Un guide de survie pour les musiciens

Voici un guide à télécharger pour les musiciens et les professionnels de la musique. Synthétique, couvrant un large panel de sujets et agréable à lire, ils donnent pas mal d’infos et interessera aussi bien artistes, associations, labels, organisateurs de spectacles.

Au sommaire:

  • Pour les musiciens:
    • La connexion avec un public
    • Construire son spectacle
    • Creer un environnement propice au developpement de son projet
    • Se faire accompagner
    • La logistique
    • Le matos
    • Le live
    • Quel statut juridique pour un groupe
    • Question budget
    • Les premières scènes
    • Chercher ses concerts
    • Comment toucher un programmateur
    • Les circuits de diffusion alternatifs
    • Le disque
    • Apprendre à communiquer
    • conquerir et fidéliser un public
    • Vivre aujourd’hui de sa musique
  • Pour les professionnels de la musique
    • Mode d’emploi pour l’utilisation des bases de données
    • L’envers du décor: La dure réalité d’un secteir en pleine mutation
    • Le contexte au Royaume Uni et en France
    • Internet et la nécessité de trouver de nouveaux business models
    • Les réalités économique du secteur en France
    • Stratégies de développement franco-britanniques de groupes

http://fr.scribd.com/doc/114129166/Collectif-Tomahawk-Le-Pack-du-Zikos-2012-FR
Collectif Tomahawk – Le Pack du Zikos 2012 [FR]

Ce guide est édité par le collectif Tomahawk, un collectif de groupes basé en Bretagne, « menant une guérilla culturelle contre le Music Business de masse et pronant la mutualisation de réseaux et de compétences ».

Merci à Bub des Bijoux de Famille pour l’info.

 

 

Le guide du crowdfunding (financement participatif) pour les artistes

Une synthèse d’informations en français pour financer un projet artistique en utilisant un financement participatif (crowdfunding).

 

C’est quoi le crowdfunding ?

Le “crowdfunding“, littéralement le “financement par la foule », est une approche de financement participatif de projets qui consiste à collecter de petites sommes auprès d’un grand nombre de personnes pour financer un projet.

La multiplication des petites sommes collectées permet à des porteurs de projets de réunir des fonds qu’ils n’auraient pas pu obtenir via des sources de financement classiques et ce sans intermédiaires. C’est une approche particulièrement interessant pour les projets créatifs et artistiques.

Depuis 2009, Kickstarter, le leader anglophone du crowdfunding a permis de financer plus de 20 000 projets !

Comme le rappelle Virginie, il ne faut pas confondre le crowdfunding avec un label participatif, comme MyMajorCompany par exemple.

Dans le crowdfunding, les investisseurs investissent par passion, aides ou toutes autres raisons. Mais il n’y a aucun espoir de retour sauf à des contreparties que décide le porteur de projets.

Le porteur reste le seul détenteur de son projet. Il n’a ni associés, ni producteurs au contraire d’un label participatif et peut donc mener son projet de la manière de son choix.

Démarrer un projet en crowdfunding

Sur la plupart des plateformes, le porteur de projet doit expliquer son projet, détailler à quoi va servir l’argent, et surtout … séduire. Pour convaincre les gens de participer vous devez toucher une corde sensible qui va les convaincre de passer à l’acte.

Pour cela, les visuels, l’humour, la vision, toutes choses qui aident l’internaute à comprendre le projet et à s’y identifier sont utiles. Partagez l’histoire, racontez la sur un blog, prenez des photos, des vidéos, …

Ensuite il vous définir un objectif: le montant de financement à atteindre et la date de cloture de la collecte.

Attention: si le projet atteint son objectif de financement, les montants offerts seront alors débités auprès des donateurs, mais si le projet échoue à atteindre ses objectifs de dons, personne ne sera débité et le projet ne sera pas financé.

Veillez donc à être réaliste et ne pas trop en demander pour réussir à atteindre votre objectif.

A l’inverse, il est courant que les porteur de projets récoltent plus que ce qu’il avaient prévus ! (voir l’exemple d’Amanda Palmer plus bas)

Des astuces pour réussir son financement participatif

Tous les projets ne marchent évidemment pas. D’après les statistiques  publiées par kickstarter le taux de succès est de 44%.

Instructif  aussi pour comprendre ce qui marche, cette infographie présentant les réussites et les échecs de projets Kickstarter. On y découvre notamment que les projets réussis ont une durée de collection plus courte et une demande de financement moindre que les projets qui échouent.

