’interface de l’outil est très simple : Une piste avec des calques où vous positionner vos modules

popcorn-maker-video-interactives-remix

Pour enregistrer il faudra vous créer un compteauprès de Mozilla Persona. Il vous sera alors possible d’exporter votre nouvelle vidéo sous forme de widget via un code à intégrer sur un blog, un réseau social, un site web…

Voici la vidéo de présentation de l’outil (en anglais). 

J’entrevois beaucoup de possibilités pour les documentaires, les journalistes réalisant des infographies enrichies, … Au dela j’imagine que des artistes prêts à expérimenter en s’amusant comme Uniform Motion qui avait crée un jeu multimédia participatif avec Thinglike, trouveront des idées pour créer des remix inattendu.

A noter qu’il est possible de remixer des vidéos multimédia existantes, le site de Popcorn maker proposant même un bouton « Remix it » sur les plus populaires.

Cela va dans le sens de la culture du remix que l’on voit émerger de plus en plus nettement.

En fait en extrapolant on imagine qu’un jour il existera un web ouvert avec des contenus sous licences libres et des outils comme Popcorn Maker qui populariserons la création et le remix à grande échelle, n’importe qui pouvant prendre n’importe quel contenu et le combiner, le transformer avec d’autres pour créer quelque chose de nouveau en quelques minutes.

Vu la vitesse à laquelle des outils comme Facebook, Twitter, Youtube, les smartphones ont déja transformés les usages et la vitesse à laquelle la technologie continue d’évoluer, ce jour n’est probablement pas très loin.

 

Testez le: Popcorn Maker

MashUp Film Festival: Collaboration, partage, remix et vidéo

mashup-film-festivalLes 15 et 16 juin 2013 aura lieu à Paris le MashUp Film Festival, un événement  consacré a ce nouveau mode d’expression artistique qu’est le mashup. Organisé par le Forum des images, le festival est en entrée libre.

Culture libre, collaboration, partage, remix video musical, outils de création 3D, logiciels libres de montage, réalisation de film d’animation ou de flipbook avec un téléphone portable, crowdfunding, DIY, le tout dans des formats divers et variés, l’évènement promet d’être très très riche.

Je publie ci dessous le communiqué de presse, mais jetez aussi un oeil au site du festival, vous trouverez le programme complet, mais aussi plein d’infos sympas, notamment une section bien fournie sur l’histoire du Mashup.

 

Bienvenue au festival de la vidéo web créative, participative et collaborative !

Remix, remontages, détournements, mashup : les internautes s’approprient les images. Avec des moyens réduits, en autoproduction, ils en inventent de nouvelles. Ils créent des œuvres jamais vues, explorent des territoires jamais découverts, imaginent des processus de création jamais tentés. Le festival interroge cette pratique à travers plusieurs temps forts :

  • Conférence-manifeste « Demain, l’art sera libre et généreux ! » présentée sous forme de mashup. Une suite de rencontres, débats, projections, performances en présence d’artistes et de penseurs…
  • Grande soirée VJ « Remixons le domaine public ! » avec Matt Black (Coldcut), DJ Oof, Ouananiche et Olivier Blaecke.
  •  « Salon des arts partagés » : ateliers, installations interactives, stands… pour expérimenter concrètement et collectivement les libertés créatives les plus diverses (outils, projets, collectifs…).
  • Projections dont l’avant-première parisienne de THE FINAL CUT, LADIES AND GENTLEMEN de György PálfiUn chef-d’œuvre du mashup, présenté au Festival de Cannes 2012 (Cannes Classics).

Programmation complète sur www.mashupfilmfestival.fr
Toute l’actualité sur www.facebook.com/MashUpFilmFest

 

 

 

Après le microblogging, la microvidéo ?

vine-micro-videoLes services de partage de microvidéos se multiplient. Dernier arrivé Twitter, qui lance son propre service microvidéos.

Alors que nous sommes de plus en plus saturé d’informations et que notre attention diminue, les médias sociaux visuels, plus facile à consommer que les contenus texte, explosent. Précédemment, une des raison du succès de Twitter tient dans la contrainte qui impose de ne pas poster des messages de plus de 140 caractères et permet ainsi de publier et consulter un grand nombre d’infos très rapidemment.

Signe d’une nouvelle évolution, Twitter vient de lancer Vine, un nouveau service de partage de vidéo ultra courtes (moins de 6 secondes). Pour l’instant disponible uniquement pour l’iphone, l’appli devrait arriver sur android prochainement.

