Kronem est l’artiste du mois pour Net Emergence

Net Emergence est une « utopie musicale visant à faire émerger un artiste talentueux et méconnu par mois grâce à une sélection réalisée par des artistes, blogueurs, auditeurs et internautes ». Comme j’aime bien les utopies, la musique et l’enthousiasme des porteurs du projet, j’ai décide de participer. J’ai bien aimé aussi le coté assez ouvert « Peu importe ce que vous en dites, parlez de lui, faites parlez de lui et ensemble faisons émerger un artiste par mois. »

Je publierai donc tous les mois un article sur le groupe sélectionné, un peu de hors sujet pour une bonne cause.

Kronem est l’artiste du mois pour Net Emergence

Le premier lauréat de cette utopie musicale visant à faire émerger un artiste talentueux et méconnu est Kronem. La sélection a été dure, le débat houleux, mais c’est bien son six titres MonkeyWrench qui est le grand émergeant de décembre. Il est disponible en téléchargement légal et gratuit (ou contre un don) sur le site de l’artiste.



MonkeyWrenchUne chose est sûre: il ne plaira pas à tout le monde. Les références? Pearl Jam, Fugazi, P.J Harvey et Neil Young. Il est seul avec sa guitare. Une voix particulière, chaude et rugueuse. Il correspond à ce que recherchait Net Emergence: un artiste en développement, original et pas forcément consensuel.

Retrouvez Kronem sur

MySpace

Facebook

Le site de Kronem

Nous comptons maintenant sur vous pour parler de Kronem sur vos blogs, vos pages Facebook, votre compte twitter ou dans la rue ! Peu importe ce que vous en dites, parlez de lui, faites parlez de lui et ensemble faisons émerger un artiste par mois.

Et vous pouvez dès maintenant proposer un groupe pour le mois de Janvier 2010 !

Comment vivre de sa musique à l’heure d’internet?

C’est la question que pose et à laquelle essaye de répondre Dominico Curcio, un artiste 2.0. Comment vivre de la musique à l’heure du téléchargement? Les artistes sont-ils vraiment une espèce en voie de disparition? Doit-on avoir peur du Peer-to-peer?

Dans ce premier article il observe avec un regard critique la voie classique par laquelle passent les artistes à l’heure actuelle: la maquette, les droits d’auteurs, la production, la chance, la création de l’album, la vente, qu’est ce qui se passe si ça marche ou si ça ne marche pas…. pour nous préparer à un deuxième article sur sa vision de l’artiste moderne…

Un article très intéressant qui devrait faire réfléchir ceux qui veulent se lancer dans une carrière musicale aujourd’hui.

Comment vivre de sa musique ?

Artistes du web: Kamini, le rappeur de la campagne et du web

Kamini Le rappeur Kamini est un pur artiste du web. Il s’est fait connaître grâce à un clip posté sur les sites de partage de vidéos

Kamini est un rappeur francais qui s’était fait connaître du public en postant son clip Marly-Gomont sur un site de partage. Pendant plusieurs mois cette vidéo avait circulée de boite mail en en boite mail et avait connu un succès viral énorme. Voici la vidéo, si vous ne la connaissez pas encore:

Deux mois après sa sortie, le single « Marly-Gommont » produit par RCA-BMG Sony, s’est écoulé à plus de 200 000 exemplaires. En mai 2007, il sort finalement son premier album nommé « Psychostar World » et enchaine plusieurs grosses dates.

Comment exactement en est il arrivé la ?

Je laisse Wikipédia raconter l’histoire:

« En 2006, il écrit et tourne avec des amis la chanson rap Marly-Gomont qui raconte avec humour l’ennui des jeunes dans le monde rural et la difficulté d’appartenir à la seule et unique famille de noirs du village. Son clip, envoyé à plusieurs « majors » de l’industrie musicale le 12 septembre 2006 est refusé, mais amuse les employés des labels qui le font circuler jusqu’à en faire un véritable succès populaire.