Autres conseils pour réussir son projet donnés par Danae Ringelmann co-fondatrice du site Indiegogo:

  • Avoir un objectif de financement et une date clairs et transparents. Détaillez bien à quoi serviront les fonds et jusqu’où le financement vous aidera dans votre projet.
  • Découper votre projet: essayez de découper votre projet en plusieurs phases de financement plus petites. Il est plus facile de récolter une petite somme qu’une grosse et plus facile d’exécuter un petit projet qu’un gros. En réalisant vos objectifs promis vous montrez que vous êtes digne de confiance et augmenter les chances pour vos campagnes suivantes.
  • Filmer une bonne vidéo: les campagnes qui ont une vidéo récoltent plus en moyenne que cells qui n’en ont pas. Racontez une histoire personnelle. NE parlez pas juste de votre projet ou votre produit, mais pourquoi il est important et pourquoi vous êtes la bonne personne pour le faire
  • Offrez une bonne contrepartie: offrez des contreparties segmentées (voir plus loin). Entre 3 et 8 est un bon nombre (ni trop, ni trop peu). Offrez quelque chose d’exclusif et unique. Amusez vous !
  • Communiquer constamment, même si quelque chose va mal: les participants financent parce qu’ils ont confiance. Tenez les informés régulièrement, particulièrement si quelque chose ne va pas, si vous avez du retard ou un autre problème. Dans certains cas, vos soutiens pourront même vous aider d’une façon ou d’une autre s’ils sont au courant du problème.
  • Focaliser d’abord sur vos contacts proches: les gens qui vous connaissent ont plus de chance de miser sur vous que ceux qui ne vous connaissent pas. Et ceux qui ne vous connaissent pas ont plus de chance de miser sur vous si un de leur amis de confiance à d’abord misé sur vous.

Le système de contreparties

Généralement pour inciter les internautes à financer leur projet, les porteurs de projet proposent des contreparties originales dont la valeur est proportionnelle au montant du don.

  • Pour un petit financement (entre 0-10€) ce sera souvent une copie électronique du projet (livre ou BD au format ebook, musique au format wave ou MP3 …). Jetez un oeil à ces exemples à 1$ sur Kickstarter (en anglais).
  • Pour un financement plus important (de 10 à 30€) ce sera une copie physique du projet (livre papier, album au format CD, …)
  • Pour un financement plus conséquent (de 30 à 100€) cela pourra être une édition limitée (livret spécial dédicacé et tiré a quelques exemplaire seulement, coffret avec des bonus, formats originaux, vinyles, clés USB, merchandising spécial, …)
  • Au delà, on voit souvent des expériences personnalisées (accès backstages, diner avec l’artistes, chanson, poème, dessin écrit spécialement pour l’internaute financeur. Celui ci peut même être invité à participer à une partie de la création du projet). Ici l’originalité est reine. A vous de savoir ce qui peut intéresser vos fans et leur faire plaisir. Certains artistes s’amusent aussi à mettre des contreparties fantaisiste pour des prix improbables, … et ca marche !

Tous les internautes n’ont pas le même budget ou la même passion. Pour réussir ce qui compte c’est de trouver des contreparties qui intéresseront les différents types de public.

Ne négligez pas la réflexion ici, une offre interessante pour vos fans aidera à votre succès. Même à un dollar on peut offrir une contrepartie interessante.

J’aime bien l’exemple de la peintre Molly Crabapple: pour son projet « une semaine en enfer » elle va s’enfermer dans une chambre d’hotel pendant 5 jours pour peindre sur les murs couverts de papier et propose aux fans qui ont misé un dollar un accès privé pour la suivre en livestream vidéo tout au long de sa session de peinture. Les fans ayant misé plus recevant une partie de la toile finale dédicacée, ceux ayant misé encore plus pouvant choisir la partie de la toile qu’ils veulent.

D’autres exemples d’offres segmentées

John Freese le batteur de Nine Inch Nails avait une offre particulièrement mémorable (ce n’était pas du crowdfunding, mais son offre peut être copiée) où certains prix permettaient à des internautes de se ballader en ville avec lui, de prendre une de ses batteries au choix ou encore d’obtenir un massage de pieds (mais il espérait que personne ne choisirait cette offre la !).

Pour 75 000$ il proposait de devenir batteur pour votre groupe pendant un mois et si vous n’aviez pas de groupe, de devenir votre assistant personnel!

🙂

Le système d’offre segmentée avec des contreparties variables a été popularisé par le pionnier Trent Reznor qui avait lancé son album Ghost avec différentes offres correspondant aux différents public, des fans occasionnels aux fans purs et durs:

  •  À la base, il y avait un téléchargement gratuit. L’album comptait 36 morceaux. On pouvait télécharger gratuitement les 9 premiers, et les 36 étaient sous licence Creative Commons, donc il était possible de les partager légalement. Bref, quand on voulait les télécharger gratuitement sur le site de NIN, on n’avait que les neuf premiers.
  • Pour 5 $, on recevait les 36 morceaux et un fichier PDF de 40 pages.
  • Pour 10$, vous receviez une boîte avec deux CDs et un livret de 16 pages.
  • Pour 75 $ on recevait un coffret édition deluxe à 75 dollars, qui contenait tout un tas de choses (dvd et un disque blu-ray, un beau livret, le tout fourni dans une boîte sympa).
  • Pour 300 $ on recevait un coffret ultra deluxe édition limitée tirée uniquement à 2500 exemplaires, et tous dédicacés par Trent Reznor.

