Créer des images interactives avec Thinglike

Ce nouvel outil permet de rajouter musique, vidéos, liens sur une image interactive. Anglophone, mais très simple à utiliser, il suffit de sélectionner une zone de votre image, vous ajoutez un texte et un lien et c’est parti.

Mieux Thinglike permet aussi d’inclure des pistes audio à partir de Soundcloud ou des vidéos Youtube. Et comme tout bon service « 2.0 » qui se respecte, Thinglike vous permet d’exporter le résultat sous forme de widget insérable sur n’importe quel site web.

Un groupe de musique s’est déjà approprié l’outil pour créer une couverture d’album interactive originale.

A mon avis avec un peu de travail, il y a moyen de faire des choses encore plus sympas.

Ça vous inspire ?

Artistes et assos: 10 raisons d’utiliser WordPress pour faire votre site web

Ça y est vous avez enregistré votre disque, écrit votre ouvrage, peint votre toile. Maintenant vous voulez être présent sur internet pour permettre aux monde entier de voir ou d’entendre votre travail. Voici 10 raisons pour lesquelles vous devriez utiliser un blog pour faire votre site internet.

Vous avez votre nom de domaine, votre espace web, mais le pote webmaster qui a promis de s’en occuper s’est un peu endormi. Ou alors vous bidouillez avec votre espace Free pour mettre quelques pages web que vous faites sous Word. Bref faire un site web c’est galère et ca prend du temps. Parfois le groupe de musique s’est séparé avant que le site ait pu voir le jour. Parfois le site n’a pas été actualisé depuis tellement longtemps que l’on dirait que l’artiste est mort. Et pourtant communiquer et interagir sur internet n’a jamais été aussi facile. Voici 10 raisons pour lesquelles les artistes et les associations culturelles devraient utiliser un blog au lieu d’un site web traditionnel. Je prends ici l’exemple de WordPress qui est ma plateforme de blog préférée.

Facile à installer

30 minutes grand maximum pour l’installer sur votre espace perso (en gros le temps de charger les fichiers), il suffit de charger votre dossier WordPress dans votre espace personnel, de modifier un fichier pour ajouter vos paramètres. Connectez vous à votre site, validez, c’est déjà fini… Si vous choisissez d’être hébergé chez WordPress.com, c’est encore plus rapide: 5 minutes pour activer un blog, juste le temps de l’inscription et de choisir un nom.

Pas besoin de coder

Pour installer ou utiliser son blog, il n’y aucun besoin de coder. Il peut parfois être utile d’avoir quelques connaissances en html/php si vous souhaitez rajouter des fonctionnalités spécifiques. Mais la encore, pas besoin de savoir programmer, la plupart du temps un simple copier/coller suffit.

Facile de changer le graphisme

Il y a déjà plein de chartes graphiques sympas et gratuites disponible en ligne. Pour cela faites une recherche google pour « themes wordpress francais ». Récupérer le dossier du thème et copier le dans votre installation WordPress. Vous pouvez ensuite passer d’un thème à l’autre en 2 clics. Si vous souhaitez bidouiller votre thème, WordPress dispose d’un éditeur qui permet de modifier directement en ligne le thème. Dans ce cas la il vous faudra avoir quand même quelques connaissances de l’utilisation des feuilles CSS.

Pas besoin de webmaster

Une fois le site mis en place plus besoin de webmaster pour mettre à jour. Fini les galères ou il faut secouer le pote webmaster pour qu’il mette le site à jour. Ici vous pouvez mettre tout le contenu à jour vous même depuis n’importe quel ordinateur.

Bâti pour l’actualisation

Un blog est par définition un système actualisable. Il est très facile de mettre à jour le site ce qui permet d’avoir un site vivant avec des actualités régulières. Les articles récent apparaissent en page d’accueil et les articles plus anciens sont automatiquement archivés.