Petit détail mais qui a son importance le son des vidéos jouées est coupé par défaut, signe que Twitter a pensé à ne pas embarrasser tous ses spectateurs qui  vont regarder des vidéos un peu partout (bureau, lieux publics, …)

Les microvidéos un format d’avenir ?

Twitter n’est pas le premier à se lancer la dedans. Plusieurs services Viddy que certains appellent l’instagram de la vidéo, propose déjà un service de partage de microvidéos (15 secondes max). Comme Instagram, Viddy propose des filtres pour bricoler un peu ses vidéos, chose que ne propose pas Vine.

Facile à charger, télécharger, rapides à produire ou à consommer, les microvidéos pourraient se multiplier.

Quelles possibilités pour les artistes ?

Le Huffington post explique comme ca marche. Une fois l’appli installé sur votre iphone,

À vous de gérer votre micro-tournage, de faire plusieurs plans, ou de penser votre clip façon stop-motion, c’est à dire image après image. Et pour permettre ceci, l’application ne filme que lorsque votre doigt est posé sur l’écran. Levez le doigt et la caméra s’arrête, appuyez à nouveau pour reprendre le film.

Une fois que votre temps de tournage est écoulé, l’application crée une boucle à partir de ces 6 secondes et le résultat ressemble bien souvent à un GIF. Vous pouvez ensuite choisir de partager sur votre profil Vine, votre compte Twitter ou votre profil Facebook (selon Mashable, Facebook aurait déjà bloqué certains liens de l’application vers son réseau social, comme Twitter l’a fait avec Instagram, l’application photo racheté par Facebook). Si vous ne choisissez aucune de ces trois options, et sélectionner « done » ‘ »terminé ») quand même, votre film sera seulement enregistré sur votre iPhone.

Ce qui semble simple mais en même temps permet d’être créatif.

Vidéo microblogging

A mon avis l’usage le plus important va être le vidéo blogging à partir de mobiles qui ne demande aucune connaissance technique et très peu de temps.

Comme je l’écrivais dans cet article sur le vidéo blogging,  la vidéo peut être un moyen très simple pour communiquer avec ses fans au quotidien (en tournée, en studio, pendant la création d’une oeuvre…) et partager très facilement un peu de la vie et de l’intimité du groupe pour créer du lien. Vous pouvez ainsi, montrer, commenter, …

En faisant voir un lieu, un visage, beaucoup peut être dit. On peut faire passer un vrai ressenti.

Vidéos Stopmotion

voici des aperçus de stop-motion réalisés avec Vine:

Dessin animé

Vers des « micro-métrages » ?

Je n’ai pas encore vu de micro vidéos vraiment géniale sur Vine, mais cette micro vidéo publiée de « micro-film d’action parodique » n’est pas mal (mettez le son pour en profitez au mieux)

Mieux cette microvidéo publiée sur Youtube il y a plusieurs années montre qu’il est possible d’être créatif et de réaliser des « micro-métrages » plutôt sympas (elle m’a bien fait rire et c’est quand je l’ai vu que je me suis dit qu’il y a un vrai potentiel pour les vidéos très courtes).

Il est ainsi possible d’imaginez des micro-comédies ou de micros film d’épouvante 🙂

On n’en est pas encore la, mais qui sait si un jour le micrométrage ne deviendra pas un genre à part entière comme le court métrage ?

En tout cas, signe que la plateforme a du potentiel, on trouve déja des microvidéos pornos.

Quels changement pour les usages ?

CNN a publié un article intéressant sur les changement que Vine et les microvidéos pourraient amener:

Augmenter la créativité par la contrainte: en 6 secondes il faut être immédiatement percutant. La contrainte de texte de Twitter a fait son succès. En ayant une contrainte qui oblige à être bref, une simplicité de publication mais aussi le coté visuel qui permet de montrer des choses au lieu de les dire, Vine pourrait catalyser la créativité et faire exploser le partage de vidéos.

Augmenter le bruit et le spam dans nos flux: vous vous rappellez quand Farmville ou Foursquare sont apparus ? Le nombre de messages inutiles et ennuyeux qui a suivi ? Si certaines vidéos seront interessantes, on risque aussi d’être pollué par beaucoup de « déchets ».

Faire de Twitter un concurrent plus direct de Facebook et Tumblr: Deux sites où les partage de contenus visuels sont déja un éléments important. A terme cela pourrait modifier le rapport de force entre ces réseaux.

Augmenter le nombre de #fail: si comme avec Twitter ou Instagram les gens prennent l’habitude de publier depuis en quelques secondes leur mobile, sans prendre de recul pour réfléchir, on peut s’attendre à ce que nombre de moments embarassants (pour celui qui filme ou son entourage) se retouvent en ligne.