Ce n’étaient pas du crowdfunding (Reznor avait autoproduit son album), mais le principe des différentes contreparties proportionnelles aux différents prix est le même et peut être imité.

Exemples d’artistes utilisant le crowdfunding

Cas d’école, l’exemple de financement participatif du projet de l’artiste américaine Amanda Palmer qui a récolté 100 000 $ en 6 heures sur Kickstarter, pour un total de 1 192 793 $ sur les 27 jours restants avec presque 25 000 donateurs, alors qu’elle avait prévu initialement de lever 100 000$ en 32 jours.

Notez que comme le remarque Hypebot, Amanda a non seulement financé son album, un livret d’art avec des oeuvres graphique, mais aussi pre-vendu des places pour des concerts privés (25% des gains).

De plus il semble qu’elle est volontairement sous estimé ses demandes en demandant « seulement » 100 000$ (elle en avait récolté plus de 200 000 lors d’une campagne précédente) pour augmenter l’apparence de succès et donc le buzz.

Notez aussi que ce succès n’est pas arrivé du jour au lendemain et c’est une artiste qui a bien compris comment interagir avec ses fans pour leur donner une raison d’acheter (voir la stratégie de Ian Rogers pour promouvoir et vendre sa musique comme une rock star)

Le financement participatif peut être utilisé pour différents domaines: BD, matériel educatifs, vidéo, voici d’autres exemples d’artistes qui ont utilisé le crowdfunding avec succès et des retours d’expérience d’utilisation de financement participatif pour des projets de cinéma.

Plateformes de crowdfunding francophones

Si Kickstarter reste la référence en matière de plateforme de financement participatif, il est plutôt destiné a un public anglophone. Mais depuis peu on voit des clones francophones apparaitre. Voici une liste de services que vous pouvez explorer et tester:

Un logiciel Open source pour créer votre propre site de Crowdfunding

Selfstarter est un logiciel open source basé sur la technologie Ruby on Rails et qui permet de créer son propre site de crowdfunding:

Des plugin WordPress pour créer votre propre site de Crowdfunding

Si vous utilisez WordPress pour votre site web, il existe un module complémentaire (plugin) qui permet de créer votre propre clone de Kickstarter.
Baptisé IgnitionDeck ce module WordPress coûte 59$.
Autre solution, le plugin Crowdfunding par Astoundinfy qui s’intègre avec un autre plugin WordPress pour permet de gérer une campagne de financement participatif. Les developpeurs proposent des thèmes premium qui fonctionnent avec pour créer un clone de Kickstarter.

Avantages:

  • vous pouvez proposer directement n’importe quel projet à vos fans (pas de risque de voir un projet refusé si vous ne respectez pas certains critères imposé par la plateforme de financement)
  • le système de collecte de fonds est intégré directement sur votre site et utilise les réglages de votre thème,
  •  évite d’envoyer les fans sur un autre site externe avec un aspect different ou les force à s’inscrire à un autre service.
  • vous pouvez faire autant de campagnes de levée de fonds que vous le souhaitez (Voir l’exemple de Uniform Motion ci dessous).
  • les fonds sont récoltés via votre compte Paypal
  • il est possible d’avoir des widgets exportables sur d’autres sites afin de collecter des fonds ailleurs que sur votre site et avec l’aide vos fans les plus actifs
  • intégration avec des services de mailing comme Mailchimp pour ajouter directement vos acheteurs à votre mailing liste
  • intégration avec les réseaux sociaux pour passer le message
  • stats sur les campagnes en cours

Inconvénients:

  • en anglais
  • même si ce n’est pas difficile, il vous faudra un minimum de connaissance de WordPress (installation et paramétrage de plugin) ou au moins de motivation pour mettre ce système en place. Ou bien embaucher un developpeur WordPress pour l’occasion.
  • il se peut que vous ayiez moins de visibilité que si vous étiez sur une plateforme déja établi et qui voit passer du traffic (encore que la aussi rien ne dit que vous serez visible). Mais ce n’est pas un problème si vous avez déjà une communauté de fans importante.

Applications aux concerts participatifs

Encore peu connu, ce plugin a été utilisé de façon très intéressante par le groupe Toulousain Uniform Motion pour son projet One city per second.
Le principe: utiliser le financement participatif pour préorganiser des concerts dans différentes villes. Pour cela une campagne est crée pour chaque ville avec un objectif de financement calculé en fonction du prix du trajet et des autres coûts comme la location de la salle ou du matériel.
« Nous fixons une date et une limite pour le financement du concert. Les gens peuvent financer le concert à différents niveaux (en payant juste un ticket ou payant aussi pour du merchandising) et si nous atteignons notre objectif, nous sautons dans voiture, avion, train, jouons le concert et amenons tout le merchandising avec nous. »
Notez que si vous voulez proposez à vos fans de tels concerts à la demande avec un modèle de financement participatif  la plateforme Plemi vous permet d’organiser vos propres concerts participatifs sans installation (j’en reparlerai plus en détail).