Le clip est rapidement relayé par les médias : la chanson passe sur Fun Radio, Skyrock et Contact FM. Kamini est également invité à de nombreuses émissions à commencer par Cauetivi où Cauet décide de le lancer. Puis vient le journal télévisé de Jean-Pierre Pernaut, Le Grand Journal, La Méthode Cauet, On a tout essayé, Star Academy le 1er décembre 2006, la chaîne Direct 8 le 24 novembre 2006, etc.). Il est même cité parmi les quinze personnalités « nées sur le web » choisies par Time Magazine comme personnalité de l’année. »

Que nous apprends Kamini ?

Qu’avec du talent (et du travail!) on peut arriver à tout ! Sur internet le contenu est roi. Le clip de Kamini est drole, original, la musique, les paroles et le montage sont bien foutus, il y a une harmonie entre tous ces élements. C’est simple, efficace, et ca sent le vrai, le vécu, pas le réchauffé qu’on retrouve souvent à la télé ou à la radio. Et ca, ca fait la différence. Et quelle différence ! Inconnu au fond de sa campagne hier, icone du web le lendemain. Sur, ca ne doit pas être facile à porter et il y a un danger pour lui de retomber dans la facilité et l’anonymat. Mais cet exemple montre la puissance de diffusion d’internet et des réseaux. Alors si vous souhaitez faire pareil, prenez exemple; soyez originaux, soyez frais, soyez vous. Vous êtes uniques alors tirez parti de cette différence.

Surfer la vague d’un succès ?

Comme très souvent à chaque fois qu’une vidéo devient virale et très diffusée on voit des imitations ou des parodies apparaitrent. Kamini n’y échappe pas, voici une imitation/parodie, version Averyon, et ma foi, pas trop mal foutue non plus:

Faut il surfer la vague du succès d’un autre ? Je ne suis pas sur, cela peut vous faire décoller, mais aussi vous emprisonner par la suite. Enfin quoi que vous fassiez, le plus important pour se faire découvrir, c’est le talent et le travail.

Artiste du web: La chanson du dimanche, le duo déjanté

la chanson du dimancheIls ont du talent, mais ils n’auraient probablement jamais été connu sans l’existence du web. Aujourd’hui la chanson du dimanche, duo déjanté avec une grosse patate.

Les idées les plus simples sont souvent les meilleures… La chanson du dimanche l’a bien compris. Leur recette ? Sortir en vidéo chaque semaine, une chanson sur un thème d’actualité. Pas de matériel spécial, seulement une grosse pèche et une bonne dose d’humour. La vidéo est tournée dans la rue et mise en ligne le dimanche (on imagine aisément la fiesta du samedi soir pour écrire la chanson…).

La Chanson du Dimanche est un groupe parisien composé de deux membres, Clément Marchand (guitare et chant) et Alexandre Castagnetti dit Alec (synthé et chant).

Chaque épisode commence de la même manière : un zoom sur un élément de l’arrière plan souvent en relation avec la chanson, puis Clément tousse pendant qu’Alec dit « Salut, c’est la chanson du dimanche ! La pêche ! 1-2(-3-4) » et lance un fond d’accompagnement sur son synthé, puis la chanson commence.
A noter qu’ils sont de vrais artistes 2.0 se sont rendus populaire grâce à l’utilisation de Myspace et de DailyMotion et du bouche à oreilles qui en a découlé. Ils sont même présents sur Wikipédia qui leur consacre un article.

Voici une petite sélection de leurs œuvres:

Simple, efficace et très drôle.

La pêche ?

Artiste du web: Improv’Everywhere, le collectif d’agitateurs qui créent du chaos et de la joie

Improv Everywhere est un groupe inclassable de New York qui organise des rassemblement de foules pour créer des événements surprenants et délirants dans des lieux publics. Malgré un fonctionnement proche des flash mobs (ils recrutent les « agents »pour leurs « missions » par internet), ils s’en distinguent par la qualité de leur organisation et le sens des évènements, toujours très pensé. Le but de tout ça ? Causer « du chaos et de la joie ».

