L’interactivité entre auteurs et lecteurs est elle l’avenir du livre ?

« Le futur du livre n’est peut être pas dans des objets comme le Kindle ou les e-books, mais dans l’interactivité entre les lecteurs et l’auteur autour du livre. » Paolo Coehlo.

Quel avenir pour le livre papier à l’heure du numérique ? C’est la question que les auteurs et éditeurs se posent de plus en plus. Le livre papier a t-il de l’avenir ou bien va il être supplanté par le livre numérique ? Bien qu’elle soit pertinente je trouve que cette question limite la réflexion autour d’autre modèles économiques.

Livre papier OU numérique ?

Ça discute ferme en ce moment dans l’industrie du livre avec la sortie d’un rapport en France sur l’avenir du livre à l’heure du numérique. Vous pourrez d’ailleurs retrouver un dossier sur le livre 2.0 sur NonFiction.fr.

En gros on retrouve les mêmes questions. Quels sont les nouveaux supports de lecture, quels sont les modèles économiques associés, il faut développer une offre légale, protéger la propriété intellectuelle, bla bla bla…

Je trouve cette discussion intéressante, pourtant j’ai l’impression que tout le monde se focalise trop sur le « numérique contre papier » au lieu d’essayer de voir comment l’un pourrait compléter l’autre.

Livre papier ET numérique !

Heureusement on voit certains expérimenter de nouvelles approches. J’avais déjà parlé de Paolo Coehlo qui utilise les nouvelles technologies (blog, BitTorrent, Twitter, widgets, …) pour augmenter l’interactivité avec ses lecteurs.

Un autre exemple intéressant est celui de Cory Doctorrow. Co-auteur sur Boing-Boing, l’un des blogs les plus populaire du net, il s’est fait connaître en tant qu’écrivain en laissant ses œuvres en téléchargement libre. Ses livres se ont tellement bien diffusé en ligne, que sa notoriété lui a ensuite permis de les publier et de les vendre en format papier. Son livre Dans la Dèche au Royaume Enchanté,  vient ainsi d’être traduit et publié en France.

Un autre exemple qui montre comment le multimédia peut aider le papier: Le Wall Street Journal a publié récemment un article qui décrit la façon dont certains éditeurs utilisent la vidéo pour faire ce qu’ils appellent des “Book Trailers”, c’est à dire de courtes vidéos qui relatent le thème d’un livre dans un format proche des bandes-annonces de film. Ce système de promotion est tellement prometteur qu’HarperCollins, un des plus gros éditeurs, a même été jusqu’à bâtir son propre studio pour concevoir ses bandes annonces.

Vidéo + livre = book trailer

Alors a quoi ressemble ces « Book Trailers »? L’un des meilleurs exemple est la bande annonce du livre “The Shock Doctrine” écrit par Naomi Klein et dont le film a été réalisé par le talentueux réalisateur mexicain Alfonso Cuarón et son frère Jonas Cuarón.

Ce film a connu un énorme succès: plus de 600 000 vues sur YouTube et des nominations dans des festivals de cinéma ! En fait, ici la bande annonce n’est pas un publicité, mais plutôt un mini documentaire qui explique la thèse centrale du livre et permet de faire rentrer le public dans l’univers de l’auteur. Un site internet ShockDoctrine.com riche en informations permet ensuite aux visiteurs de démarrer/continuer la réflexion amorcée autour du film et du livre et de les faire rentrer plus profondément dans l’univers de l’auteur.

L’interactivité entre les lecteurs et l’auteur, et après ?

Naomie Klein a ainsi crée un univers multimédia vidéo-livre-site internet où ses lecteurs et elle se rencontrent et interagissent. Ce n’est plus simplement un livre qu’on lit et qu’on referme avant de passer à autre chose. La relation entre l’auteur et sa communauté se poursuit bien après la lecture.

Notez que comme dans la vision de Paolo Coehlo, le produit vendu (le livre papier ou numérique) n’est pas le plus important en soi. Ce qui est important c’est l’univers autour de ce livre et la relation qui se crée entre l’auteur et son public. A partir de cette relation d’autres choses découlent: une communauté se crée, la fidélité des lecteurs et plus forte et certains d’entre eux deviennent des créateurs ou même des diffuseurs qui travaillent pour l’auteur. Certains vont créer des vidéos, des revues du livre, d’autres vont faire de la diffusion prescriptive, c’est à dire une recommandation active et ciblée du livre à leur entourage.