Comment déclarer les fond levés ?

Enfin pour rentrer un peu plus dans le coté pratique, voici un article qui vous donne des pistes sur comment déclarer les fonds levés grâce au crowdfunding.

 

Autre ressources francophones sur le financement participatif

  • le site Monartiste qui publie des analyses sur les nouveaux modes de financement de la création avec pas mal d’exemples du monde du cinéma. L’auteur Nicolas Dehorter (@monartiste) a aussi publié un livre sur le crowdfunding.
  • Le site Ouishare dédié à l’économie collaborative a une section d’actualité dédie au crowdfunding, mais propose aussi des actus sur d’autres modèles collaboratifs.
  • La page Wikipédia dédiée à la production communautaire présente des exemples dans plusieurs arts.

Attention au sur-financement

Même si le cas est rare, voici une note d’avertissement sur les risques liés au sur-financement de projet. La plateforme Kickstarter, leader dans ce domaine, s’est ainsi fendue d’un billet expliquant qu’un surplus d’argent peut générer un certain nombre de difficultés. Numérama les détaille dans ce billet.

A suivre…

Je mettrai ce guide à jour au fur et à mesure pour l’enrichir. Si vous avez des exemples ou d’autres astuces, laissez les dans les commentaires et je les ajouterai.

 

Transformer un compte Facebook perso en fan page


De nombreux artistes utilisent un profil Facebook perso pour leur promotion. Or  les pages fans de Facebook sont plus adaptées à la promotion de groupes de musique.

Pourquoi une page fan ?

Bien que beaucoup d’artistes utilisent un profil pour leur promotion, en théorie, Facebook interdit l’usage de profil perso pour autre chose qu’une personne et a concu les pages pour les groupes de musiques, associations ou entreprises.

Parmi les principales différences entre profil et fan pages, la présence sur les pages de statistiques et la possibilité d’installer des boutons « Like » (j’aime) sur vos sites web. En permettant d’afficher un message dans le flux d’activité de l’utilisateur, ces boutons augmentent votre visibilité auprès des amis Facebook de vos fans.

Comme ces pages sont conçues pour les musiciens, elles aident Facebook a identifier et comprendre la musique, ses genres, et les gouts des utilisateurs et elles serviront certainement de base à Facebook pour personnaliser les résultats et les recommandations sur le réseau social.

Je crois me rappeler aussi avoir lu que certaines applications pour musiciens ne fonctionnent que sur des pages et non des profils persos (à confirmer)

Bref pour un artiste il est probablement important (même si pas essentiel) de posséder une page pour un groupe de musique au lieu d’un profil perso.

Comment convertir un profil Facebook perso en fan page ?

Comment faire pour migrer d’un compte perso vers une pages sans perdre ses contacts durement acquis ? Et bien Facebook propose maintenant une option de migration qui permet de convertir un profil perso en page tout en gardant ses contacts.

Pour voir comment faire, lisez ce petit tutoriel pratique proposé par WebRankInfo:

J’espère que ca vous facilitera la vie.

 

EDIT 30/10/2011:

Pour ceux qui auraient déjà une page Facebook ET un profil pour leur groupe, la solution : convertir le profil en page et ensuite demander la fusion des deux pages facebook via ce formulaire : https://www.facebook.com/help/contact.php?show_form=page_migrations_external

Merci à Simon pour l’info.

Le guide Twitter pour les artistes

Meme si Twitter gagne en visibilité, pour beaucoup d’artistes, cela reste quelque chose d’abstrait. Il existe des milliers de guides sur Twitter, mais je n’en ai vu aucun qui peut donner une idée précise de l’intérêt, de l’usage de ce service mais aussi de sa culture à quelqu’un ne l’a jamais utilisé. Voici donc le guide Twitter pour les Toc-Arts, que j’espère simple et efficace, même pour les personnes peu enclines à l’informatique.

C’est quoi Twitter ?

C’est un hybride entre le blog et le tchat. Des actus affichées par ordre ante-chronologique, comme un blog, et sous forme de courts messages (moins de 140 caractères) comme un tchat.

Comme un blog vous pouvez publiez des messages ou vous abonnez aux messages de quelqu’un (« Suivre » ou « Follow »), comme un tchat vous pouvez discuter avec une ou plusieurs personnes en temps réel.

Pour ceux qui connaissent Facebook, Twitter ca se présente comme une version simplifiée du mur d’actualité.