Plusieurs auteurs peuvent contribuer

Le chargé de com’, le manager ou les membres du groupe peuvent directement mettre à jour le site, le tout dans une interface hyper facile à utiliser. Une fois que vous l’aurez essayé vous n’aurez plus envie de galérer à mettre à jour MySpace…

Des alertes automatique pour informer vos visiteurs

WordPress peut générer des alertes rss et et couplé à Feedburner envoyer des mails et pour informer automatiquement les abonnés des dernières nouveautés. Pratique pour garder le contact avec votre communauté

Les commentaires entretiennent la discussion

Les forums c’est sympa, mais avec le temps, quand les commentaires s’accumulent c’est un peu moisi, on a du mal à différencier les vieilles discussions des discussions en cours. Avec un blog les commentaires suivent l’actu et favorise la discussion entre le groupe et les amis.

C’est bon pour le référencement

Les blogs en général et WordPress en particulier sont bien est adapté pour le référencement par les moteurs de recherche. Avec WordPress vous pouvez encore rajouter des plugins pour optimiser encore votre référencement

C’est gratuit

WordPress est un logiciel open source et gratuit. Ça veut dire que vous pouvez le prendre l’installer chez vous et le personnaliser sans avoir à débourser quoi que ce soit. si vous ne savez pas comment installer le logiciel et/ou que vous n’avez pas d’espace d’hébergement, WordPress.com vous permet de créer gratuitement autant de blogs que vos le souhaitez.

Conclusion

Le blog est un format vraiment adapté pour communiquer sur internet. Il se prête bien aux besoins des artistes pour annoncer leurs événements et garder le contact avec leurs fans. WordPress en particulier possède plusieurs avantages comme d’avoir des pages dynamiques et des pages statiques, autoriser plusieurs auteurs, générer des alertes automatiques pour les visiteurs et surtout une interface hyper facile à prendre en main.

J’ai essayé de rester bref. Des questions ?

Des astuces pour débuter, créer et personnaliser sa page web sur MySpace

Nous avons vu pourquoi il faut absolument être sur MySpace, et pourquoi il faut absolument ne pas y être. Pour ceux qui s’accrochent, voici des astuces pour utiliser MySpace;

Débuter sur MySpace

Voici le processus, étape par étape, de la création d’un compte MySpace. Du début de l’inscription jusqu’aux bases de son utilisation.
La création d’un compte MySpace (épisode 1 sur 2)

La création d’un compte MySpace (épisode 2 sur 2)

Personnaliser votre page MySpace

Un dossier plutot complet qui vous explique comment personnaliser votre page MySpace.
http://www.infos-du-net.com/actualite/dossiers/95-myspace-internet.html

Les outils pratiques pour MySpace

MySpace étant particulièrement mal conçu, beaucoup de développeurs externes ont crées leurs propres solutions pour rajouter des fonctionnalités aux pages Myspace. En voici une sélection:

SnapLayout

Un éditeur (en anglais, mais très visuel) qui permet de personnaliser très facilement votre profil MySpace, changer les couleurs, insérer des widgets

SlideShare

Service qui permet de télécharger une présentation Powerpoint ou Open Office et de la partager en ligne dans une interface à la YouTube.

Slide

Service en ligne qui permet d’heberger des photos et de créer un diaporama avec des effets sympas pour l’inserer dans vos pages.

Rock You

Un autre service d’hébergement en ligne pour faire des diaporamas avec photos, musique, vidéo, …

Module Firefox pour MySpace

Ce module vous permet de rajouter des fonctionnalités à Firefox pour vous permettre de gérer votre profil MySpace sans avoir besoin d’ouvrir les pages du site.

OpenAdder

Service en ligne qui permet de gérer plus facilement les taches quotidiennes sur MySpace (ajouter des amis, accepter des amis, laisser des commentaires, …)

Et vous est ce que vous utilisez d’autres outils pour Myspace ?

Voir aussi:

Edit Janvier 2011: Virginie nous informe que MySpace a commencé à une mise à jour forcée de TOUS les profils artistes, de l’ancien MySpace vers le nouveau My__ depuis le 29 novembre. Si vous n’avez rien fait, vous allez donc vous retrouver avec un profil standard et le thème par défaut. Si vous aviez codé votre page MySpace afin que celle-ci soit différente d’une page classique et si vous n’avez pas sauvegardé votre code quelque part, vous perdrez tout votre design. Merci Myspace d’etre aussi bete et insensible envers les artistes qui ont contribués à ton succès.