La retour de l’effet « GIFs animés »: vous vous rappelez les premieres années du web et ses images animées qui fleurissaient sur tous les sites ? La microvidéos pourrait capitaliser sur notre interets de regarder choses bêtes et rapides en boucle (Vine joue sur ce qui a fait le succès des GIFs animés en lisant les vidéos en boucle)

 

Ca vous inspire ? D’autres idées d’usages pour les artistes ? Vous avez vu des vidéos sympa ?

 

Diffuser des concerts et des évènements en direct sur Youtube avec Google Hangout (Vidéo Bulles)

Google a récemment mis à jour Hangout, le chat vidéo de son réseau social Google plus et permet maintenant à n’importe qui de diffuser des évènements en direct sur Youtube. 

Diffusion de concerts et d’évènements en direct

Je vous parlais récemment de l’utilisation de Ustream pour diffuser des concerts en direct sur internet. Je vous parlai aussi de l’importance du dévelopement de la vidéo en ligne et notamment de Youtube et le futur de la musique.

Et bien nous sommes en plein dans l’actualité puisque Google propose depuis peu une option similaire à Ustream pour diffuser des concerts en direct sur Youtube grace à Vidéo bulles ( » hangouts « ) le logiciel de vidéo chat intégré à son réseau social Google plus.

Une bulle (« hangout »), est un système de chat vidéo collectif et spontané, réunissant entre 2 à 10 personnes en simultané. Chaque bulle peut potentiellement être rejointe par quiconque en possèderait l’URL unique. Ces « vidéos bulles » permettent aux internautes de retrouver entre amis ou autour d’évènements.

Il est ainsi possible de se retrouver autour d’un traitement de texte partagé, d’un dessin, ou d’une vidéo Youtube, le tout avec le vidéo chat qui permet de se voir et de discuter en direct.

Google Hangout fait partie de la suite sociale « Google Plus« , lancée par Google pour concurrencer Facebook. J’ai été longtemps sceptique quand à cet outil, en partie car Facebook avait déja conquis le terrain et que Google Plus ne semblait séduire que mes amis les plus geeks et non le grand public.

Mais je vois depuis quelque temps de signes que Google Plus devrait finir par décoller. Contrairement à Facebook qui devient de plus en plus complexe et surchargé, Google Plus est « plus » agréable à de nombreux points de vue.

Je referai donc un petite présentation dessus.

 

Exemple d’utilisation par des artistes : Les hangout parties de Uniform Motion

Expérimentateur et précurseur, le groupe Uniform Motion av déja testé le concert en direct via les vidéos bulles depuis longtemps. Ils ont d’abord commencé par inviter leur fans à une répétition, puis plus tard à un vrai concert.

Voici une traduction du récit de leur expérience:

Nous avons organisé une Vidéo bulle sur google plus pour voir si ca pouvait être une plateforme viable pour notre expérience audiovisuelle hypnotisante !

Nous étions organisé ainsi:

Renaud (notre illustrateur) partageait son écran (où il dessinait sous photoshop) dans une fenêtre.

Olivier (batterie, clavier) and Andy (guitare, voix) partageaient une webcam et l’audio. Nous avons utilisé 2 micros statiques et une table de mixage afin d’améliorer la qualité du son et simplement uilisé la caméra présente dans le mac d’Olivier.

Nous avons coupé la sortie son pour éviter les larsens. La plupart des gens ont compris très vite qu’ils pouvaient couper leurs micros, mais nous pouvions toujours voir tout le monde sur l’écran. Les applaudissement silencieux sont plutôt mignons !

Nous avons rendu la vidéo bulle publique afin que n’importe qui puisse venir, mais il fallait une invitation pour pouvoir le faire.

Chaque participant peut choisir quelle image principale il veut voir sur son écran et peut passer de l’image des dessin à celle des musiciens ou des autres spectateurs.

Les gens peuvent utiliser la fenêtre de chat pour interagir pendant que nous jouons.

Après le concert, nous sommes restés discuter avec tout le monde pour un moment et nous leur avons demandé ce qu’ils avaient pensé de la plateforme et du concept.

Tout le monde était d’accord pour dire que c’était un concept cool et que nous devrions le faire plus souvent, ce que nous allons faire.

 Quelqu’un a fait une vidéo d’une des chanson qui vous donnera une idée de l’expérience du point de vue d’un spectateur. La qualité du son et de la vidéo n’est pas géniale. Nous essaierons de de faire une capture d’écran et d’enregistrer l’audio directement en sortie de la table de mixage la prochaine fois !