Un réseau d’information

Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, Twitter n’est pas tant un réseau social qu’un réseau d’information. Si le réseau social  est avant tout centré sur les connections entre personnes, Twitter est plus centré sur les informations partagées.

Ainsi sur Facebook (réseau social) l’important c’est d’abord « qui je connais », puis « ce que je dis »,  sur Twitter c’est d’abord « ce que je dis » puis « qui je connais ».

Sur Twitter le contenu prime sur le contact, mais peut créer des rencontres très ciblées et des liens très forts entre des inconnus séparés par des milliers de kilomètres. C’est la l’un des aspects les plus fascinant de cet outil à priori simple.

Le bouche à oreille sous stéroïdes

Comme il est possible d’envoyer et de recevoir des message par SMS depuis son téléphone portable, il circule des informations en temps réel de partout dans le monde. Et ces informations peuvent se propager de façon virale en quasi temps réel, ce qui permet une foule d’usages intéressants, aussi bien le suivi en direct de feu de forets, conférences ou concerts, que des discussions entre inconnus et célébrités à l’échelle mondiale.

Les influenceurs sont la

Depuis ses origines Twitter a été le lieu de rencontres de personnes ultra connectées: blogueurs, accros des réseaux sociaux, bavards, … Même si les stars, le grand public, les marketeux et les spammeurs les ont rejoint depuis, Twitter garde une population de connecteurs très actifs. c’est donc une plateforme très importantes pour connaitre et se faire connaitre.

Attention à ne vous laissez pas tromper par les chiffres, si certains ont des milliers de contacts, cela ne signifie pas forcement qu’ils ont l’attention de ces contacts. Sur Twitter, la qualité prime sur la quantité et les influenceurs ne sont pas toujours ceux que l’on croient.

Le contenu est roi

Sur Twitter, je choisis de suivre les mises à jour de quelqu’un, je choisis donc qui j’écoute. Donc contrairement au mail ou à myspace qui transmettent des messages non sollicités, sur Twitter, ce que vous dites doit m’intéresser, sinon je ne vous écouterai pas ou pire je vous éliminerai impitoyablement de mes contacts.

J’attends donc que vous soyez « interessant », notion certes assez vague, mais pleine de bon sens. Si la seule chose que vous avez à dire c’est « Premier album dispo sur les plateformes légales de téléchargement », laissez tomber vous avez tout faux.

Comme un ami j’attends que vous me parliez un peu de vous ou de ce que vous faites, mais pas avec ce ton pédant que les marketeux utilise ou ce ton à la 3eme personne que certains artistes se croient obligés d’employer en ligne. J’aime aussi les informations drôles, intelligentes, pertinentes, … mais surtout pas de spam. Sinon vous dégagez !

La conversation est reine

Si je devais donner une image, Twitter c’est un lieu comme la machine à café ou le coin fumeur, un lieu de rencontre où tout le monde passe à un moment ou un autre et s’arrête pour discuter. La discussion est donc reine sur Twitter. Encore une fois discussion ca ne veut pas dire seulement PARLER, mais aussi ECOUTER.

Twitter étant par nature public il est acceptable de rentrer dans les conversations des autres sans plus de formalités. Mais encore une fois il faut que ce soit à propos et interessant. NO SPAM !

Comme dans la vie réelle, quand on s’adresse à vous, soyez poli et répondez. Sinon ne vous étonnez pas de rester tout seul.

Attention à l’overdose d’information

140 caractères max par message, c’est le coté génial de Twitter car ca oblige les bavards à être précis et faire court, ce qui permet de suivre un grand nombre de conversation sans trop d’efforts.

Malgré tout vu le nombre de messages postés ca peut vite devenir indigeste. Deux conseils: utilisez un bon outil comme TweetDeck (voir ci dessous) pour filtrer et n’essayez pas de suivre tous le flot de messages. Comme je l’ai lu quelque part,  buvez à la rivière, mais ne buvez pas la rivière (drink from the river, don’t drink the river).

Des outils à connaitre

TweetDeck: un logiciel gratuit qui vous permet de gérer facilement vos listes de contacts, de gérer plusieurs comptes, mais ausi de suivre et mettre à jour plusieurs réseaux sociaux (Facebook, Myspace, LinkedIn, Buzz et Foursquare) le tout depuis la même interface. Un indispensable pour moi, meme si certains preferent Seesmic ou hootsuite.

Bit.ly: un réducteur d’URL pour raccourcir et poster des liens en utilisant moins de texte. Bit.ly vous donne aussi des stats en temps réels sur le nombre de clicks.

Mobile: il existe une foule d’applications pour téléphone portables, une recherche google pour votre modéle de télephone vous donnera des pistes.

TweetPic, Yfrog, …: il existe plusieurs services qui vous permettent d’envoyer des photos depuis votre téléphone et de poster un lien vers Twitter pour les partager avec vos contacts.