Artistes 2.0: Pourquoi vous devez absolument NE PAS utiliser MySpace

Dans un précédent article, je discutai pourquoi les artistes et les associations devraient utiliser le service MySpace. Aujourd’hui je prends le parti inverse, non que j’ai changé d’avis, mais juste afin de vous informer un peu plus sur le coté obscur de MySpace

Edit Janvier 2011: Virginie nous informe que MySpace a commencé à une mise à jour forcée de TOUS les profils artistes, de l’ancien MySpace vers le nouveau My__ depuis le 29 novembre. Si vous n’avez rien fait, vous allez donc vous retrouver avec un profil standard et le thème par défaut. Si vous aviez codé votre page MySpace afin que celle-ci soit différente d’une page classique et si vous n’avez pas sauvegardé votre code quelque part, vous perdrez tout votre design. Merci Myspace d’etre aussi bete et insensible envers les artistes qui ont contribués à ton succès.

MySpace, c’est nul !

Chaque fois que je vais sur MySpace, c’est la même frustration. C’est moche. Fenêtres carrées, couleurs criardes, des liens dans tous les sens, la page qui met des plombes a charger, la musique qui démarre automatiquement sans crier gare (avec les baffles de l’ordinateur à fond, bien sur), impossible de trouver quoi que ce soit sur le site. Je ne parle même pas de bannières de pub qui clignotent dans tous les sens (heureusement avec firefox et le module adblock plus, la pub ne me dérange plus).

Et quand on crée une page perso c’est pire. A chaque fois je galère pour poster une info sur la page principale ou les bulletins. On dirait que les concepteurs se sont dis: « pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué. »

Des millions d’amis ?

Un des jeux favoris sur MySpace, c’est la course aux amis. Cela consiste d’abord à créer des liens vers les pages de vos amis, puis de vos vedettes, et enfin de n’importe qui qui passe par la ou que vous croisez. Si cela peut avoir une utilité au début, communiquer avec vos amis, affichez vos stars préférés, faire découvrir vos œuvres a tous les gens qui deviennent vos amis, et créer du contact, cela fini ensuite souvent par du grand n’importe quoi. C’est a dire la course aux amis. « Ouais, moi j’en 3000 », ou « aidez moi à atteindre les 10000 amis », … Mieux il existe des logiciels qui vous permettent de rajouter des milliers d’amis d’un coup. A ce niveau la, outre que le mot « amis » perd son sens, l’utilité d’avoir une liste d’amis aussi. Quand vous avez 10000 amis, explorez votre liste est quasi-impossible et d’autre fonctions comme les bulletins qui permettent d’annoncer les événement dans votre réseau d’amis perdent aussi leur sens (si vos 10000 « amis » vous envoient des bulletins chaque semaine, c’est impossible de suivre quoi que ce soit).

Derrière les amis, les vautours

Un point important à rappeler, c’est que MySpace est la propriété de News Corp, un énorme groupe de média qui possède Fox New, Le Times, Le Sun et beaucoup d’autres, qui est dirigé par Ruppert Murdoch un milliardaire proche de G.W. Bush. On est donc en plein gros business et loin de la communauté d’amis de Tom.

Pour finir, un article très instructif de Numérama:

MySpace n’est pas votre propre espace, et vous le fait savoir

Divers –

MySpace marche sur des oeufs. Alors qu’il a bâti son succès sur la possibilité offerte aux internautes de créer librement leur page Internet, le site communautaire multiplie les assauts à l’encontre des widgets concurrents. L’idole va-t-elle être brûlée aussi vite qu’elle fut adorée ?

C’est un succès que les regards extérieurs ne peuvent pas expliquer. Rien n’est plus moche et moins ergonomique qu’une page réalisée sur MySpace. Le bordel ambiant (il n’y a pas de mot plus précis), le chaos qui règne à chaque recoin du site est pourtant l’essence même qui a contribué à faire de MySpace le premier site au monde avec 90 millions de visiteurs par mois et 40 milliards de pages vues. Ce côté sans cesse underground malgré un succès populaire énorme, cette possibilité offerte de construire et de personnaliser son propre squat et de visiter celui des amis a contribué à faire de MySpace une mine d’or posée sur des fondations d’argile.MySpace, c’est d’abord la promesse de son nom : « mon espace ». C’est l’appropriation de sa propre page, de son son propre site créé par soi pour les autres et pour communiquer ses propres passions. Ca devait être un espace de liberté et d’autonomie… mais ça n’en était pas moins, en fait, My MySpace’s Space : « mon espace chez MySpace ».