L’avenir du livre reste à imaginer

Autant je suis un fan enthousiaste des nouvelles technologies, autant je crois que le livre papier a encore de beaux jours devant lui. Et si le numérique peut compléter le livre papier, je pense qu’il ne le remplacera jamais complètement.

Alors arrêtons de les opposer et réfléchissons plutôt comment ils peuvent se compléter, quels pourraient être le(s) nouveau(x) modèle(s) économique(s) pour que chacun, écrivains et lecteurs y trouvent leur compte.

Dans l’exemple de Naomie Klein, le numérique a contribué à favoriser les ventes pour un produit traditionnel: le livre papier. Mais comme l’envisageait Paolo Coehlo, on peut aussi imaginer que dans le futur les gens pourraient payer non pour le livre, mais pour les discussions et l’univers associé au livre, comme dans les jeux vidéo en ligne où le consommateur paye une somme pour entrer dans l’univers du jeu.

Tout reste à inventer…

Vous avez des idées sur le sujet ?


Ecrivain 2.0: Paulo Coehlo lance une exposition virtuelle avec ses fans

Paulo Coehlo demande à ses fans de prendre une photo d’eux mêmes avec leur livre favori afin de réaliser une exposition virtuelle.

Pour fêter 100 millions d’ouvrages vendus, l’écrivain brésilien Paulo Coehlo lance une nouvelle initiative tournée vers son public. Il demande à chacun de ses fans de se prendre en photo avec leur livre préféré et de lui envoyer. Les photos seront publiés sur internet dans un exposition virtuelle. Pour participer envoyez votre photo à paulocoelhocovers@gmail.com (ne vous préoccupez pas de la qualité).

Vous pouvez voir l’exposition virtuelle sur le blog de Paolo Coehlo.

Après son blog, Pirate Coehlo, son widget, Twitter, Paulo Coehlo continue donc de jouer avec la technologie pour interagir avec ses fans. Il disait récemment dans une interview:

Quand j’ai donné une conférence à Munich en janvier dernier, je suis tombé sur une idée intéressante: le futur du livre n’est peut être pas dans des objets comme le Kindle ou les e-books, mais dans l’interactivité entre les lecteurs et l’auteur autour du livre. Certains pensent que dans le futur les gens pourraient payer non pour le livre, mais pour les discussions et l’univers associé au livre. Nous voyons cela aujourd’hui dans les jeux vidéo en ligne où le consommateur paye une somme pour entrer dans l’univers du jeu. Peut être est ce la futur du livre.

Idée intéressante qu’il met déjà en pratique. Ça vous inspire ?

Pourquoi j’ai piraté mon frère et volé les bijoux de famille

Mon frère fait partie de plusieurs groupes de musique pourtant j’ai été obligé trouver une astuce pour télécharger la musique de ses myspace, et de pirater le groupe « les Bijoux de Famille ». Pourquoi ? Pour les aider faire leur promotion internet.

Récit du délit

Mon frère fait partie de plusieurs groupes de musique (Khemeia et les Bijoux de Famille), mais comme nous sommes souvent éloignés géographiquement, comme n’importe quel autre fan je dois me rabattre sur les sites internet et pages myspace pour pouvoir écouter les musiques . Or même avec de la bonne volonté, c’est parfois difficile de pouvoir écouter la musique: le site n’est pas à jour ou ne contient pas de musique (Avouez que c’est ballot pour un groupe de musique…).

Le Myspace me donne toujours des boutons, mais je me force à y aller car je veux récupérer quelques titres pour faire découvrir à des amis. Là je suis content, je peux écouter quelques titres. Malheureusement, la plupart sont juste des extraits et surtout rien n’est téléchargeable. Comment faire écouter à mes amis non connectés à internet ? Et pourquoi faire écouter si la musique se coupe au moment ou ça devient intéressant ? Pour moi ça ne vaut pas le coup de perdre du temps pour faire écouter juste un extrait à un ami.