Des codes à connaitre

RT, #hashtag les conversations sont peuplées de caractères étranges pour les non initiés. Twitter comporte quelques outils et règles simple qui permette de communiquer de l’information de différentes manières, voici ce que vous avez besoin de savoir:

RT = retweeter = faire suivre un message, très utilisé pour faire passer les information que l’on trouve intéressantes. Si vous ne commentez pas c’est considéré comme une approbation implicite.

#Hashtag = un mot clés avec le symbole # (ex #musique) est un moyen d’aggreger les  conversations autour d’un thème ou d’un évènement particulier (ex #lestrans pour les tweets a propos des transmusicales de Rennes).

@pseudo: utiliser le symbole @ pour adresser un message à quelqu’un en particulier

D pseudo: Mettez un D en debut de message pour envoyer un message privé à quelqu’un (la personne doit vous suivre pour que vous puissez faire cela, NO SPAM !!)

Des modes à connaitre

Les utilisateurs de Twitter ont developpés une culture et un vocabulaire propre, voici quelques modes utilisant des Hashtags à connaitre:

#FollowFriday (#FF): une mode consistant à recommander des utilisateurs que vous appréciez le vendredi. Très (trop?) utilisée, cette mode est parfois irritante quand les gens donnent juste une liste de noms. Utile seulement si vous donnez une raison de suivre quelqu’un.

#Music Monday: une mode consistant a recommander de la musique que vous appréciez le lundi. Cette mode n’est jamais devenu aussi grande que le follow friday. Tend à être remplacé par #NowPlaying (en train d’écouter)

#fail: pour décrire les ratés, parfois drole parfois enervés

D’autres modes apparaissent et disparaissent ainsi régulièrement.

Comment démarrer

Inscrivez vous, n’oubliez pas de remplir votre biographie, d’ajouter un lien vers votre site web, et de mettre une photo. Ces éléments montreront que vous êtes une vraie personne et pas juste un spammeur parmi tant d’autres.

Postez quelques Tweets puis commencez a suivre d’autres personnes. Twitter vous propose des personnes a suivre. Pour la suite, mieux vaut chercher vous mêmes les gens susceptibles de vous intéresser.

Trouver des gens a suivre sur les blogs, suggestions de twitter, liste de blogueurs musicaux incontournables, guide twitter de la musique, les RTs…

Encore une fois commencez pas écouter, lisez la bio des gens que vous decrouvrez, explorez quelques tweets pour voir de quoi ils parlent, … Twitter devient vraiment interessant quand vous trouvez des gens droles, interessants,… alors ne faites pas que parlez mais écoutez pour apprendre à connaitre vos les gens autour de vous.

Ma sélection promotion musique et web

Voici les personnes qui parlent de promotion d’artistes, musique et web en francais et  que je suis régulierement sur Twitter:

Meme si je suis plus de monde, ce sont les personnes dont que je lis le plus souvent. Quant à ma liste de tweeple anglophones est plus orienté industrie de la musique et je la publierai dans un autre article.

Pensez votre stratégie

Pour que cela soit interessant il faut y passer du temps et voir cela comme un projet sur la durée. Le but ce n’est pas d’avoir un compte de plus à gérer sans savoir pourquoi, sinon vous n’avancerez pas et vous vous lasserez vite. Comme tous les outils, le plus important est donc que cela s’inscrive dans une stratégie réfléchie (quel usage, combien de temps y consacrer, dans quel but, comment mesurez les résultats…).

Twitter pour les artistes

Après cette présentation un peu générale, je publierai régulièrement des articles sur l’usage de Twitter par les artistes avec des exemple plus concrets. Abonnez vous ou suivez @Toc-Arts sur Twitter pour la suite… En attendant le meilleur moyen de comprendre Twitter, c’est de l’essayer, j’espère que cet article aura répondu certaines questions et aiguisé votre curiosité.

Deux guides pour promouvoir et vendre sa musique

Voici 2 guides pour promouvoir et vendre ses œuvres. Ils intéresseront avant tout les musiciens, mais je conseille leur lecture à tous les artistes quelque que soit leur domaine.

Le premier: Le Guide pour les Groupes Indépendants, par Valoche du blog B comme Boxon. Il s’agit d’une série d’articles qui donne des astuces et aide à se poser des bonnes questions par rapport à sa stratégie le tout avec un ton toujours plein d’humour et agréable à parcourir.

Le deuxième: 1000 Choses à Faire pour Réussir sa Stratégie Musicale 2.0, par Marc-André Laporte du blog Donne ta musique. Il s’agit d’un ebook téléchargeable plein de bon conseils avec un contenu bref, bien construit, accessible et au graphisme très agréable qui donne envie de lire.

Deux styles très différents et deux blogs que j’apprécie particulièrement en ce moment et que je vous conseille d’ajouter à votre liste de lecture.