Depuis la fin de l’année 2006, News Corp. multiplie les tentatives de réappropriation de MySpace. Le groupe de Rupert Murdoch, qui a racheté MySpace plus d’un demi milliard de dollars en 2005, compte bien transformer l’essai et s’assurer l’essentiel des recettes générées par les millions d’utilisateurs de la plate-forme. Il a négocié un accord important avec Snocap pour distribuer de la musique payante sur MySpace et en toucher des commissions. Il a créé son propre label MySpace Records et organise des concerts à travers le monde. Récemment, il a annoncé que les films et séries TV de la Fox (autre filiale de News Corp.) pourront être diffusées par les utilisateurs de MySpace sur leur page. Une manière de capitaliser sur l’audience pour multiplier les recettes publicitaires.

Désormais, News Corp cherche à tuer dans l’oeuf toute concurrence qui voudrait se lancer à travers MySpace. Le site avait déjà tenté de bannir les vidéos de YouTube en décembre 2005, pour réserver l’exclusivité des vidéos à son propre service MySpace Video. Mais c’était trop tard, le service avait déjà gagné une telle popularité que les utilisateurs de MySpace se sont immédiatement rebiffés et ont exigé le retour de YouTube sur la plate-forme. Les hommes de Rupert Murdoch se sont exécutés, à regrets. « Nous aurions probablement dû arrêter YouTube », a indique récemment Michael Barrett, le directeur financier de Fox Interactive Media. « YouTube n’existerait pas s’il n’y avait pas eu MySpace. Nous avons créé des sociétés sur notre dos », se plaignait-il. Leçon apprise, il s’agit désormais d’agir au plus vite, dès que la moindre menace apparaît.

Du MySpace sinon rien

Ces derniers mois, MySpace a banni l’ajout des widgets de nombreuses jeunes pousses : Stickam (qui propose de la communication par webcam), VideoCodeZone (une sorte de YouTube), Project Playlist (sorte de Radioblog), Revver (partage de vidéo), Vidilife (partage de vidéo), Imeem (playlists multimédia),… et désormais Indie911, un site de musique indépendante. Brad Greenspan, le fondateur de la société qui avait créé MySpace avant sa revente, est parti en guerre contre son acquéreur. En novembre, il a monté le blog CensorSpace pour dénoncer la censure exercée par MySpace, et porté plainte contre le site.

Tila Tequila, dont nous reparlions encore ce mardi matin, est elle-même passablement énervée. Elle « possède » l’une des pages les plus populaires de MySpace, et pensait comme beaucoup d’autres utilisateurs qu’elle avait le droit, dans les limites de la loi et de la bienséance, d’en faire ce qu’elle voulait. Elle a donc ajouté le widget Hoooka proposé par Indie911. Celui-ci lui permet de vendre sa musique directement à partir du widget, sur sa page MySpace. Un outil précieux pour l’artiste qui veut profiter de sa notoriété sur MySpace pour vendre ses chansons… mais un outil qui déplaît à News Corp, car il entre en concurrence frontale avec le widget Snocap. La top modèle reconvertie dans la chanson a dû retirer le Hoooka de sa page, car il est réputé contraire aux conditions générales du site qui interdisent aux utilisateurs d’utiliser MySpace pour vendre des « produits » sans l’accord du site ou sans signer de partenariat avec lui.

Faut-il quitter MySpace ?