Voila pour la première partie de l’histoire. La deuxième partie c’est que je devais récemment aider pour la promo internet des Bijoux. Comment faire ma promo ? La promo d’un groupe de musique sans proposer de musique à faire écouter est un non sens. Ils m’ont donc fait passer les codes d’accès au myspace pour que je puisse récupérer du matériel promotionnel. Tout content, je vais donc dans l’espace de gestion pour essayer de récupérer la musique. Las, même avec les codes d’accès impossible de télécharger un titre (ou alors impossible de trouver dans le fouillis myspace) … Retour à la case départ

Je perd patience. Comment récupérer de la musique pour ma/leur promo. Leur demander de me l’envoyer prendrai encore du temps et c’est maintenant que j’ai le temps pour bosser sur la promo. Je pourrai aussi jouer la musique en ligne et utiliser un enregistreur, mais c’est aussi galère.

Après quelques minutes de recherche je trouve enfin une astuce pour télécharger directement la musique depuis myspace. Il s’agit de File2HD, un service qui permet de télécharger n’importe quel type de média, depuis n’importe quelle page web. Son utilisation est très simple: rentrer l’adresse de la page web contenant un média (musique, vidéo, photo, …) et le site génère une liste avec les liens pour télécharger directement ce qui vous intéresse. Ainsi finalement je réussi à pirater et « voler » la musique des Bijoux de Famille.

Libérez le contenu !

Deux leçons à retenir de cette histoire:

  • Verrouiller votre musique empêche vos fans de la diffuser et de vous faire de la promotion (par diffusion prescriptive). C’est dommage car cela freine grandement le bouche à oreille.
  • Verrouiller votre musique n’empêche pas les gens réellement motivés de voler votre œuvre et de la diffuser sous d’autre formats et sans votre autorisation.

A l’inverse:

Proposer votre musique sous différents formats et sur différents sites favorise son exposition et sa diffusion et facilite le bouche à oreille

Conclusion: libérez le contenu et aider vos fans à vous diffuser ! Vous n’êtes pas obligés de mettre l’intégralité de votre œuvre en ligne, mais offrez au moins quelque chose de substantiel pour que vos fans aient quelque chose a se mettre sous la dent et l’envie de le partager.

La suite de la promo des Bijoux de Famille

Dans les prochains articles, je ferai une description de ce que nous faisons pour la promo internet des Bijoux de Famille et de leur nouvel album. Au programme : optimisation du site web pour renforcer les interactions avec les fans et préparation d’un widget.

Ca vous inspire quoi cette histoire ?

Ecriture 2.0: concours de micro-roman sur twitter

Un concours d’écriture (en anglais) a été lancé sur Twitter, avec comme contrainte, une limitation à 140 caractères. Cette contrainte donne lieu a un nouveau style d’écriture, original et percutant. Voici les gagnants:

Premier:

“Time travel works!” the note read. “However you can only travel to the past and one-way.” I recognized my own handwriting and felt a chill.

Deuxième:

Tony was a snitch, so I wasn’t surprised when his torso turned up in the river. What did surprise me, though, was where they found his head.

Troisième:

When Gibson hit that homerun in the fall of eighty-eight, my old man had never been so happy. He hugged me for the first time. I was eleven

Mention honorable 1

Happily sobbing she held the boy, her memory of his violent conception falling away. She had learned to love him, this would be her revenge.

Mention honorable 2

The priest at the funeral home asked if she had been a loving mother. The children all stared at each other. The silence spoke volumes.

Pour plus de détail sur le concours…

Intéressant, non ? Le micro roman, nouveau style entre le haiku et la nouvelle ? A quand la version française du concours ?

Musique 2.0: NiN sort (encore) un nouvel album gratuitement, The Slip !

J’écrivais il y a peu « Nine Ich Nails donne un nouveau morceau et continue à encourager les remix ». Je pourrai maintenant écrire « Nine Ich Nails donne un nouvel album et continue à encourager les remix »… Je laisse plutôt Numérama nous décrire tout ça…

Musique Numérique –

Deux mois après avoir sorti lui-même une partie de son album Ghosts I-IV sur The Pirate Bay et après l’avoir mis en téléchargement gratuit sur son site, Nine Inch Nails remet le couvert. Le groupe dirigé par le militant Trent Reznor sort aujourd’hui un nouvel album de 10 chansons, The Slip, qu’il met à nouveau gratuitement à disposition des internautes sur son site, sans DRM et sous licence Creative Commons.