 

Diffuser des concerts en direct sur Youtube avec Google Hangout (Vidéo Bulles)

Si Hangout proposait déjà aux internautes de se réunir autour de la bulle vidéo, Google vient maintenant d’ajouter une option pour diffuser les concerts en direct sur Youtube.

Aujourd’hui, nous lançons les Hangouts En Direct pour les utilisateurs de Google+ du monde entier. Alors, si vous avez quelque chose à dire ou à partager – que ce soit en tant que jeune artiste, que célébrité mondiale, ou que citoyen, vous pouvez dorénavant le faire en direct devant un public mondial. En quelques clics à peine, vous pourrez :

  • Diffuser publiquement. En cochant la case “Activer Hangouts En Direct”, vous pourrez diffuser votre Hangout directement depuis votre flux Google+, votre chaîne YouTube, ou votre site web et au monde entier.
  • Découvrir en direct combien de personnes vous regardent. Pendant la diffusion, vous pourrez découvrir directement au sein de la Hangout combien de personnes vous regardent en direct.
  • Enregistrer et re-partager. Une fois le direct terminé, un enregistrement public de la Hangout sera mis en ligne sur votre chaîne YouTube et au sein du post sur Google+ qui permettait de suivre la Hangout En Direct. Cela vous permettra de la partager simplement après qu’elle ait pris fin, et d’échanger avec d’autres sur ce qui s’y est passé.

http://googlefrance.blogspot.fr/2012/05/hangouts-en-direct-sur-google-partagez.html

Voici un exemple de concert diffusé sur Youtube via Hangout par le groupe Suite 709:

 

Comparaison de Google Hangout avec Ustream

Comme Ustream, Google Hangout permet donc de diffuser des concerts en direct. Mais il y a quelques différences qui peuvent être interessantes selon vos besoins:

  • petit plus par rapport à Ustream, Google Hangout peut afficher la vidéo des fans (10 max!). Sur la bulle elle même, il ne peut y avoir que 10 personnes connectées en même temps, c’est à dire avec chacun voyant et entendant les autres, mais la diffusion peut toucher des milliers de personnes.
  • L’intégration avec Youtube est directe, la vidéo s’affiche sur votre page Youtube, et peut être enregistrée pour être revu plus tard (Ustream aussi permet d’enregistrer pour visionner plus tard)
  • en plus de votre page youtube, l’évènement est diffusé en direct sur votre page Google plus, mais peut aussi être diffusé sur votre site web via l’intégration d’un simple widget (Ustream propose lui aussi des widget pour intégrer la vidéo dans une page web)
  • Google propose aussi une galerie d’applications qui permettent  de rajouter des fonctionnalités à Hangout, par exemple greffer des effets sur la vidéo en temps réel (ajouter un chapeau ou des lunettes sur la tête des participants), collaborer sur un document texte, ou un dessin, regarder une video youtube ensemble. Il y a peu d’applications pour l’instant, mais leur nombre devrait augmenter.
  • Ustream propose des outils plus avancés pour une diffusion plus professionnelle (mix de plusieurs caméras, …)

Un nouveau mode d’interaction

Mais la chose la plus importante qu’il faut que vous compreniez c’est que Google est en train d’explorer un nouveau mode d’interaction qui était impossible avant.

Ce que Google imagine c’est que demain, vous pourrez regarder un film, un match de foot ou un concert en direct sur votre télé, votre mobile, votre ordinateur, en même temps que vos amis, partager ces bons moments avec eux, même à distance, et discuter en même temps par chat ou vidéo chat (A ce sujet, lisez l’article de Wikipédia sur la Télévision sociale – Social TV) et regardez cette vidéo promotionnelle sur Google Hangout.

Si l’idée semble pour le moment encore un peu tenir de la science fiction, ce genre d’usage risque de se développer très vite. Il suffit de voir à quelle vitesse Facebook a conquis le grand public.

 

Si vous regardez certaines vidéos de concerts sur Hangout, vous voyez quelques fans qui remuent la tête l’air timide, certains chantant plus ou moins bien en réponse au chanteur, ou bien sur certaines vidéos, une chanteuse qui discute avec les fans et remercie tout le monde toutes les 30 secondes.

On sent que chacun, groupe et public, découvre ce nouveau milieu et n’est pas encore tout à fait à l’aise, il y a des longueurs et des sourires figés.

Uniform motion parlait aussi de ces « applaudissement silencieux », inhabituels…

L’interaction n’est pas et ne peut être la même qu’en présence. Mais je pense que nous sommes au début de quelque chose qui va devenir très gros et qu’il y a des codes et des modes d’interactions à recréer ou à inventer, comme quand les smileys sont apparus pour donner un peu d’émotions et de nuances aux textes mornes des chats qui pouvaient préter à confusion. :-p

 

Un nouveau mode de création ?