« La raison pour laquelle je suis si déprimée de MySpace maintenant c’est qu’ils ont récemment abattu notre liberté et retiré progressivement nos droits« , écrit Tila Tequila sur son blog personnel, hors de MySpace. Elle rappelle qu’elle avait quitté Friendster (alors de loin le réseau social le plus populaire aux Etats-Unis) pour MySpace très tôt, et contacté 40.000 personnes de son réseau pour la suivre sur le site qui allait être racheté par Murdoch. « J’ai le sentiment qu’ils sont devenus si entrepreneuriaux désormais et qu’ils ne vont même plus me permettre de faire des trucs cools sur ma page comme de poster de nouveaux widgets sympas d’autres sites. MySpace ne vous permettra plus d’utiliser que des choses « MYSPACE » maintenant et ça veut dire que vous ne pouvez pas trouver d’autres façon de faire votre promotion. En d’autres mots… vous êtes simplement coincé là-bas et seulement là-bas« , regrette t-elle. Elle supplie MySpace de ne pas céder à cette tentation mais se dit prête à quitter le site s’il le faut. Elle y a gagné près de 2 millions d’amis.

Une porte-parole de MySpace a indiqué hier que MySpace n’avait rien retiré de la page de Tila Tequila. « Un représentant de MySpace l’a contactée et lui a dit qu’elle avait violé les conditions générales du service au regard de l’activité commerciale », a-t-elle précisé. « Elle a retiré le matériel d’elle-même, après avoir réalisé qu’il n’était pas approprié pour MySpace ». En fait, c’est le fondateur de MySpace en personne, Tom Anderson, qui aurait contacté Tila Tequila. Il est devenu un ami personnel de la starlette. Mais en affaires, il n’y a pas d’amitié qui tienne. Soit Tequila retirait le widget d’elle-même, soit MySpace fermait sa page et donc une grosse partie de son fonds de commerce.

Et si la solution était effectivement un web 3.0 avec P2P, où chaque artiste est non seulement créateur mais aussi hébergeur de sa propre page ?

Article diffusé sous licence Creative Common by-nc-nd 2.0, écrit par Guillaume Champeau pour Numerama.com

Voir aussi:

Artistes 2.0: C’est quoi MySpace et pourquoi vous devez l’utiliser absolument

MySpace c’est l’un des sites les plus ma foutu du web et c’est pourtant devenu l’un des outils incontournable de l’artiste 2.0… Même si c’est moche et parfois galère a utiliser, c’est un formidable outil pour découvrir et se faire découvrir…


C’est quoi ?

MySpace (« mon espace ») est un service qui permet de créer gratuitement votre page web personnelle (le site est financé par la pub). après inscription, vous pouvez choisir un modèle et démarrer une page ou vous pourrez vous présenter, ajouter des images, des vidéos, de la musique, afficher vos gouts, … Bref être présent en ligne. Dans les mots d’une utilisatrice: « moi j’imagine que c’est ma pièce à moi ou je met mes films mes musiques, mes photos et j’invite mes amis. Puis cette pièce, j’essaie de la faire le plus possible à mon image et tous les jours (ou semaine) je la modifie, j’arrange des choses et mes amis sont les bienvenue et aiment voir ce que j’ai mis dedans« .

Ergonomie zéro

Pour une utilisation basique, le système est relativement facile a prendre en main, il vous suffit de remplir les cases proposées. Par contre, très vite des que l’on veut personnaliser un peu sa page ou utiliser des fonctions avancées, ça devient un peu galère. Le site manque en effet beaucoup d’ergonomie et les nombreuses options disponibles (et les nombreux liens dans la page) déroutent un peu au début. Le tout dans un design carré, triste et moche comme la zone industrielle de Glasgow en hiver. Cependant, on arrive quand même à mettre de l’information sur le web, ce qui est le but.

logo myspace

Le site est nul, mais la communauté géniale

Le principal intérêt de MySpace, c’est sa communauté et en particulier son système de gestion des amis. Le site permet en effet de naviguer sur les profils des autres utilisateurs et de les ajouter a son réseau d’amis, ce qui a pour effet de rajouter dans votre page un lien vers le profil de vos amis, et sur les pages de vos amis un lien vers votre profil. Très vite le site a attiré des artistes en tout genres. De l’illustratrice au groupe de rock qui joue dans son garage, de l’amateur à la star professionnelle, on trouve des millions d’artistes sur MySpace.