Alors que le groupe Radiohead a annoncé qu’il ne renouvellera certainement pas l’expérience de la musique proposée à un tarif libre sur son site Internet, le leader de Nine Inch Nails Trent Reznor reste à fond dans son nouveau modèle économique et médiatique. Seulement deux mois tout juste après avoir déjà sorti gratuitement son album Ghosts I-IV sur Internet et sur les sites de liens BitTorrent, NiN remet ça avec un nouvel album baptisé The Slip.
Les fans du groupe peuvent d’ores-et-déjà télécharger l’ensemble des dix chansons que composent l’album sur le site officiel de Nine Inch Nails, en entrant simplement leur adresse e-mail. Un message de confirmation est alors envoyé à l’adresse entrée, avec un lien pour télécharger l’album au format compressé MP3, ou aux formats sans perte FLAC, M4A ou même WAV. Pour ces trois derniers formats, le groupe propose exclusivement des liens BitTorrent pour économiser en bande passante et profiter de celle de leurs fans. Une manière de dire leur respect pour le P2P, et de l’exploiter eux-mêmes.

Trent Reznor, qui avait appelé à voler ses CD alors qu’il était encore sous contrat avec Universal, s’est fait remarquer notamment en défendant de vive voix le site pirate Oink, conspué par l’industrie musicale.

L’ensemble de l’album The Slip est évidemment sans DRM, et encore une fois diffusé sous licence Creative Commons by-nc-sa qui autorise les internautes à redistribuer l’album librement à leurs amis ou sur les réseaux P2P, ou même à les remixer sans avoir à payer quoi que ce soit, à la seule condition que tout cela soit fait sans intérêt commercial. Nine Inch Nails propose d’ailleurs sa propre plateforme de remix.

Avec Ghosts I-IV, Nine Inch Nails avait glané 1,6 millions de dollars en une semaine grâce à une formule tarifaire qui allait de la gratuité au coffret ultra-deluxe à 300 $ en édition limitée. Cette fois, pour le moment, The Slip est proposé uniquement en téléchargement gratuit, ou en streaming sur iLike. « Que ceux qui sont intéressés par des produits physiques se rassurent. Nous prévoyons de rendre une version de cet album disponible sur CD et vinyle en juillet« , prévient Nine Inch Nails qui donnera plus de détails par la suite.

Article diffusé sous licence Creative Common by-nc-nd 2.0, écrit par Guillaume Champeau pour Numerama.com

Diffusion prescriptive: Le diffuseur 2.0 est l’avenir des l’artistes

Avec la multiplication des plateformes de diffusion, des médias et des points de vente, comment se faire connaître et se diffuser? Grâce aux diffuseurs 2.0 ! Je reproduis ici un article très intéressant d’Hubert Guillaud qui discute de l’avenir de la diffusion pour les écrivains.

Diffuseurs 2.0

On le comprend de mieux en mieux. Demain, le livre au format électronique sera disponible plus facilement. On pourra acheter le fichier électronique d’un livre (à un prix moins élevé que le livre papier), peut-être le stocker ailleurs que sur sa machine (pour moins le perdre), sur des plates-formes auxquelles nous serons abonnés, membres ou simples passants. Soit. Mais des plateformes, il y en a des dizaines, des centaines, des milliers ! Qui va diffuser mon fichier sur Le Monde en ligne (pour que les gens puissent y avoir accès depuis leur journal), mais aussi sur mon journal local en ligne ou les sites web des magazines culturels ? Qui va me permettre de faire que mon fichier soit accessible sur les plateformes plus puissantes que la mienne ?

Voila qui repose d’autant plus cruellement la question de la diffusion au format numérique. Qu’un éditeur propose un de ses livres au format numérique sur son site, c’est normal. Mais on le voit à l’aune de l’expérience de ceux qui s’y sont déjà lancés… Comment rendre ces fichiers accessibles depuis d’autres sites, d’autres boutiques, dans d’autres réseaux ? Comment assurer leur diffusion ? Quels partenaires vont me permettre cela ? Est-ce que moi, auteur ou éditeur, je vais devoir démultiplier des partenariats (exclusifs, ou pire, excluants) pour que mon fichier soit disponible sur d’autres sites que le mien ?