Des outils pour personnaliser sa page myspace

Comment personnaliser son profil myspace pour que ça ne ressemble pas la page myspace par défaut ? J’ai listé ici un liste d’outils qui vous aide à produire du code pour personnaliser sa page myspace.

Personnaliser une page myspace

Générateur de profils

Vous choisissez vos couleurs, et ils vous donnent le code a copier/coller dans votre page myspace

Générateur de profil pour page myspace artiste:

permet de cacher certaines sections de votre page myspace pour la rendre moins moche

Liste de générateurs de code pour myspace

Modèles de profils en flash

Ce service vous propose des modèles en flash pour rendre votre profil visuellement plus attractif. Voyez cet exemple pour avoir une idée: http://www.myspace.com/danettealbetta

Plus avancé

Cette partie s’adresse à des personnes ayant une connaissance préalable des langages HTML&CSS.

Cachez certaines sections

Ce générateur vous donne des codes pour cachez certaines parties présentes sur votre page par défaut. Certains codes n’ont pas fonctionné pour moi, mais sinon c’est plutôt utile et facile à utiliser.

Cachez toutes les sections.

http://chr15.net/myspace/HideEverything.php

Ce code vous permet de cacher toutes les sections présentes par défaut sur votre page myspace. Cela vous laisse une page blanche que vous pouvez personnaliser en utilisant du code HTML & CSS.

Générateur de DIVs

Permet de créer une structure de page (chapeau, colonnes à gauche ou à droite, …)

http://chr15.net/overlay/

Créez vos propre DIVs

Créez votre structure de page personnalisé

http://chr15.net/myspace/CreatingDivs.php

J’espère que ca vous aidera. N’hésitez pas à faire part de vos astuces dans les commentaires et je les rajouterai à l’article.

Lien: Principes de base du marketing pour artistes : Accroitre ses fans

Voici les conseils très concrets d’une jeune agence de relations publiques américaine, Cyber PR, pour les artistes qui souhaitent faire leur promotion sur Internet. Ces conseils sont assez orientés sur l’utilisation de votre page web et de votre newsletter et destinés à augmenter votre public à partir de l’existant.

Principes de base du marketing pour artistes : Accroitre ses fans

Même si je ne suis pas forcement d’accord avec tout, cette série d’astuces est une bonne source d’inspiration pour batir une stratégie de communication sur internet.

Astuce: Comment importer un player Myspace dans un blog ou site web

Astuce pratique pour ceux qui ont leur musique sur MySpace et voudrait pouvoir l’exporter ailleurs sur leur site ou leur blog. Voici un petit tutoriel pour importer un player Myspace dans un blog ou n’importe quelle autre page qui accepte du html. Astuce fournie par notre super référenceur et webdesigner Aymeric , merci à lui.

  • Allez sur la page Myspace de l’artiste et trouvez le player.
  • Cliquez sur “ouvrir le player” en haut à droite et affichez la popup.
  • Et là, il y a une feinte, il faut utiliser firefox et son magnifique outil en clic droit : Code source de la sélection.
  • Cliquez sur une chanson du player Myspace affiché dans la popup.
  • Posez votre souris en haut de la popup la ou il n’y a ni logo ni info en flash.
  • Faites clic droit > Code source de la sélection.
  • Copiez tout le code affiché (pas seulement celui sélectionné à l’ouverture de la fenêtre code source) .
  • Passez à l’éditeur de votre blog (ou votre éditeur html préféré), passez en mode code (ou html) et insérez le code du player que vous avez copié.
  • Enregistrez la page.

Et là, devant vos yeux ébahis, tout fonctionne.

Et petit bonus, si vous ne voulez pas que la musique démarre automatiquement (ce qui est particulièrement énervant, même avec Keren Ann), changez la variable suivante dans le code : ap=1 en ap=0.

PS : sous wordpress, évitez de repasser en mode d’édition “Visuel”, ça va va vous détruire le code.

Voir l’article original Comment importer un player Myspace dans un blog publié initialement par Aymeric Jacquet sous licence créative commons by-nc-sa

Un exemple pratique: le player des Bijoux de Famille

N’étant pas fan de Keren Ann, j’ai remplacé l’exemple d’Aymeric par les Bijoux de Famille. Le code du player ressemble à ça:

<embed type="application/x-shockwave-flash"  src="http://musicservices.myspace.com/Modules/ MusicServices/Services/Embed.ashx/ptype=3,ap=0, plid=45553,artid=6401378,profid=167890924,sindex=2.2, shuffle=true,sseed=78984,amix=false,pmix=false"  style="" id="shell" name="shell" bgcolor="#101010" quality="high" allowscriptaccess="always"  wmode="transparent" flashvars="e=http%3A//music.myspace.com/ index.cfm%3Ffuseaction%3Dmusic.popupplayer% 26sindex%3D2.2%26shuffle%3Dtrue%26amix%3Dfalse%26 pmix%3Dfalse%26plid%3D45553%26artid% 3D6401378%26profid%3D167890924%26friendid% 3D167890924%26sseed%3D78984%26ptype%3D3%26stime %3D4.884920634920635%26ap%3D1" height="485" width="300">

pas très sexy, mais une fois collé dans une page ça donne ça:

Le lecteur met un peu de temps à s’ouvrir sur ma machine, mais fonctionne bien (en espérant que MySpace ne trouve pas moyen de bloquer ce genre de diffusion hors de leur chasse gardée… ).