Un écosystème artistique

Ainsi une page MySpace n’est jamais isolé, mais fait partie d’un réseau de page aux affinités communes. Généralement, les utilisateurs se regroupent d’abord par amitié, puis par gouts ou idoles communes. Ainsi on peut partir du profil d’un dessinateur de BD et de fil en aiguille découvrir plein d’autres dessinateurs, graphistes, illustrateurs, infographistes, … et plus encore !

Myspace favorise les contacts: l’exemple de la Mandragore

Ainsi, la Mandragore, association dont je fais partie, a beaucoup d’amis musiciens (évidemment on organise des concerts et tous les groupes qui ont joués avec nous sont ajoutés a nos amis) mais aussi d’autres associations culturelles que ce soit des associations avec des programmations musicales similaires ou bien dans des styles complètement différents, dans notre région ou ailleurs. Ceci favorise énormément les contacts. Ainsi, depuis que nous sommes sur MySpace, nous recevons beaucoup de demandes de groupes qui souhaitent jouer chez nous, et nous pouvons les écouter sur leur page MySpace pour réfléchir a notre programmation. Nous avons aussi découvert des associations très proches de chez nous grâce à MySpace.

Les fonctionnalités à connaître

Voici une sélection des fonctionnalités indispensables pour utiliser au mieux MySpace.

  • la messagerie pour discuter avec vos amis qui sont en ligne

  • les commentaires, permettent de laisser un message dans la page de vos amis (et donc de discuter, mais surtout de faire passer de l’information)

  • les bulletins permettent d’annoncer vos évènements a vos amis et a l’inverse de suivre leur actualité.

  • le blog permet de poster des messages sur votre page

  • les fonctionnalités multimédia: MySpace propose un lecteur musical, une galerie photo et un lecteur vidéo

  • les applications externes: il est possible d’insérer du code HTML dans les pages MySpace ce qui permet de rajouter vos propres modules dans votre page (une galerie photo plus élaborée, une carte google, des widgets… ).

MySpace Music:bientôt votre boutique en ligne?

Diverses sources annoncent pour très bientôt un accord entre MySpace et l’industrie du disque et le lancement d’un service MySpace Music qui proposera des téléchargements payants de chansons sans DRM et du streaming audio et vidéo gratuit financé par la publicité, mais aussi des billets de concerts, des produits dérivés et des services pour mobiles tels que des sonneries. Nous en reparlerons…

Pour finir

Si vous ne deviez choisir qu’un endroit ou être sur le web, c’est MySpace, un très bon moyen de découvrir et de se faire découvrir par des gens proches localement ou culturellement. C’est un lieu de rencontre formidable pour les artistes, les associations culturelles et leur public.

Voir aussi:

Issuu: un outil pour illustrateurs, dessinateurs de BD, graphistes, peintres, photographes

Jacinthe a testé Issuu, un service qui permet de transformer un PDF en “livre virtuel” (au format Flash) tout en ayant la possibilité de le partager avec d’autres internautes que se soit dans son blog ou sur le site de Issuu.
Elle suggère une très bonne solution pour les photographes ou graphistes ne pouvant se faire un site web: la possibilité de créer un widget ou une page personnalisable avec Issuu. Nous avions déjà vu l’intérêt d’avoir un widget. Cela permet aux fans d’afficher les couleurs de leurs artistes préférés sur leurs sites persos et aux artistes d’être diffusés tout en gardant un certain contrôle sur leur contenu. Le format « livre virtuel » de Issuu semble parfait pour les illustrateurs, dessinateurs de BD, graphistes, peintres ou photographes.

En voici un exemple, qu’en pensez vous ? (cliquer sur la flèche pour tourner la page)

Le service est en anglais, mais il a l’air très facile d’usage. Pour en savoir plus sur Issuu, jette un œil à l’ergospeed de Issuu qui contient de bonnes explications et une démo en images.

Mise à jour: Sébastien me signale l’existence de Wobook un service similaire à Issuu et disponible en français. Wobook permet aussi de rajouter des vidéos, de créer des sommaires interactif, de personnaliser votre charte graphique pour rajouter votre logo et site internet, de faire des recherche de texte, contrôler l’accès et les droits d’impression, et d’obtenir des statistiques d’usage via google analytics. Bref un service très complet pour vos publications en ligne (Journaux, magazines, catalogues, livres, brochures, documentations…).