Car l’enjeu est bien là finalement. Le problème, n’est pas de rendre son texte disponible au format numérique, mais de le diffuser, de faire qu’il soit accessible, dans ma boutique, mais aussi dans toutes celles des autres – SmartLinks est un piste, mais est-ce la seule ? Comment demain vais-je pouvoir rendre mon fichier disponible chez Amazon, Lulu, Numilog, Google, Galica, Place des libraires, dans les boutiques de confrères, sur les sites web d’autres éditeurs, sur les sites marchands quelconques (Chez Carrefour, Leclerc, Cultura, Ooshop…), mais aussi sur les sites communautaires comme Zazieweb, LlibraryThing, Babelio… Mais aussi sur Facebook ou MySpace…

Je peux être demain l’éditeur de mon propre texte numérique. C’est facile. C’est simple. Je peux le vendre sur une ou deux, voire trois plateformes, facilement. Mais est-ce suffisant ? Est-ce que cela me permet de toucher suffisamment de public, d’être suffisamment accessible ? Comment puis-je le diffuser mieux que je ne sais le faire, et ne pas être cantonné depuis mon propre site, mon propre réseau ? Comment mon fichier peut-il être accessible sur d’autres sites, depuis d’autres réseaux ? Ce n’est pas l’URL de mon fichier qui est important à diffuser, mais le fichier en tant que tel ? Et comment, sur toutes ces plateformes, je saurais ce qui doit m’être crédité, à moi éditeur et à mes auteurs ?

Je pense que nous allons avoir besoin de diffuseurs 2.0. De gens capables de prendre votre fichier et de le diffuser pour vous dans d’autres réseaux que les vôtres. De vous assurer de ses ventes, de vous faire parvenir les décomptes de vente. Comment peut-on imaginer que les éditeurs sauront faire tout ce travail là, autrement qu’en ne passant que par le biais d’une poignée de gros sites marchands – ce qui n’est pas envisageable à terme ? J’avais la même interrogation sur les libraires : comment mon libraire de quartier sera-t-il accessible depuis GoogleBookSearch, pour que je puisse commander mon exemplaire numérique chez lui, si je le veux ? Comment sera-t-il accessible depuis le site de FranceCulture, de Télérama ou de Bibliobs, de Zazieweb, Babelio, etc. ?

L’enjeu est d’autant plus important que le libraire ou l’éditeur est petit. Un gros groupe pourra gérer des partenariats multiples avec des centaines de plateformes. Mais cela ne pourra pas être le cas, pour de petites structures. Or mon problème, demain, à moi éditeur, auteur ou libraire notamment, c’est de pouvoir toucher avec mon exemplaire en vente, d’autres structures que la mienne ou que les plus grosses.

C’est ce que disait O’Reilly : si je veux vendre plus d’exemplaires en .pdf de mon bouquin, il faut qu’il soit disponible sur d’autres boutiques que la mienne. Il faut que moi, petit éditeur, je puisse accéder à XXX boutiques, qu’un intermédiaire le fasse pour moi. Développe les partenariats, les API, qui rendront cela possible. Développer et multiplier les canaux de ventes. On voit bien qu’il y a là, un vrai métier à venir. Et que pour pouvoir être partout, il va nous falloir des gens dont c’est le métier, qui permettront de porter vos ouvrages numériques sur des plateformes toujours plus variés.

Article écrit par Hubert Guillaud (La feuille) et publié sous licence Créative Commons

Conclusion

Le diffuseur 2.0 est l’avenir de l’écrivain 2.0 et plus généralement de l’artiste 2.0. Celui qui a du talent et qui donne à son public (du plaisir, du contenu gratuit, …), qui fidélise ce public qui, en retour, fait de la diffusion prescriptive (”j’aime donc je diffuse”) de l’artiste. Contrairement à Hubert Guillaud, je pense que même si avoir des diffuseurs 2.0 professionnels sera utile, ce ne sera pas suffisant. Il y a aura toujours de nouvelles plateformes et même pour un diffuseur 2.0 professionnel, cela sera impossible à suivre. Je crois plus au recrutement des « consom’acteurs », ces fans très impliqués qui diffuserons le travail de l’artiste, mais aussi pourront héberger des boutiques en ligne (via des widgets) pour devenir un point de vente de leur(s) artiste(s) fétiche(s) et aussi acheter ses œuvres ou les financer. Les petits ruisseaux faisant les grandes rivières (et les longues traînes…) des milliers de diffuseurs/prescripteurs faisant une diffusion cible pourront être plus puissants qu’un média centralisé faisant de la publicité. Qu’en pensez vous ?