A leur actif, plus de 70 évènements dont:

  • La boucle temporelle – un groupe d’agents se retrouvent dans un café et exécutent pendant une heure une séquence d’actions qui se répètent toutes les 5 minutes.

 

  • Best Buy – un groupe de 80 agents déguisés en employés débarquent en même temps dans un magasin Best Buy de New York et sèment la confusion.

 

  • No Pants – 900 agents enlèvent leurs pantalons et parcourent le métro de New York en sous vêtements. Si on leur demande pourquoi, ils disent qu’ils ont simplement oublié de mettre un pantalon. Cette opération est organisée chaque année depuis 2002.

  • Leur meilleur concert Improv’everywhere choisit un groupe complètement inconnu qui joue un dimanche soir à 22h. 40 agents apprennent les paroles des chansons, impriment des tee-shirts, se font des tatouages et vont acclamer le groupe qui n’en revient pas d’être aussi populaire.

 

  • Comédie MusicaleUtilisant des micros sans fil branché sur un système d’amplification, 16 agents créent une comédie musicale dans une galerie marchande de Los Angeles.

 

  • Frozen Grand Central207 agents s’immobilise soudainement au milieu de la gare centrale de New York. Cette opération a été très populaire, la vidéo youtube a été vue plus de 7 millions de fois et l’opération a même été copiée à Paris (avec moins de réussite, trop d’agents, prèt de 3000, par rapport au public présent).

Super bon esprit, non ? Ca fait du bien d’avoir un peu de légèreté dans un monde qui se prend trop au sérieux…

No pants 2008

Artiste du web: Bandy Toaster, la groovy girl

Bandy Toaster

Ils ont du talent, mais ils n’auraient probablement jamais été connu sans l’existence du web. Ce sont ce que j’appelle les artistes du web. Aujourd’hui je vous présente Bandy Toaster, alias Sophie Merry, une danseuse originaire de Dublin et qui danse vraiment très bien (j’suis amoureux!).


GIRL EN MODE GROOVY

Cette première vidéo a été tournée avec la musique au ralentie pour permettre à la danseuse des mouvements qui auraient été trop rapides à enchainer autrement, puis le film a été monter en accéléré pour coller à la musique. C’est ce qui donne cet effet étrange (et qui fait poser des questions aux gens et donc alimente le buzz). Résultat avec peu de moyens, un super spectacle et un succès planétaire (Sa vidéo a été vue plus de 2 millions de fois)!

Bien sur comme chaque vidéo qui a du succès, les imitations suivent (voir la groovy dancing little girl ou bien le groovy dancing boy)

Plus intéressant aussi, Bandy Toaster a inspiré plusieurs remix dont un qui est dans l’esprit des pubs iPod en remixant réutilise la vidéo groovy dancing girl #2. A mon avis ce remix égale, voire même surpasse l’original (je trouvai que la groovy dancing girl #2, bien que plus travaillé que la #1, manquait d’un petit quelque chose). Résultat, iGroove, une nouvelle œuvre, plutot sympa.

Voici l’originale groovy dancing girl #2

et voici le remix, iGroove

On voit ici clairement l’intérêt d’autoriser les autres à réutiliser et remixer des œuvres:

  • des nouvelles idées auxquelles l’artiste n’aurait jamais pensé apparaissent ainsi.
  • le style de danse lui même emprunte à Jamiroquai mais garde un style « Bandy Toaster »
  • les groupes dont la musique a été utilisé (Daft Punk et Justice) bénéficient d’une diffusion accrue.

Bref, le remixage et le « piratage » favorisent la diversité et la créativité.

Vous pouvez retrouver Bandy Toaster sur YouTube et sur MySpace