Grâce aux possibilités de Hangout (et des concurrents qui finiront par apparaitrent…) j’entrevois aussi quelques nouvelles possibilités de créations pour les artistes audacieux:

  • collaboration: l’artiste n’est plus le seul au centre de l’aréne, mais grâce à ce système plusieurs personnes peuvent devenir créateurs/diffuseurs. Verra on des « battle » entre artistes connectés en vidéos bulles ? Le remix est une tendance en hausse, verra on des créations de remix grace à G+ ? Que se passerait il si 10 artistes avec leurs instruments se connectaient pour jouer ensemble à distance et en direct ? Hangout n’est peut être pas tout à fait adapté, mais peut être qu’avec un peu de bricolage…
  • Clip multicaméras: il serait possible de tourner un clip utilisant plusieurs ordinateurs connectés avec chacun un angle différent pour avoir différentes vues d’une même scène, et mixer le tout simplement en changeant d’écran sur Hangout.
  • Grace à l’outil de dessin collaboratif de Google qui peut être couplé à Hangout, des dessinateurs pourraient se retrouver pour dessiner un tableau ou une BD en collaboration, que ce soit en même temps ou l’un après l’autre, le tout pouvant être diffusé sur Youtube en direct et enregistré.

Je ne sais pas de quoi sera fait le futur, mais je pense que Google a mis le doigt sur quelque chose d’important ici et que l’on est au début d’une nouvelle ère riche de possibilités.

Vidéo, remix et culture: un avant gout du futur

Cette vidéo présente une application iPad pour remixer des vidéos et l’audio associé en direct pour du VJ-ing.

Je répète regulièrement que le remix est une tendance lourde appelé a devenir un processus créatif à part entière dans notre culture.

C’est déja un peu le cas avec le DJ-ing consistant à remixer des samples. Or si le DJ-ing s’est popularisé depuis longtemps déja, le VJ-ing ne s’est popularisé que plus tard car la technologie était plus coûteuse et moins disponible.

Que ce se passerait-il si monsieur tout le monde pouvait mélanger et remixer sons et vidéos ?

On va le savoir bientot car de plus en plus de logiciels permettent de mixer des sons (les musiciens connaissent Fruity loops depuis longtemps), mais maintenant aussi de la vidéo.

Mieux, les outils sont maintenant hyper puissants, ultra faciles à utiliser et ne coûtent quasiment rien.

Illustration avec Algoriddim vjay,  une application iPad qui permet de mixer de la vidéo (et l’audio qui va avec) en direct en tapotant son iPad.

La démo ci dessous est un peu extrème (pas obligé d’en faire autant) mais montre justement les possibilités énormes.

 

La fenêtre du milieu montre ce que voit le public, tandis que les fenêtres des cotés montrent les samples que le VJ mixe, comme le DJ qui écoute au casque les samples qu’il a sur les platines avant de les mixer.

Bien sur c’est du boulot (ca suppose de préparer ses samples vidéos et de bien les connaitre avant jouer son set), mais les possibilités de création sont infinies. Et ce n’est que le début. On voit de plus en plus de recherches sur les interfaces permettant controller des sons.

J’attends avec impatience de voir des nouveaux créateurs repousser les limites de la technologie avec des applis pareilles.

Et j’attends aussi avec impatience la réaction des « ayant-droits » quand déferleront sur Youtube des hordes de bootlegs vidéos produit par des jeunes de 12 ans en utilisant des contenus « non autorisés ».

Si un « ayant-droit » me lis, qu’il n’oublie pas que l’Internet est par essence une machine à copier et que lutter contre la copie et le remix ne sert à rien.

Seule solution: être meilleur que le gratuit… a bon entendeur…

 

Partez du cinéma avec une vidéo en poche

Qu’est-ce que Vidéo en Poche ? – Le principe est simple : vous venez à la caisse d’une des salles membres du réseau Vidéo en Poche, avec votre support amovible type clé USB ou carte mémoire, et on vous copie dessus le film de votre choix au format ouvert Matroska (.mkv), sans DRM, contre la modique somme de 5€ (les 5€ comprennent 3€ pour l’ayant droit, 0,82€ de TVA et 1,18€ pour la salle). La résolution minimale de la vidéo est celle d’un DVD, et quand la source le permet la vidéo sera à une résolution HD (720p).

Vidéo en Poche, c’est aussi le développement d’un logiciel libre par la société Objectif Libre, financé par les salles Utopia. L’objectif est de mettre en place un vrai réseau de diffusion alternatif de films.