Musique 2.0: Nine Ich Nails donne un nouveau morceau et continue à encourager les remix

ninlogo.jpg

Après avoir mis Ghost en téléchargement libre, et montré qu’il gagnait de l’argent, Trent Reznor continue faire des cadeaux à ses fans. Cette fois encore, il remet un nouveau morceau en ligne et encourage ses fans à le copier et à le remixer

Télécharger « Discipline », le dernier titre de Nine Inch Nails (NIN): laissez votre adresse mail et vous recevrez un lien pour le téléchargement du morceau.

Un point particulièrement important, Trent Reznor vous encourage à remixer ses morceaux !!! Mieux, il y a sur le site internet une section entière dédiée à la communauté NIN et au remix. Après inscription, il est possible de récupérer des chansons de NIN en format multipistes, de les remixer et de le mettre en l’ecoute pour la communauté NIN. En fait Trent Reznor fait son myspace perso pour la communauté NIN et le nourrit en arrosant régulièrement avec des nouveautés et des surprises. Ce que je trouve le plus intéressant, c’est que la communauté peut écouter sur un pied d’égalité les morceaux originaux et les remix et choisir le meilleur des deux en créant leur playlist et en notant ces morceaux. Si la dynamique est bonne et la relation entre l’artiste et la communauté sincère je ne serait pas étonné de voir bientôt sortir de la des petits génies de la musique qui font des remix de fou !!! Vive les échanges !

A noter la seule restriction: les morceaux remixés ne peuvent contenir aucun son sous copyright à cause des problèmes de droits d’auteurs. On voit ici l’intérêt des licences libres qui en favorisant les échanges musicaux stimule la créativité.

Il y a des fans de NIN qui ont écoutés les remix ? Qu’en pensez vous ? Ca vous dit pas de remixer du NIN ?

BD 2.0: Dilbert teste le partage et les outils collaboratifs

Dilbert, la fameuse BD aux personnages fous furieux du monde de l’entreprise vient de lancer plusieurs services communautaires. Parmi ceux ci, un lecteur exportable pour recevoir la BD du jour sur votre site et même la possibilité de remixer certaines BD.

Très bonne initiative et une première pour le monde de la BD, Scott Adams, le créateur de Dilbert vous propose donc un widget (un lecteur) que vous pouvez afficher dans vos pages pour permettre à vos visiteurs de voir la BD du jour sur votre site. Bon le widget n’est pas le plus beau que j’ai vu (et pourquoi faire une fenêtre carré quand les BD sont en longueur ???), et pas hyper fonctionnel, mais ça marche, voyez donc:

Deuxième innovation, ce qu’il appelle les « mashups », c’est à dire ici la possibilité
de choisir le texte de la dernière case de la BD du jour pour faire un chute différente (avec le slogan: Serez vous plus drole que Scott Adams?). Après inscription au site, chacun est libre de proposer sa chute, les autres inscrits pouvant voter pour l’histoire la plus drôle et commenter.

L’original

dilbertoriginal.jpg

Le remix (plus drole a mon avis)

dilbertmashup.jpg

A coté des lecteurs exportables et des widgets, le site propose d’autres outils collaboratifs comme le partage par email, la sauvegarde, les alertes par RSS, le vote et les commentaires. Je trouve cependant l’aspect un peu fouillis et mieux pas forcement très accessibles aux personnes qui ne sont pas habituées à ces outils 2.0. En tout cas l’initiative est vraiment ouvertes sur la communauté et le partage et c’est ça le plus important.

BD 2.0 : une œuvre et une communauté

En ouvrant ses créations et en laissant jouer son public avec, Scott Adams créer un réseau social autour de son site, ça donne envie de revenir voir son travail et d’en parler. Typiquement pour moi le genre d’initiative qui a de l’avenir et dont l’artiste 2.0 doit s’inspirer…

Pour continuer le sujet, voyez la rubrique Toc-Arts sur les Widgets

1 2 3 4