Mise à jour: Une autre astuce pour récupérer le code et exporter le player MySpace

Allez faire un tour sur le générateur de code MySharingSpace pour exporter un lecteur MySpace en 2 coups de clics. On pouvait pas faire plus simple. Merci à Raildecom !

Une parenthèse pour finir

J’avais déjà discuté de comment j’avais piraté mon frère et volé les bijoux de famille. Cette astuce montre aussi un autre moyen de « pirater » la musique d’un artiste pour la rediffuser (même si dans ce cas la, l’artiste reste maître des chansons qui sont diffusées dans son player).  Musiciens, ne barricadez pas votre musique, ça n’empêchera jamais une personne motivée de récupérer votre musique, par contre cela empêchera vos fans de la découvrir et de vous faire de la promo.

Facilitez plutôt l’accès pour favoriser la diffusion prescriptive.

Par exemple, utilisez un widget multimedia comme Sprout et qui permet une diffusion virale par les fans

Autoproduction:musique, une astuce pour enregistrez votre CD pour pas cher

Si vous avez des connaissances et du matériel de son et que vous n’avez pas les moyens de rentrer en studio pour vous enregistrer, cette info peut vous intéresser.

Je discutai récemment avec Olivier et Yannick du groupe Psy. Ils me racontaient comment, pour enregistrer leur dernière démo, ils avaient fait une prise de son « live », c’est a dire en une prise comme en concert. Avantages: un son et une musique péchus et pas besoin de passer trop de jours en studio. Enfin si tout va bien…

Yannick raconte : “Pour commencer il faut dire que la salle d’enregistrement que nous avons utilisée a un super son et pas de résonances parasites. C’est très important pour le résultat final. Nous avons d’abord enregistrés les instruments (2 guitares et 1 basse + 1 batterie) en utilisant 2 micros par ampli + 8 micros sur la batterie, le tout relié à 2 tables numériques de 8 pistes chacune (à déclencher en même temps pour l’enregistrement!). Le chant a été enregistré plus tard et mixé aux instruments par la suite. Le mixage a ensuite été réalisé par Joe, le batteur, qui y a passé pas mal de journées, soirées, nuits…et le mastering fait en une semaine au studio Condorcet à Toulouse.

Le résultat ? Plutôt bon ! J’ai entendu un morceau après un simple mixage et les sons ressortaient déjà bien propres. Après masterisation, c’est encore mieux. Vous pouvez écouter le résultat sur leur MySpace. Maintenant, voyons les avantages et les inconvénients de cette technique:

Yannick: ” Le truc qui tue tout : l’enregistrement “live” tous en même temps… Ça, c’est clair ça pète grave et ça fait la différence par rapport à un morceau mixé avec chaque zicos qui joue dans son coin! Seule contrainte: que chaque musicien connaisse ses parties sur le bout des doigts (à moins d’avoir une semaine de congés!). Car en concert si tu te rates un plan, une note, un solo, la baguette qui tombe… tu te débrouilles et et ça continue! Pour l’enregistrement, non! Dès qu’il y en a un qui se plante ou qui n’est pas satisfait de son plan (voire de celui d’un autre), faut recommencer le morceau à zéro ! Donc vaut mieux connaître ses parties, être zen et en forme (genre pas faire ça un lendemain de grosse soirée)… Sinon gare à la montée en tension entre zicos…!
Bref, on a quand même eu la chance d’avoir travaillé avec du bon matos et les compétences d’ingénierie du son de chacun (sauf moi qui y connaissait rien!).

Cela semble donc être un bon moyen pour les groupes qui n’ont pas les moyens de passer beaucoup de temps en studio d’enregistrement mais qui veulent une démo (pour presser un CD ou mettre en ligne) rapidement. Attention cependant, mieux vaut avoir un peu d’expérience dans le son et bien préparer son coup (bon niveau musical, bon matériel, bonne salle, bon preneur de son, bon mixeur, bon masterisateur…) pour un bon résultat final, sinon on risque de perdre beaucoup de temps et d’énergie.

Logo Psy

Retrouvez Psy sur MySpace (http://www.myspace.com/chantdelacigale)

Vous avez déjà essayé un système similaire de votre coté ? Faites nous part de vos expériences…