Un moyen intelligent de promotion des films qui innove pour tenter d’inventer un modèle économique adapté à l’époque d’internet.

Créer votre WebTV et diffusez vos évènements live avec Ustream


Encore assez méconnu Ustream est un service gratuit et très puissant qui permet à n’importe qui de diffusez des évènements en streaming vidéo en direct sans aucune connaissance technique.

Je vous avait déja brièvement parlé de cet outil utilisé par Domenico Curcio, pianiste 2.0 pour diffuser des concerts depuis chez lui, mais ce service me semble tellement utile et pourtant peu connu que j’ai pensé que ca méritait un article dédié.

Présentation

Gratuit (avec affichage de publicités) ou payant (avec des options supplémentaires), le service est très facile à utiliser, il suffit de créer un compte, d’autoriser le site à acceder a votre webcam et vous diffusez en direct !

Le service n’est disponible qu’en anglais ou en espagnol, mais cela ne devrait pas poser de problème majeur, vu la simplicité de l’outil.

J’ai fait une traduction de la présentation générale de l’outil pour vous montrer à quel point c’est simple.

 

Options

  • Widgets exportables: Comme tout bon service 2.0, il est possible d’intégrer le lecteur vidéo sur votre site sous forme de widget exportable comme pour les vidéos Youtube.
  • Enregistrement: Les vidéos sont diffusées en direct, mais peuvent aussi être enregistrées et stockées en ligne.
  • Chat: Il est possible d’avoir un panneau de chat pour que les internautes puissent interagir entre eux et avec le diffuseur autour de l’évènement.
  • Intégration avec les médias sociaux: pour annoncer vos évènements auprès de vos différents contacts
  • Applications mobiles: Ustream est disponible pour Android, Iphone et iPad, ce qui permet de diffuser ou de regarder des évènements depuis votre appareil mobile.
  • Options avancées: Pour ceux qui veulent aller plus loin, Ustream producer le logiciel téléchargeable pour Mac ou PC donne un peu plus d’options, notamment rajouter des images sur le flux vidéo (pratique pour mettre un logo) et dans sa version payante offre aussi la possibilité de mixer plusieurs caméras dans le flux vidéo ou de diffuser des vidéos en HD.
  • Communauté: Ustream est aussi un portail où les évènements diffusés par les utilisateurs sont classés par catégories (musique, sport, éducation, …) et Ustream choisit de mettre en avant certains évènements sur le site ce qui peut vous donner une chance de toucher une nouvelle audience.

Mon expérience

C’est le service que nous utilisions pour diffuser les concerts quand je travaillais à blueFROG Mumbai, muni d’un simple netbook avec webcam intégré. Sans être spectaculaire, l’image était décente (normal avec une webcam basique, une salle obscure et une connexion moyenne), mais le son pris directement en sortie de console avait un rendu incroyable.

Si vous avez de bonnes caméras et prenez l’option payante vous pourrez avoir un système très pro pour un cout minime.

Note pour les musiciens:

Pensez à optimisez le son (réglages des niveau d’entrée, usage d’une table de mixage, carte son, …) pour une expérience de qualité pour vos auditeurs, une vidéo de mauvaise qualité est tolérable, mais un mauvais son est insupportable.

Conclusion

Bref, un outil intéressant pour la promotion des artistes, car avec le développement des connexions haut-débit, notamment mobiles, l’usage du streaming vidéo en direct devrait exploser.

.

Youtube, prescripteurs et le futur de la musique en ligne

Google et Youtube continuent d’évoluer et de rajouter des nouveautés qui ont un impact sur le monde la musique en ligne. Je vous présente ici une suite à mon premier article Youtube et le futur de la musique en ligne.

Pourquoi Youtube ?

Certains lecteur me demandaient pourquoi focaliser sur Youtube, il y a bien d’autre sites vidéos.

Oui, mais voila s’il n’est pas le premier portail de partage de vidéos apparu, (Dailymotion existe depuis plus longtemps), Youtube est le plus gros site de partage, un lieu majeur d’écoute de musique en ligne et étant propriété de Google, il préfigure de nouveaux modèles à venir.

Une petite infographie vous fera comprendre l’immense plateforme qu’est devenu Youtube:


Infographie par TechWelkin.com et signalée par Defmaster
Cependant pour rappeler que Youtube n’est pas le seul, ne négligez pas Viméo qui a su attirer une communauté très riche d’artistes.

Les prescripteurs: sources de recommandation

 

Je parlais dans mon premier article des « prescripteurs », sources de recommandation reconnues et mise en valeur par Youtube:

 

De la même manière qu’il identifie les artistes, Youtube identifie les sources qui recommandent ces vidéos et proposent une option “Vu sur: ” avec un lien vers une page consacrée à la source de la vidéo: Ces sources, des sites web spécialisés et externes à Youtube semblent être reconnus en tant que prescripteurs puisque Youtube leur consacre une page et recense les vidéos qu’ils ont publiés à l’extérieur de Youtube.

 

Certains lecteur me demandaient comment fonctionne ce système ? Comment les prescripteurs sont ils choisis ?

Et bien je suis tombé récemment sur cette vidéo de l’artiste indienne Nadini Srikar,  qui m’a permis de comprendre un peu plus ce système.

 

Comme vous pouvez le voir la source est blueFROG, une entreprise musicale indienne associant salle de concert, enregistrement et promotion d’artistes. Ayant travaillé pendant plus d’un an et demi à la stratégie digitale de cette entreprise, j’ai donc quelques clés pour m’aider à comprendre comment Youtube choisit d’afficher ces prescripteurs.

Alors explorons.

Quand on clique sur le nom de la source, on accède à une page Youtube qui apparait comme un flux avec les dernières vidéos du prescripteur.

 

 

Même si ce flux ressemble a une chaine Youtube, les vidéos affichés n’ont pas été posté par le prescripteur sur son compte Youtube, mais sur son site web.

En effet , quand on clique sur Read more (lire plus) on est redirigé vers le site du prescripteur.

Notez que le lien lui même redirige vers une sous page, faisant elle même partie d’une page sur l’artiste:

 

 

Alors pour résumer:

  • blueFROG poste  des vidéos Youtube sur son site, ces vidéos sont déja sur Youtube et seulement intégrées (embed) dans le site.
  • Google scanne régulièrement ce site et recense les vidéos intégrées sur une page Youtube générée automatiquement
  • ces données sont utilisées dans les pages de vidéos comme celle de Nadini Srikar pour indiquer que blueFROG a republié la vidéo (ce qui en pratique équivaut à une recommandation).
  • notez que la page blueFROG crée automatiquement par youtube est différente de la page Youtube où blueFROG publie (upload) ses propres vidéos. Et qu’il n’y pour l’instant aucun lien entre les deux. On imagine que prochainement il y aura un système pour lier et consolider les deux identités/pages
  • on imagine que Youtube utilise les données d’intégration (embed) de vidéos sur le web comme un indicateur de popularité qui pourrait être utilisé pour les moteurs de recherche de Youtube, de Google, mais aussi dans le système qui vous propose d’autres vidéos après la fin de la vidéo que vous avez regardé.

« it’s the social, stupid! »

Dans une futur pas si lointain on imagine que cette generation de recommandations personnalisées va être de plus en plus important, pas seulement chez Google.

On voit déja Facebook s’associer  des services de musique comme Spotify avec en fond la même idée: utilisez le comportement des utilisateurs et leur interactions avec les contenus pour proposer des recommandations personnalisées à ces utilisateurs et à leur amis.

Facebook étudie déja vos comportement sur son site pour comprendre les contenus qui suscitent votre interet, la prochaine étape sera d’affiner cette compréhension en scannant directement vos playlists.

L’approche n’a rien de nouvelle, c’est ce qu’essaye déja de faire Last.FM ou Pandora, mais on voit que la course pour créer le meilleur système de recommandation continue.

« it’s the economy, stupid! »

Pourquoi cette course à la recommandation ? Pour vous faire plaisir les petits loulous, mais pas seulement.

C’est surtout un moyen de donner un valeur ajoutée à l’expérience musicale. Et donc potentiellement de générer un modèle économique viable.

C’est ce qu’anticipait Kevin Kelly  quand il disait:« Lorsque les copies sont gratuites, vous devez vendre des choses qui ne peuvent être copiées. »

Et une expérience personnalisée avec un système qui vous propose une majorité de titres que vous trouverez géniaux pourraient etre un de moyens pour générer un modèle économique profitable.

A ce sujet lisez l’excellent article de Kevin Kelly sur les moyens de monétiser l’expérience musicale à l’heure du peer-to-peer: Mieux que gratuit, le business model réinventé

Comment devenir un prescripteur sur Youtube ?

Revenons à Youtube. Il y a des milliers de sites qui integrent des vidéos musicales dans leur pages.

Comment Youtube choisit il les prescripteurs qu’il va afficher dans ses pages vidéos ? Je n’ai pas de preuve directe, mais voici à mon avis ce qui passe.

Google utilise les données de son moteur de recherche pour savoir identifier des sites de référence dans le monde la musique.

Lorsque je travaillait le référéncement de blueFROG, j’essayai de travailler le contenu et les liens pour optimiser le positionnement du site web de blueFROG pour des mots clés comme « gigs in mumbai » (concerts à Bombay), « gig calendar » (agenda des concerts), « music venue  » (salle de concert), …

Ce travail d’optimisation autour des thématique de la musique live associé au comportement des internautes qui visitent le site de blueFROG après avoir fait des recherches liés à la musique aident Google à determiner que blueFROG est un site de référence dans la musique.

Pour devenir un prescripteur sur Youtube, il faut donc à mon avis avoir déja un bon référencement autour de la musique (incluant sa composante sociale, à savoir les citations dans les médias sociaux).

Et la pas de secret, c’est un travail de longue haleine pour optimiser son positionnement et accroitre sa popularité.

Par contre un aspect interessant c’est que dans ce domaine un simple blog pour peu qu’il soit populaire, peut devenir lui aussi devenir un site de référence qui fera jeu égal avec de grand sites.

Je pense que cela sera d’autant plus vrai dans le futur où j’imagine que plutot que de se baser uniquement sur des gros sites généralistes, Google accordera plus d’importance aux sites de niches comme il le fait de plus en plus.

Si vous publiez uniquement des revues sur le heavy métal extreme tendance « tractopelle-core » depuis 10 ans, il y a des chances que votre site deviennent une reference pour Google dans ce domaine 🙂

 

Le futur: la vente sur Google play ?

Rehgardons encore la vidéo Youtube de Nadini Srikar:

 

 

Notez que d’un coté on a le design Youtube disant « acheter cette chanson sur: » et de l’autre l’artiste qui a mis ses propres liens vers ses sites de vente (Amazon, Itunes, OVI) dans la description…

Le système n’est pas encore tout à fait au point…

La reconnaissance la musique présente dans la vidéo se faisant à priori automatiquement (comment??), il serait interessant que Google informe l’artiste et lui propose de rajouter ses propres sites de ventes .

Ou alors il faut s’attendre à ce que Google favorise les liens de vente via Google Play, l’ancien Android Market où Google espère imiter ce qu’Apple a fait avec l’iTunes Music Store et l’App Store, à  savoir vendre de la musique, des vidéos, des applications pour smartphone, des jeux, où encore de livres éléctroniques… pour les ordinateurs, mais aussi et surtout les smartphones et tablettes.

Conclusion

Le monde la musique en ligne continue à evoluer très vite. Pour les technophobes, ne vous inquiétez pas. Voici comment vous pouvez vous faire connaitre et vendre votre musique sur internet (ou pas):

  • il faut être bon dans ce que vous faites
  • autant que possible rendre votre musique facilement écoutable et diffusable (sur internet ou hors ligne)
  • pensez diffusion prescriptive, (voir les 7 pre-requis pour un musicien indépendant)
Une très bonne illustration de ce que je vous dis:
je voulais finir cet article en vous laissant écouter la musique de Nadini Srikar via la vidéo que je décrivais.
Je ne rédige pas de recommendations pour artistes, mais j’aime bien profiter de mes articles pour faire découvrir des artistes que je trouve interessant.
Hors quand on essaye d’intégrer la vidéo hors de Youtube voici le message: intégration désactivée sur demande (de l’auteur de la vidéo).

Forcer les gens a cliquer pour aller sur Youtube c’est imposer de faire un clic de plus (de trop?) avec le risque que peu de gens fassent l’effort d’aller voir.

C’est stupide car c’est se priver d’une promotion par les fans (comme je voulais le faire) et un moyen de réduire sa visibilité.

 Le système de prescripteur de Youtube que je décrivais plus haut sera lui aussi bloqué puisque si la vidéo ne peut etre intégrée ailleurs sur le web, il n’y aura pas reconnaissance de recommandation par des sites web externes et probablement un positionnement moindre sur Youtube.
Coup de chance ici il semble que la vidéo ait été intégrée sur le site de blueFROG AVANT que l’integration soit bloquée, ce qui a permis à la recommandation « Vu sur: » d’apparaitre sur Youtube, mais malheureusement oblige les visiteurs du site à un clic de plus…

Conclusion de la conclusion

Pour finir je vous encourage quand meme à aller la vidéo de Nadini Srikar sur Youtube.

La scène contemporaine est en train de grossir à grande vitesse et l’on voit beaucoup d’artistes dans cette lignée, fusionnant musique traditionnelle indienne et des musiques électroniques actuelles. Cela donne une idée de ce qui se passe en ce moment dans la scène musicale en Inde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 2 3 4